Inconnue au Palais Royal
On pourrait poser comme une vérité quasi-absolue qu’en fouillant dans un sac de fille, la chose dont on a besoin est toujours la moins accessible.

Prenons l’exemple concret d’une inconnue dont la frêle silhouette semble trop fragile pour supporter la charge d’un sac à main exagérément grand.

Minuscule portefeuille mais majestueux cabas, on a toutes vécu ça !
Inconnue au Palais Royal
Au passage, vous noterez la leçon de style. Sobriété du noir mais détails qui font l’élégance: la matière fluide un brin transparente du top, l’imprimé géométrique changeant selon les angles et le vent de la jupe, plates ballerines… cheveux lâchés mais tous du même côté dont la blondeur cendrée s’accorde à merveille au camel du grand sac porté épaule baba cool. Cette fille me plaît !

Revenons à l’objet premier: le sac, contenance travel bag, presque valise.
De la même façon qu’un homme qui enfilerait des talons de 10 centimètres ne tiendrait pas 20 mètres sans se fouler la cheville, posez-lui en bout de bras l’un de nos cabas et il flanchera, déséquilibré. On sous-estime toujours la faculté d’adaptation de la plus chétive d’entre nous quand il s’agit de chaussures et de sacs à main ! Nous sommes prêtes à tout… ou presque.

Il y a celles qui peuvent faire tenir l’essentiel de leur vie dans un mini-boy de Chanel pourvu qu’il soit en galuchat, un exploit pour lequel je m’entraîne mais suis encore loin du compte (ces choses-là se méritent), et les tortues qui ne sortent pas sans un attirail mystérieux caché dans les bosses et les replis d’un fourre-tout démesuré. Certaines, dont je suis, rusent en multipliant les contenants et les points d’ancrage au corps.

Notre inconnue est de la seconde catégorie. C’est une tortue… une bien jolie testudine.
Inconnue au Palais Royal
Hé oui, les choses se compliquent quand il s’agit de sortir un objet précis des tréfonds du cuir souple…

Pour peu que la sonnerie de son iPhone retentisse, son interlocuteur aura le temps de laisser un long discours sur sa messagerie avant qu’elle ne parvienne à mettre la main sur le terrible engin.
Inconnue au Palais Royal
Qu’une première goutte d’averse lui mouille le nez et elle sera trempée comme une soupe lorsqu’enfin apparaîtra son parapluie…
Inconnue au Palais Royal
A votre avis, que cherche-t-elle avec tant d’urgence tandis que je vous entretiens de considérations d’une importance douteuse ???
Du baume pour ses lèvres gercées ? Un gilet ? Une petite barrette ? Un pansement pour l’ampoule qui point au contrefort de son délicat soulier ? Un plan de Paris (elle est perdue) ? Du gel antibactérien, un éventail, un livre de poche, un kleenex, ses clés, un chewing gum, carnet et stylo, appareil photo… ? Parasol, canne à pêche, jarret de veau, pomme de douche, joint de culasse… ?

Le suspense est intenable !!! Je n’en puis plus.

Ayé. Je vois surgir des profondeurs une main qui agrippe quelque chose… Victoire !
Inconnue au Palais Royal
Mais… mais…

Un morceau de papier ??!!??

Et c’est tout ce que l’on apprendra ?

A nous d’imaginer l’indice qui y est inscrit et nous fournirait de quoi fantasmer plus avant la vie rêvée de notre mystérieuse.
Un nom, une adresse, un numéro de téléphone, une déclaration, un horaire de train ? J’en sais rien. Quelle frustration !

Tant pis. Nous en resterons là, à moins que plus habiles que Rouletabille vous n’ayez une idée pour m’aider ?

Sinon, attaquons-nous de front au problème de l’art de remplir son sac à main pour voyager léger…

Évidemment, si l’on a avec soi la magie d’une Hermione Granger ou de Mary Poppins, tout devient plus facile 😉

Je n’ai malheureusement pas d’autre solution à proposer, désolée.

Anne, supercalifragilisticexpialidocious

8 réflexions sur “Au fond de mon sac

    • Anne dit :

      Mais de rien ! Si tu savais le plaisir que j’ai pris à rechercher cette scène et comment je me suis égarée à en regarder d’autres au passage… Je fredonne avec toi bien volontiers la chanson que tu voudras de ce film fabuleux 🙂

  1. Murielle dit :

    Superfragilisticexpialidocious, j’avais appris ce mot par cœur quand j’étais plus jeune…

    • Anne dit :

      On a des références communes… Je suis trop fière : je l’ai écrit de mémoire au départ et en vérifiant sur google, j’y croyais moyennement, mais si 😉

  2. stfane86 dit :

    une si jolie femme avec un si gros sac … perso je trouve qu’il y a un déséquilibre … mais c’est ma vision d’homme des cavernes ^^. stfane86

    • Anne dit :

      Un homme des cavernes qui a l’oeil sûr je trouve !!! Effectivement, le déséquilibre est un peu gênant visuellement mais illustrait bien le propos et le reste de la demoiselle est si chic que je ne pouvais que la prendre en photo. On peut imaginer mille raisons pour qu’elle ait eu ce sac ce jour-là et tout ce qu’il y a dedans.
      Rétrospectivement, je m’inquiète plus pour l’état de son épaule que pour l’esthétisme de la silhouette, à vrai dire 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s