L’armée Loewe

 

 

 

Avec Anne la e-Madone et Fred la star des coiffeurs, nous avons été invités au défilé Loewe pour le prêt-à-porter 2013, d’abord en backstage pour espionner, dessiner avec mon Nipad, photographier, fumer, filmer et regarder les modèles se faire maquiller, coiffer, habiller. Puis au défilé lui-même. C’est assez génial de pouvoir combiner les deux: les coulisses et le spectacle. En général il faut choisir, c’est ou l’un ou l’autre. Quand il y a deux shows on peut être gourmands et tout voir.

 

 

La vérité vraie, c’est que je connaissais Loewe surtout grâce à leurs magnifiques vitrines croisées dans les plus belles rues de Madrid quand je travaillais là-bas. Surtout il y avait des sacs ma-gni-fi-ques. Un vrai travail de gaucho avec des cuirs épais, le logo marqué au fer, la peau embellie par des motifs gaufrés. Je pleurais d’admiration en les regardant. Mais c’est tout.

Donc ce défilé (un challenge m’a dit Anne de réaliser une collection d’été intégralement en cuir), c’était une tuerie. Avec leur bouches rouges sang, leur chignon de duègne tiré sur le bas de la nuque, leur teint blanc indécent, les mannequins démodaient dans la seconde nos peaux dorées et nos cheveux fous. C’était d’une sensualité fulgurante. Une sensualité qui vient de loin, des siècles en arrière. Comme si la folie des toreros alliée à l’austérité de la cour espagnole m’avait clouée sur place.

 

 

Dans la minute je voulais devenir une héroïne à la peau blanche sanglée dans des jupes de cuir kaki moulantes. Dans un soutien-gorge de peau noire collé à la peau. On aurait dit une armée de femmes fatales aux blousons de cuirs rebrodés de cuir. Aux vêtements invisibles de tulle transparents recouverts de motifs anciens cousus à la main. Au milieu du défilé est apparue une madone en pantalon noir dont l’auréole descendait autour du corps jusqu’à la taille.

 

Cette jambe blanche fendant l’imperméable tressé de cuir noir reste pour moi l’image marquante du défilé. Celle d’une sensualité hallucinante gainée de cuir souple, travaillé, raffiné, sévère et sublime.

 

Pour voir les dessins de backstage, c’est ici, dans un article réalisé à quatre mains pour le Huffington Post avec Hélène Brunet-Rivaillon.

Pour voir les photos: Anne vous gratifie d’un reportage backstage sous toutes les coutures. Elle a radiographié le travail du cuir avec l’oeil averti d’un maroquinier de luxe (la vérité, on jurerai qu’elle a déjà bossé là-dedans). Sans oublier le défilé.

Et la vidéo de Fred qui vous fera vivre cette soirée sexy comme en plein jour.

 

Merci à l’équipe Loewe, Merci Anne, Merci Fred.

Une réflexion sur “L’armée Loewe

  1. Coucou beauté, ce nouveau blog est so class… Pur et simple il met parfaitement ton travail en valeur, ton merveilleux travail. Je suis sous le charme de ta nouvelle maison… En souhaitant y lire souvent… tes très beaux billets illustrés

    BRAVO

    Je t’embrasse fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s