Dans les brumes de l’Orient-Expresssssssssss

 

    Un de mes projets dans la vie, c'est de prendre l'Orient-Express, avec une tonne de malles pour me perdre dans un long voyage surréaliste. En attendant d'être riche, ce sont de beaux mannequins que j'ai vu descendre du train Moscou-Londres il y a quinze jours. Dans un amoncellement de bagages anciens et de robes de soie chuchotantes.

Je commence par la fin alors qu'il faudrait vous raconter tout depuis le début:

La scène s'ouvre dans un atelier, bien organisé, avec des portants sur lesquels attendent sans bruit les robes achevées.

 

 

Izma1

Je rôde dans le studio Izmaylova tous capteurs ouverts, je veux tout voir, tout savoir. Je me fais attraper par une couturière car j'ai posé mon verre de peinture sur une table. Ce n'est pas le moment de tester pour voir si elles sont relax! )

 

Izma012.2

Je passe dans une autre salle pour voir l'essayage avec les mannequins. Je suis curieuse de voir les robes bouger, toutes ces plumes, ces cristaux, il faut que ça brille! Et là, je vois re-des-portants avec une armée de chaussures (50 centimètres de talons au moins).

Izma012.3 

L'équipe du magazine Love, travaille sur le stylisme du défilé. Choisir chaque mannequin avec sa tenue+chaussures+la prendre en photo pour mémoire. Entre nous, ça n'a pas l'air drôle du tout. (Je prends une grande résolution aussi formidable qu'utopique: un jour, quand je serais embauchée pour faire les stylismes de défilés, ça sera surprise-party). Ensuite au vu de leur style vestimentaire, je pense qu'elles sont vraiment douées. Je vais en prendre de la graine, entre look classique-boy en jean et pull marin et maquillage hitchcockien, le contraste déchire. 

Izma012.8

Je vous laisse 5 minutes en cabine d'essayage. Soyez sages.

Izma012.5

 

Izma012.4

En fait quand tu es mannequin, tu passes ta vie à être déshabillée par les gens. Rahbillée, déshabillée, rhabillée, regardée. J'en repère une dont la solution consiste à se coller des stickers de fleurs sur les bouts de seins. )

 

Izma012.10

La scéance n'en finit pas, je loupe les tests make-up pour aller faire la fête avec Pierre qui est à la fois mon pote et le grand organisateur. 

A demain pour le jour J!

Mmmmouah!

Vous faites quoi vendredi soir?

 

Vendredi soir, je suis au Cat-Call Club.

 

Catcalldate1

 

Cat-Call, c'est le futur équivalent des Independants Fashion Bloggers, version française (voire anglaise, voire italienne, voire allemande, voire européenne tout court). 

La première soirée sera vendredi. Oui vendredi là. Une soirée SF, faite pour projeter les désirs les plus fous, confronter les avis, savoir ce que chacun pense d'une éventuelle professionnalisation des blogs. Le tout emballé dans une présentation de l'association et de ses chantiers en bonne et dûe forme.

Cat-Call, c'est un nom tiré de Cat-Walk.

Pour les ignorants (dont j'ai fait partie il y a quelques années): le catwalk, c'est le podium sur lequel défilent les mannequins, on l'appelle comme ça en référence à leur marche qui ressemble à celle d'un chat en équilibre sur la crête du toit. Je crois même que le mot a d'abord été lancé par les Indiens dans les années 20, à l'époque de la construction des premiers buildings aux Etats-Unis. Ils étaient les seuls à pouvoir monter aussi haut sans avoir le vertige. Comme ils se déplaçaient sur des passerelles de bois étroites en passant les pieds l'un devant l'autre, on a appelé ça le CatWalk.

Eh bien le Cat-Call, à notre époque moderne et folle, c'est l'appel du podium. Woooooowoooooooooowooooooo wooooooo. Ah non, pardon, ça c'est le loup. 

 

Louloudelafalaise

Donc si vous avez l'appel du podium, il reste quelques places pour vous vendredi. Dites le moi par mail. )

Le dress-code, c'est Loulou de la Falaise. ça veut dire ce que vous voulez du moment que ça fait seventies chic (foulards, gros bracelets, pattes d'eph, vous verrez ce n'est pas si difficile!)

 

Avant DvF et IdlF, il y a eu LdlF

 

Généreusement, que dis-je, royalement, je vous sers le troisième code sur un plateau d'argent chers lecteurs assoiffés de savoir et de vérité: voici LdlF, Loulou de la Falaise.

Quoi?

Non ma chérie il faut dire "Qui?" .

 

LdlF

Je suis subitement atteinte d'une sévère obsession Falaisienne. Tout d'un coup, ça ne date pas d'il y a un mois, ni même d'il y a un an…. tout d'un coup, il a fallu que je me renseigne ABSOLUMENT sur cette fille. Enfin, ce n'est pas vraiment une fille, c'est une étoile, c'est l'inspiratrice de Saint Laurent. Qu'on se le dise, sans elle,YSL n'aurait peut-être pas changé la face du monde. Elle travaillait avec lui au studio, et je gage que plus d'une fois, sa tenue composée rapidement le matin a été à l'origine d'une collection entière. (D'ailleurs c'est tellement vrai que pour moi, elle aurait dû lui succéder. ça aurait été superbe).

 

STAR_37615_035

 

Ce mélange de beauté, d'originalité finie (elle s'est mariée en princesse des mille et une nuits avec un turban à aigrette sur la tête) (en plus avec un type qui s'appelle Thaddée, on ne peut qu'être beau quand on s'appelle Thaddée) (en plus c'est le fils de Balthus mon peintre majeur sur l'échelle de Richter), n'en finit pas de me fasciner (depuis quinze jours certes, mais c'est un coup de tonnerre dans ma petite vie de jeune femme rangée et bientôt enragée). Car derrière une éducation au vernis patiné, éclate une authentique folie joyeuse et excentrique. Tout semble merveilleusement simple. D'ailleurs, c'est décidé, je plaque tout et demain je pars à New-york faire la fête jusqu'à la fin de mes jours habillée en robe de sultanne.

Vous avez des mythes interstellaires vous?