Garnrollenhalter

Une de mes meilleures amies, une vraie amie d’enfance avec laquelle j’ai collectionné les gommes puis échangé mecs ou rouges à lèvres, vient d’ouvrir un blog !

Pour sa défense, permettez-moi de vous signaler avant toute chose qu’elle est expatriée en Allemagne depuis des années… ce qui explique probablement bien des choses.

On ne se voit pas souvent, mais on s’appelle de temps en temps.
Chaque fois, on retrouve les fous rires et la complicité des gamines qu’on a été.

Quand j’ai vu sur son blog qu’elle avait reçu un engin bizarre, ça m’a d’abord intriguée.

Et puis je me suis dit qu’après tout, chacun son intimité.
On peut être amies sans avoir les mêmes penchants.
Nos vies ont pris des chemins différents…
Si elle verse dans les sectes ou le fakirisme, grand bien lui fasse !
Du moment qu’elle est heureuse, ça me va.

Est-ce vraiment dangereux ?

OUILLE !

Mais pas de jugement hâtif.

Internet est un lieu d’expression libre et nous sommes entre adultes.

J’avais sous-estimé la situation.

Voilà l’objet dans son intégralité :

Dans un intérieur germanophile, ça donnerait quelque chose comme ça :

Cécile (alias Wonderwoman), quand elle a du temps libre (entre ses deux maisons, son chat, son mari, ses trois enfants, la cuisine, le jardinage, les brocantes et les visites de musées…), réalise ce genre de choses, si minutieusement parfaites que j’en suis émue :

Alors il fallait que j’avoue la sombre vérité…

J’ai déjà partagé ici ma petite expérience de couturière.

Elle seule se souviendra qu’en cours d’EMT, son marbré au chocolat imitation Savane était parfaitement rayé et deux fois plus épais que le mien à l’uniforme couleur et texture de gloubiboulga.

Une autre fois, c’est un buste de Toutankhamon en terre glaise qui a fini d’or et de turquoise sur la cheminée de ses parents quand le mien, fissuré gravement à la cuisson, restait un chef d’œuvre méconnu de sculpture post-moderne ou précolombienne…

Je noie le poisson parce que j’ai un truc à dire et que j’ai honte, na !

Derrière mon bureau, il y a une sorte d’étagère sur roulettes que Lancelot appelle la Tour Infernale.
Elle date de nos premières années de petit couple modèle, quand je cousais des housses aux coussins et faisais des ourlets à des nappes.
Sur les étagères, il y a des boîtes de rangement blanches (grises) et dans les boîtes, des fournitures diverses.

Ma Masterpiece a été la housse imaginée et conçue par moi-même, en soie sauvage vert bouteille piqué de fil fuchsia et nouée tout le long de rubans multicolores. Housse parallélépipèdique de plus de 2 mètres de haut, censée recouvrir l’étagère et d’une laideur dont tout le monde conviendra.

Allez je vous présente un endroit de mon appartement dans lequel il est dangereux de s’aventurer !

En exclusivité mondiale, voici la Tour Infernale et ma « Boîte à Couture » que je sors et que j’ouvre (d’habitude, je plonge le bras dedans à l’aveugle pour me piquer les doigts, récupérer un fil et une aiguille, deux fois par an maximum).

Pardon.

Je ne suis pas une souillon ! Pas vraiment…
Mes chaussures sont toutes dans leurs boîtes d’origine, mes sacs dans des dustbags, mes manteaux sous des housses, je vous le jure !

Cette tour, c’est mon placard secret de Monica Geller.

Ta maison est belle, Cécile, et tu me donnes envie de faire des efforts.

Promis je range… le week-end prochain… ou au mois de juillet… (ou aux calendes grecques !)

Anne

Lien :
Blog tout neuf La Maison de Cécile

Une réflexion sur “Garnrollenhalter

  1. Anne, je t’aime!!

    J’aime te lire, papoter des heures au tel, me souvenir de tous ces moments partagés (les mecs, pas tant que ça quand même!!!)
    Que de bons souvenirs…(les projets d’appart ensemble à Poitiers quand on faisait une pause derrière le gymnase pendant l’endurance…j’avais oublié le marbré…quant au buste de Toutankhamon, je crois bien qu’il y est encore chez mes parents…mais dans un carton)
    Tu vois, nous sommes vraiment complémentaires, car chez moi, ce sont les chaussures , les sacs à main et les robes qui souffrent…
    Mais tout de même!!!! T’imaginer…
    Bon, j’arrête là. Gros gros bisous et merci pour ton article qui me fait un grand plaisir.
    PDC

    Cécile

  2. Dori dit :

    Je possède une boîte à bobines. Contagion ?^^Elle est ronde, en carton, contient 4 boîtes métalliques colorées, une pour les aiguilles plantées sur un coussin et 3 autres qui renferment chacune une teinte (claire, moyenne, foncée). Mais derrière tout cela repose un coeur immense qui a offert des heures de son temps de vie. L’aiguille ne pique que les doigts, le fil de l’histoire tient bon, brodons/tricotons nos trésors, nos rêves encore. Tisser des étoiles…

    Lady A, guide officielle de la recharge d’énergie ; )

    nb : ouiiii les planques à souk c’est le bonheur à l’état brut… peur, doute, tentatives s’y pêle-mêlent, malle d’attente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s