Pourquoi j’aime Carven

 

Ceci pourrait-être un banal message banderole de groupie sauvage, mais il ne l'est pas. C'est le message d'une fan de la dernière guerre.

Vous vous souvenez de ma grand-mère? Eh bien elle avait une soeur nommée Tante F. chez qui je passais de longues longues vacances.

 

TanteF 1

 

En fait de vacances, c'était comme un séjour dans une malle à déguisements: le dressing de Tante F prenait plus d'une pièce et parfois elle nous prêtait ses robes offertes par le Maharajah X ou Y l'un de ses "très chers âââmis". Les robes étaient dix fois trop grandes, mais, avec Lou, on se sentait très chic. J'ai passé plus d'une journée d'été à flaner dans le jardin en maillot de bain, capeline XXL, maxi boucles d'oreilles et sac Chanel. Le bonheur sur terre. Le must? Il fallait s'habiller spécialement pour dîner.

 

 

Tantef

 

Un portrait de Tante F qui a servi de modèle pour la boutique de Larmadio del Delitto .

Ma grande occupation, c'était d'aller regarder les wallabies et les flamands roses dans le parc de Carven, à côté. Un grand parc vert où roucoulaient des poules chinoises, des paons, des petits lapins… je me suis souvent demandé pourquoi il n'y avait pas d'éléphant.

Carven1

 

Une année, tous les flamands roses ont été volés, ça a été le drame. Pendant ce temps-là, je lisais tout ce que je pouvais trouver sur Carven qui m'avait l'air d'être une dame intéressante. Si on voulait la voir il fallait envoyer le ballon de son côté (pratique). Un jour Tante F rentre en me disant que Carven avait beaucoup aimé mon dessin de robe de mariée, et qu'elle s'était proposée de me la réaliser pour mon mariage….jour de gloire!

Je vous montre. Heureusement pour moi, ce n'est pas cette robe là que j'ai portée le jour J.

Robemariéecarven

A partir de là, je lui ai voué une admiration totale. Pas exclusive, mais totale. Quand la maison de couture était au fond du gouffre, j'y croyais. Quand j'étais étudiante aux ArtsDéco, je me suis proposée comme stagiaire (ils étaient tellement dans le précipice qu'ils ne pouvaient même pas prendre de stagiaire), j'y croyais toujours. Je regardais chaque défilé couture, et je m'étais jurée de travailler là-bas. Par fidélité en somme.

Et Bam! Le voilà!

ChaussurescarvenLui là, avec ses chaussures à noeuds, ses robes asymétriques. Des tenues pas très défilégéniques, mais très très cintrogéniques: quand on repère les tenues sur cintre, on ne peut plus s'en détacher. C'est violent comme effet.

 

Capture d’écran 2012-03-13 à 13.07.29

 

Le chevalier (il s'appelle Guillaume Henry) est arrivé pour sauver la maison agonisante. Je le savais, je n'y avais pas cru pour rien. Maintenant tout le monde s'amourache de cette marque, ça aussi je le savais. Voilà c'est pour tout ça que j'aime Carven.

Bisous! C'était un message de groupie sauvage.

Ps: leur dernier défilé, c'est ici.

 

21 réflexions sur “Pourquoi j’aime Carven

  1. Belle histoire !
    De mon côté aussi, Carven a le gout de l’enfance , ou plutôt le parfum de l’enfance, c’était celui de mon père et doit l’être encore …

  2. Non, ce n’est pas une histoire de groupie : c’est une jolie histoire d’amour, née de l’enfance et des souvenirs heureux…
    J’adore la touche que Guillaume Henry offre à Carven : une bonne dose de légèreté intelligente dans ce monde de brutes 😉

  3. Ooooh Eudoxie! Que j’aime ton post!!! Ta robe de mariée!! Ce croquis exquis des chaussures, le terme « groupie sauvage » … Et cette jolie coïncidence d’avoir été voisine de Madame Carven.
    Je me souviens aussi de la période où Carven agonisait. Une de mes amies y travaillait. Je n’aurais jamais pensé qu’elle puisse se relever. Comme quoi… Oui, Guillaume Henry a énormément de talent mais aussi, il y a eu des financiers, car on a beau dire, c’est le nerf de la mode;

  4. ISA, ah j’aime bien que ce soit le parfum de ton Papa. En plus un souvenir olfactif c’est d’autant plus fort.
    STELDA, mais oui exactement, j’avais du mal à cerner l’importance que je donnais à cette maison, comme tu dis: c’est une histoire d’enfance. Et tu ne le trouves pas très médiéval toi Henry? Un peu boy-scout peut-être. J’aime bien, je trouve que c’est un univers qui tranche sur les autres.
    ISA, oui c’est moi, je devais avoir 9/10 ans. Et tu as vu cette robe de mariée ravissante, surtout les noeuds… Après tu as raison il y a une bonne dose de sous dans cette histoire, parce que Pascal Millet n’était pas mauvais.

  5. Ah ma Chèèèère Amie,
    Te voir ici, petite fille… réaliser que Tante Cécilia est aussi Tante F, qu’on a toutes une Tante (la mienne s’appelle Amélie) qui nous a donné le goût du beau, sans forcément qu’on le réalise avant des années, un peu trop tard… C’est fascinant et pour moi, c’est aussi un énorme espoir.
    Car vois-tu, si je n’ai pas comme toi de Mini-me blondes adorables, j’ai des nièces, toutes petites encore… et j’aimerais tant un jour être pour elle cette extravagante vieille toupie dont le dressing est une malle à déguisements.
    Je me le suis promis. Elles ne le savent pas encore, elles sont trop jeunes, mais un jour viendra où elles m’idolâtreront (Ben oui, c’est mon but secret) !
    Je file voir Carven en intégralité, mythique.
    Bisous
    Anne

  6. Jolie histoire que la tienne belle Eudoxie…
    Un parcours de princesse pour une jeune femme aussi jeune.
    Tes dessins magnifiques comme toujours, sous le charme de tes shoes…
    Gros bisous

  7. Quelle belle histoire! Le retour de Carven en force est incroyable! Il y a une boutique à côté de chez moi avec de magnifiques robes Carven…

  8. grÄfin dit :

    Souvenirs…!Il ne manque à tout ceci que les ballades en barque, etc.
    Je m’attendais à une évocation des poupées (innombrables et souvent gigantesques). Les Celtiques, de Hugo P. traduisent l’impression faite sur l’esprit d’un gamin comme moi alors: cf. quand le fou se bat contre la collection de marionnettes.

  9. Cette photo de toi est superbe ! C’est déjà toi. J’adore ! Tellement important les déguisements dans la vie d’une petite fille… Je m’en rappelle encore et avec bonheur également. Très joli billet, enchanteur… Comme j’aime !

  10. Il fallait s’habiller spécialement pour diner! Avec les robes du Majarajah (une vieille connaissance)! Et les flamands roses ont été volés! Ah ben justement tante Cecilia était là ce jour là, j’ai entendu un tas de versions de cette histoire.
    J’aime beaucoup le concept de cintrogénique.

  11. Une boutique à Pau fait Carven, je suis hyper fan depuis l’été dernier mais j’ai surtout adoré ce billet tout en finesse et en nostalgie, tu es une fée Eudoxie !!

  12. Ahahah! Je découvre ton blog !! Je suis morte de rire, et les Carven, je viens de les voir aux Galeries Lafayette, elles sont mais elles sont mais elles sont…. Bêêêêêêêêêêêêêêlles…. 😉

  13. Coucou Eudox’ Tout d’abord, tu sais que j’adore Carven ! J’ai donc trouvé ton article fabuleux…Vraiment… La robe de mariée, l’histoire avec le ballon envoyé dans le jardin d’en face… Puis cette illustration avec les escarpins à noeud ! D’ailleurs, il me les faut… Et sinon, j’ai reçu un avis de passage du facteur, j’imagine que c’est mon pompon qui est arrivé ! Je vais le chercher dès demain, j’ai hâte 🙂 GROS BISOUS

  14. Quelle jolie histoire, poétique avec l’émerveillement et le petit pincement au coeur de l’enfance. Bcp de gens oublient cette période difficile de Carven au vu de l’incroyable renouveau actuel.
    Moi j’aime particulièrement Carven… car j’y ai travaillé au moment même de l’arrivée de Guillaume Henry… mais c’était un CDD et vu l’aléa de l’arrivée d’un nouveau designer à la fin je n’ai pas souhaité renouveller… un de mes très grands regrets:/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s