La Mariée sera en Lorafolk…

Je suis très bien placée pour donner des conseils Mode aux futures mariées… je sais exactement TOUT ce qu’il faut éviter ! Pourquoi ? Parce que je l’ai fait.

Forte donc de mon expérience de mariage « Barbie Reine des Fleurs », lorsque Laura a sorti sa collection capsule de robes de mariée, j’ai voulu en savoir un peu plus.

Mais si ! Laura… Souvenez-vous, la jolie créatrice de Lorafolk, petite boutique-atelier au coeur de Paris où je passe si souvent rêver devant une tunique à paillettes ou un blouson veau velours nude. Présentation et visite par ici.

Et bien non contente du succès de ses robes de cocktail, inspirée comme jamais, cette accro du boulot et Docteur es Elégance a décidé de proposer aussi du long, du blanc, de la meringue à cerceaux, des nuages de tulle, des diadèmes… bref, de la robe de Mariée !

Ah ben non, en fait ce n’est pas du tout ce que je vous racontais, c’est fluide, aérien et résolument moderne… OMG, c’est magnifique ! Il faut qu’on regarde ça de plus près… Tout de suite !!!

Je file à la boutique pour prendre quelques clichés (parce qu’on sait bien que sur les shootings professionnels, les robes blanchies, les filles de 3 grammes et des épingles en tous sens dans un tissu récalcitrant donneraient l’apparence d’une nymphe à un pachyderme : méfiance !)

Laura, me voilà !

Hum hum… c’est vraiment, vraiment beau, même sur cintres.

J’en prends une, c’est une plume. De la soie si douce et parfaite entre blanc et ivoire, elle tiendrait dans mon sac à main tant elle est légère…

Pourtant, si elles en ont le confort, vues de près, les robes de Laura ne sont pas des nuisettes. Le travail de broderie à la main, les plissés des fleurs, la poudre de fée microscopique qui scintille par endroits, les détails en dentelle de Calais… c’est du travail d’orfèvre.

Ces manches art-déco, écailles aux reflets nacrés… il y a de l’Andersen qui s’en échappe, une Petite Sirène.

Alors justement, on se dit immédiatement que c’est joli sur une sirène, une épure, fine aux longues jambes. Oui. Les images qui suivront de la belle Léo en sont autant de preuves flagrantes. Mais pas que !

Croyez-moi, je connais les coupes de Laura et si vous avez quelques courbes, elle les sublimera. Parce qu’évidemment c’est cousu sur-mesure et adaptable à chacune. La carrure, le décolleté, les plis, le nombre de fleurs du décor : tout sera fait pour que vous soyez magnifique…

Conseil perso : Laura ne le fait pas encore mais il suffit de demander… Pensez à commander une pochette assortie (les mariées sont bien finuches avec leur bouquet, mais où mettent-elles leur iPhone le jour J ? Et si elles stressent, elles fument de la pivoine ???)

Vous l’aurez compris, les robes de Laura donnent envie de divorcer… ou de verser un peu d’arsenic dans son bol de Chocapic. (heureusement, c’est la seule chose qui provoque ce genre de pensée dans mon couple, tout va bien, merci !)

Ces robes s’enfilent sans l’aide de trois demoiselles d’honneur et une belle-mère musclée qui noue le corset… Elles vivent la journée à même la peau, dansent jusqu’au petit matin, adorent les pieds nus, se lovent dans les bras de votre amoureux, ne résistent pas longtemps à ses efforts pour comprendre, même un peu éméché, comment les envoyer valser en chiffon au pied du lit…

Un coup de fer et elles renaissent dans votre dressing, témoins éternels des moments heureux.

Elles sont quatre pour l’instant et chacune me parle.

 

NINE

Nine est la version Couture de la robe phare de Laura que je connais bien. Elle se drape et se noue avec génie ou maladresse, toujours jolie, s’accommode de la taille serrée par l’angoisse de la cérémonie jusqu’au plaisir gourmand de la dernière part de Wedding Cake. Elle évolue dans la journée.

Classique et romantique en nuances, dosée au millimètre d’une dentelle si fine, elle s’oublie presque pour vous faire rayonner.

Nine est chic.

 

 

ANA

Ana semble double mais le top rebrodé de sequins est cousu à la jupe devant, elle est aérée, coup de génie.

Pas conventionnelle, elle sait se faire remarquer sans en faire trop. Elle joue la carte de l’élégance en deux parties (qu’on pourra ensuite désolidariser pour récupérer ce top trop parfait même avec un jean…)

Un brin schizophrène, Ana est tout sauf gnan-gnan. Elle fait très Carole Bouquet sans le bouquet.

Ana est simplement trop belle pour toi… ou pas !

 

 

NICO

Nico… une robe pour Daryl Hannah dont on a déjà reluqué les écailles. Sa ligne est irréprochable, son dos a un petit bouton bijou que l’on découvrira en relevant les cheveux de la poupée.

Rétro, lumineuse, on l’imagine sous les lumières dansantes d’une boîte de Jazz à Saint-Germain, chanter d’une voix un peu cassée du Billie Holiday. Elle a le blues en elle.

Nico est divine.

 

 

LOUISE

Louise enfin, crêpée sur un fil de soie, représente l’éclosion d’une femme douce et (pas si) fragile sous la jeune fille en fleurs. Proustienne, elle est la plus complexe de toutes. Sage et rebelle à la fois, adolescente en pleine crise, son humeur change.

Elle vous adore et quand ses fleurs lui montent à la tête, elle vous em…

Louise est moins pure qu’elle n’en a l’air.

On a fait le tour. Pas mal, non ?

Un dernier regard au portant avant de tourner les talons…

Zoom sur les matières, l’oeil de biche embué :

Et si…

Pourquoi pas, après tout ?

Si l’on ne laissait pas aux fiancées le privilège de cette capsule… si même après le OUI fatidique, ou avant, ou sans, dans l’intimité du foyer, pour rendre le quotidien glamour… en secret…

On pourrait décider de déprimer dans la soie, s’habiller pour faire la vaisselle et enfiler des gants mapa en robe Ana :

Ou bien encore se nouer les cheveux d’une couronne en dentelle pour récurer la salle de bain en relevant juste le bas de la jupe Nine :

Les corvées deviendront pétillantes… et qui saura ?

Pour sortir en revanche, sans être déguisée en Déesse inaccessible immaculée, on fera juste un crochet de quelques centimètres dans la boutique pour découvrir la collection Automne-Hiver de Lorafolk :

Je ne vous l’ai pas présentée cette année, mais je vous avais montré la précédente en vidéo magique par ici.

Alors pour le plaisir des yeux et vous donner envie de filer sur le site découvrir robe de cuir noir, short argenté, dentelle d’or et perfecto nacré… le nouveau petit film alléchant que voici :

 

Si vous n’êtes pas déjà sur google map en train de vérifier l’adresse, tout en composant le numéro de téléphone pour prendre rendez-vous, merci de laisser un commentaire ci-dessous avant de filer.

Tous les bons plans des mariées, les conseils des autres, les avis des expertes et des néophytes, seront autant de valeur ajoutée à cet exposé émerveillé.

Anne

Liens et informations : 

Le site officiel de Lorafolk

Sa Collection Robes de Mariée

Le Blog de Laura

Lorafolk sur Facebook

Lorafolk sur Pinterest, ma drogue quotidienne

LORAFOLK, boutique – atelier

Ouvert du mardi au samedi de 10h00 à 19h00

10, rue Beauregard

75002 Paris

09.50.23.81.94

(prenez rendez-vous si vous venez pour la collection mariée, vous serez chouchoutée…)

13 réflexions sur “La Mariée sera en Lorafolk…

  1. MrsB dit :

    Diantre, je vais porter un cierge à Sainte Rita pour qu’on retrouve le cendrier de cette jeune fille, la cigarette de chauffeur routier c’est charmant (enfin imaginer les poumons noircis et la faucheuse ravie – moins), mais le mégot par terre raconte l’ histoire de Mimi cracra se marie.

    Les robes sont absolument délicieuses.

    • Anne dit :

      J’adore quand tu prends ton air offusquée… c’est si délicieux (cet adjectif fera ma journée).

    • Anne dit :

      N’est-ce pas ?

      Mais toi, grand gourou, tu lui aurais fait un chignon bien haut, avec des volutes et des anglaises des deux côtés… de la laque pailletée, tout ça… Je te connais si bien :p

  2. Je suis passé devant la boutique lors de mon dernier périple parisien, en octobre. Je n’ai pas osé rentrer juste pour regarder… La collection mariée est une suite parfaite de son travail. Tu n’as jamais pensé à écrire un guide du Shopping poétique ?

    • Anne dit :

      Elle va être triste en lisant ça Laura… c’est si accueillant chez elle…

      Un guide du shopping poétique ? Quelle bonne idée ! Je le dédierais à mon banquier 🙂

    • Je me ferai pardonner en y allant la prochaine fois ;-). Dédicace à son banquier, oui! c’est tout à fait ce qu’il convient.

  3. Ping : Headbands – Lorafolk x Tara Jarmon | Chic & Geek

  4. Ping : Headband de Fêtes | Chic & Geek

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s