L’Heure Bleue Antiquités

Un parfum, de Guerlain.

Poudré, il évoque une dame élégante, du siècle dernier, en dessous de soie et col de fourrure… J’ai en tête Mia Farrow, Daisy de Gatsby, magnifique.

Un parfum que je n’ai jamais porté mais dans la nostalgie duquel je me suis enivrée, plus d’une fois.

Les endroits aussi ont des odeurs et j’aimerais vous en faire sentir une…

Celle de l’Heure Bleue, une minuscule boutique d’antiquités, cachée dans l’ombre de l’Eglise Saint Roch.

Le magasin est là depuis 28 ans, c’est le jardin (presque) secret d’un couple hors du commun.

Martine et Vincent sont des passionnés professionnels et complices comme seuls des amants de longue date peuvent l’être. (Je ne les connais pas. J’ai juste senti quelque chose comme ça. c’est inexplicable…)

Ils sont à la boutique, ensemble, la semaine et font les marchés le dimanche, y chinent de gros ou de menus objets comme ceux qu’on découvre sous la vitrine du comptoir, tout au fond de cet endroit merveilleux.

Je suis claustrophobe et pourtant, dans cette caverne, toute en longueur, de bric et de broc savamment mis en scène, je me suis sentie si bien, tout de suite.

La lumière peut-être…

Ou bien la perspective que donne la hauteur sous plafond avant la mezzanine ?

Pourtant c’est une boutique couloir où deux personnes peuvent à peine se croiser sans se presser contre les étagères, un lieu où l’on devient instinctivement précautionneux.

On y parle à voix basse, ou l’on se tait simplement, laissant passer les anges…

Où que l’œil se pose, il y a un coin de paradis à voir, un panier de foulards de soie posé sur un guéridon Napoléon III, des tabliers en lin accrochés à des volets patinés par le temps, de vieilles fenêtres grises aux carreaux troubles… un miroir.

Des tableaux, des assiettes dépareillées, de la fine porcelaine fragile et partout des lampes diffusant cette lueur qui réchauffe.

Je suis ailleurs…

Devant la coiffeuse de ma pieuse grand-mère, invitée chez les Verdurin, perdue dans une nouvelle de Maupassant…

Il y a l’odeur, à peine perceptible, pas envahissante, juste douce et langoureuse, celle des vieilles maisons qui ont une histoire.

Des maisons de familles, avec des enfants, des brodeuses, une cuisinière, une blanchisseuse qui revient du lavoir, portant la grande panière de draps.

Des champs arrivent les travailleurs, en chemises rêches sur leurs peaux tannées par le soleil…

Savon et sueur, talc de bébé Cadum ou poudre de riz de Madame, la soie se mêle au coton.

Pour 50 euros, la première qui ira pourra acquérir une robe de mariée Pronuptia de 1960, nickel, avec son jupon à volants et même le magazine de l’époque dans lequel elle apparaissait…

Mais pourquoi suis-je déjà mariée ???

Une robe bis, au cas où, qu’on peut dire héritée.

Une robe dans laquelle votre maman ou votre aïeule a souri, franchi le seuil dans les bras d’un homme fort, le cœur serré d’amour et d’appréhension… 50 euros seulement ?

Je vous assure qu’elle est super… la fourrure et les jupes, les gilets, les chaussures aussi !!!

Et oui, une des caractéristiques de l’Heure Bleue, c’est qu’on peut y trouver des cadeaux pour tout le monde et à petits prix, des jouets en bois, de la vaisselle, des lampes (ah ces lampes…), du tissu comme on n’en fait plus.

Des flacons pour les collectionneurs, dans des vitrines, d’amusants clins d’oeil au temps retrouvé…

Vous avez des décors à monter pour un film ?

Vous en avez ras le pompon de votre salle de bain Ikea ?

Là pas de neuf qui sent la peinture !

De l’ancien, qui rappelle les premiers jingles publicitaires :

« Pourquoi vous habiller de brocard ou de velours ?

C’est votre sourire comme une tirelire et non pas vos atours qui plai héhé ront…

Pour leur plaire faut montrer tes belles dents blanches!»

Et des bijoux pour les précieuses… des sacs de tapisserie ou de perles fines les petites bourses (à prix légers aussi oui !).

Les créateurs de vaisselle ou d’accessoires les plus chics du quartier y vont puiser l’inspiration !

Finalement le plus difficile, c’est d’arrêter son choix.

Car cela signifie qu’on va quitter Vincent et Martine, laisser en plan la conversation sur les cloches maraîchères, le pendu du jardin de ma tante, ou leur petite maison à l’Île de Ré… les jolis corps de fermes charentais, Nohan ou Chauvigny et son Moulin.

Sortir affronter Paris semble soudain bien désolant et on rêve que la porte s’ouvre, non sur la rue, mais sur un petit chemin qui sent la noisette.

Je pars pourtant. Je rentre vous raconter l’Heure Bleue que je viens de passer, à papoter confiture et froufrous, comme dans la cuisine d’Adriers ou un ancien salon de coiffure pour dames.

Merci pour l’accueil, pour le voyage dans le temps.

Merci aussi pour ce joli sac fleuri à 15 euros…

J’espère que vous avez un peu senti l’endroit, que vous avez envie de l’aller découvrir ?

D’y dénicher la broche de perles, les boutons de manchette en nacre, ou le miroir argenté, que vous offrirez à votre cher(e) et tendre pour la Saint-Valentin !

C’est suranné cette fête… et alors ?

Anne

EDIT : Après avoir montré volets clos durant quelques mois, on retrouve avec plaisir et jubilation l’univers de l’Heure Bleue, dans une boutique online ! L’occasion d’un nouvel article à lire tout de suite en cliquant ici

25 réflexions sur “L’Heure Bleue Antiquités

  1. Dori dit :

    Voyage dans le temps l’espace d’un post. Mary Poppins rouvre son parapluie pour te suivre dans Paris ; )

  2. quel charme cette boutique…j’imagine que la visite,effectivement, a du être très apaisante, délicieuse.
    se retrouver hors du temps dans cet univers de douceur et de de précieux souvenirs…le « retour » sur le froid macadam parisien a du être
    difficile, comme je te comprends !
    merci pour cette bonne adresse qui a l’air d’abonder en trésors…et pour ce blog classieux et si intéressant !

  3. vincent et martine dit :

    Nous sommes ravis de cette très jolie évocation !
    Vous sous-estimez vraiment vos talents de photographe!
    Nous ne manquerons pas de faire le détour par Adriers avant de rejoindre l’océan.
    Encore merci!

  4. virg dit :

    Ohlala, Anne, hier quand j’ai vu ton post, j’ai cru rever… L’heure Bleue, c’est ma boutique deco preferee a Paris… Je l’ai decouverte il y a environ 6 ans, et j’ai tout adore, j’y ai d’ailleurs trouve mes plus belles boites, c’est tellement poetique (un petit cote Adriers…)
    Merci pour ce beau reportage et merci car je sais maintenant que c’est toujours ouvert ! biz

  5. Cécile dit :

    Merci Anne!!
    Quel bonheur de te lire. J’ai vraiment l’impression de l’avoir visitée avec toi cette boutique. A l’instant, j’ai envie d’être parisienne. Je pense que j’y ferais un tour dès ce matin…(ah non, zut, c’est fermé le mercredi!!) j’ai repéré une jolie applique qui aurait bien sa place dans l’arrière cuisine…
    Marta, tu me fais signe si Martine et Vincent passent par Adriers, j’aimerais beaucoup les rencontrer.
    Bises, bonne journée.

  6. cathie dit :

    Hé, sénateur, toi le cireur, salut les vieilles branches !…
    Merci, j’ai la musique d’Annie dans la tête pour plusieurs jours 😉
    Et tous ces beaux objets anciens, ça me donne envie de me faire un chignon et de porter un camée, tout simplement.

  7. « Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’ attache à notre âme et la force d’ aimer « …
    J’aime tout… Tes photos sont somptueuses.

  8. charlotte dit :

    que des articles aujourd’hui qui me donne envie d’être parisienne!
    mais s’il te plait, aide moi, je bloque sur « C’est votre sourire comme une tirelire… » impossible de me rappeler d’où ça vient!

  9. Merci merci pour l’Heure Bleue !!!
    C’est une si jolie boutique…
    @ Charlotte : regarde le com de Cathie plus haut et appelle-la si tu veux qu’elle te la chante… peut-être même que Gus la connaît aussi 😉
    @ Charlotte encore : J’ai appris la nouvelle, je suis très heureuse pour vous 4 !!! des bisous des câlins des fleurs chics et mes félicitations par dessus !

  10. laprincesse dit :

    Merci je note chacune de vos belles adresses pour m’y rendre lors de mon prochain passage à Paris…Merci vos photos et commentaires sont toujours charmants et poétiques

  11. Marie dit :

    Wahou ! C’est magnifique ! J’adore les vieux objets, les objets qui ont une histoire. Cette boutique a l’air formidable et les beaux objets joliment mis en scène…

  12. Merci Anne pour cette merveilleuse promenade… Les photos sont superbes. J’ai l’impression qu’un peu d’Heure Bleue ou de Shalimar s’envolent des touches de mon ordinateur !
    Et puisque je suis là, j’en profite pour t’inviter voir mon billet du jour : un post exprès pour toi (ou presque !). En réponse à ton commentaire de mardi ! Tu me diras si tu as craqué !-))
    Bises
    isabelle

    • cdecreuze@free.fr dit :

      Bonjour,

      Effectivement je connais la boutique depuis plus de 20 ans. Je viens d’apprendre qu’ils ont déménagé pour entreprendre une autre activité. Connaissez vous leur nouvelle adresse ? si oui, pouvez vous me la transmettre.

      Bien à vous
      cordialement
      Chantal Decreuze

  13. Verpaalen Paul J.J. dit :

    Monsieur, Madame,

    Le numéro de téléphone de l’Heure Bleue a changé. Merci de ne plus rappeler le numéro indiqué dans ce message.

  14. Ping : Vintage Vitrine: MB Select | Chic & Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s