Cultivons notre jardin, chez Galignani

Parfois le vert s’invite où on ne l’attend pas, dans la boîte aux lettres !

Cocktail chic, rue de Rivoli.

J’aime les promenades collés-serrés en scooter cheveux au vent à Saint Germain des Prés, jouer avec tes doigts sur le Pont des Arts, en talons c’est tordant, le lèche-vitrines fleuries

Pourtant, le vert de mon enfance me manque. L’horizon aussi… l’espace. J’étouffe parfois. Alors j’écris, ou bien je rêve de luxe immobilier.

Et puis chaque fois que je traverse la Seine, toute étourdie par un syndrome de Stendhal, je me dis en son coeur historique que Paris est décidément la plus belle ville du monde.

On croit que tout y est gris. Ce n’est pas vrai. Il faut simplement chercher un peu et la chance nous sourit, les jardins fleurissent.

Parfois même, le vert s’invite où on ne l’attend pas, dans la boîte aux lettres !

Galignani, quel bonheur !

C’est l’occasion parfaite pour une sortie en amoureux…

Partons à Londres rue de Rivoli, le temps d’un cocktail mondain.

Vous connaissez ma routine : avant de m’aventurer dans les tréfonds d’une échoppe, je commence par une phase d’approche en douceur, une mise en bouche, la vitrine !

Je m’en approche et j’essaie de distinguer malgré les reflets la jolie mise en scène de ce petit livre vert.

Plus près.

Encore.

Ma curiosité est piquée, j’ai envie d’ouvrir chaque ouvrage que le verre épais dérobe à la main.

Derniers détails, le temps d’une respiration colorée.

Hélène me sourit depuis la porte, amusée de mes exercices de contorsionniste photographe amateur… Je la rejoins, lui présente mon chevalier. Rassurés par son accueil chaleureux, comme Mary Poppins sauterait dans un dessin à la craie, le temps d’un battement de cils, en un pas, main dans la main, nous franchissons le seuil de ce temple british parisien.

Lancelot est chargé de la délicate mission d’acheter 2 exemplaires du livre que je ferai dédicacer. Un pour Marta et un pour (Merci Cécile, de m’envoyer des belles images toujours de cette campagne où nous avons grandi ensemble ;)).

Il en profite pour saluer, derrière le comptoir fleuri, en haut, sa gracieuse Majesté (si vous cliquez, vous verrez des images de la célébration du Jubilé chez Galignani).

Dans la grande librairie que j’aime, se mêlant agréablement au bois patiné des étagères et du parquet, la verdure a envahi l’espace et semble apprécier la lumière qui descend de l’immense verrière…

Le ton est donné, par touches, nous sommes dans un jardin anglais.

Comment y trouver le talentueux illustrateur du petit livre vert et des gravures de la vitrine pour qu’il signe mes livres ?

Un élégant, coupe de champagne à la main et canne au poignet nous met sur la voie…

Suivant la piste des fleurs en gros bouquets chics, nous progressons lentement, musardant d’étal en étagère, vers le centre de la Party.

Un délicieux macaron, à la main d’une gourmande, auriculaire levé, me dit que nous approchons…

Le voilà ! Pierre Le-Tan, petit homme souriant, est assis à une table de laquelle je m’approche timidement. Il est charmant et nous parlons quelques minutes de ces deux jardinières auxquelles sont destinés les livres.

Il me pose quelques questions courtoises avant de leur écrire un petit mot et je repars victorieuse, cédant la place à d’autres admirateurs patients.

Je vais pouvoir leur envoyer mon cadeau spécial (et revenir éditer cet article de leurs impressions éclairées quand elles auront lu l’ouvrage…).

Mais je n’en ai pas terminé avec cette caverne d’Ali Baba et je suis bien décidée à vous montrer encore quelques recoins du jardin, fleuris, ou potagers.

Un instant je m’égare, mais il est bien question de Jardin ici…

Oups, c’était le rayon des thrillers. Reprenons les fouilles, méticuleusement.

Ah ! On dirait qu’on touche au but :

Zut, un livre égaré et les merveilles de Versailles m’ont induite en erreur. Architecture et Arts Décoratifs…

Un arbre !

C’était celui de la connaissance… intéressant cependant.

Peut-être aurais-je plus de chance avec les livres sur Paris et la France :

Non plus. J’ai appris cependant à mon plus grand étonnement que les enfants français mangeaient de tout, ce qui me semble une vérité très approximative au vu de mon expérience personnelle… mais quand on reprend aussi joliment le vichy de Bonne-Maman, je ne peux que sourire.

Tiens, tiens, un potager fameux, celui de la Maison Blanche !

Michelle Obama vient de sortir ce livre et il est donc dans l’actualité, au milieu des recettes de cuisine, allez comprendre…

Cherche encore !

Je me demande si je ne fais pas exprès de me perdre tant il est agréable de se retrouver, au milieu de tous ces ouvrages. Je resterais des heures.

Lancelot me fait signe, il a flairé un filon sous forme de citrouille.

Je lève les yeux :

Alléluia ! Nous voilà face à une sélection pointue de livres illustrés sur les jardins du monde entier. Un bonheur.

Il y en a du plafond jusqu’au sol, c’est fantastique.

Les roses anciennes sont mes préférées. Elles me font penser à Jane Austen et Elizabeth Gaskell… je suis vraiment dans la campagne anglaise.

Et ce catalogue de gravures potagères est un délice à feuilleter, même si avouons-le, son volume ne le rend pas pratique comme livre de chevet…

J’ai plutôt envie d’en découper les pages pour les encadrer et en faire le décor de ma prochaine cuisine…

Une invite à suivre Candide au premier degré, et une bouffée de nostalgie pour le potager de maman, les haricots verts fraichement cueillis de mamie, dont le goût unique soudain me chatouille le palais. Aurai-je un jour la main verte de ces jardinières ? J’en doute, mais ne désespère pas.

L’Eden que j’appelais de mes voeux est revenu à mes sens grâce à ce moment suspendu sous la verrière de Galignani, un endroit chaleureux et paisible, dont la magie m’emporte loin… toujours.

Il est l’heure de prendre congé.

Je me retourne subrepticement pour un dernier regard à la vitrine verdoyante dans laquelle se reflète incongrument le pied joliment chaussé d’une parisienne pressée.

C’est blottie contre mon chevalier, dans le crépuscule qui s’abat sur la ville encore tiède d’une après-midi caniculaire, que nous filons vers la maison… Je repense à Booz endormi.

« Une immense bonté tombait du firmament ;

C’était l’heure tranquille où les lions vont boire. »

Notre monture à l’écurie, nous regagnons à pieds le nid conjugal. La nuit est tombée maintenant… Je récite encore en riant à la lune :

« Quel Dieu, quel moissonneur de l’éternel été,

Avait, en s’en allant, négligemment jeté

Cette faucille d’or dans le champs des étoiles. »

Et ponctue ce doux murmure à son oreille par un baiser aussi sonore qu’inattendu, qui le fait bondir et m’émerveille d’une gaité toute enfantine.

Anne

Liens et informations:

Le merveilleux site de Galignani

La boutique à Paris:

Galignani
224, rue de Rivoli
75001 Paris
01 43 60 76 07

20 réflexions sur “Cultivons notre jardin, chez Galignani

  1. Hier j’ai admiré les vitrines de Baby Tuileries et de BonPoint avec une grosse pensée pour toi ;-). Et j’ai campé 15 mn devant Dary’s au cas où tu passerais :)). Mais j’ai sauté la libraiie magique, pourtant inscrite sur mon parcours… Tu viens d’attiser mes regrets. Quel havre de paix!

    Bisous et bonne journée

    • Anne dit :

      Ce qui est dingue, c’est que je suis passée ce jour-là, j’ai vu la merveille de vitrine de Bonpoint, longé la rue, remonté la Place du Marché…

      La prochaine fois, on se fixe un vrai rendez-vous !

    • Anne dit :

      Oh oui ! S’il fait beau, montre nous les jardins milanais, je suis certaine qu’ils sont fabuleux…

  2. Magnifique Anne !

    J’adore le travail de Pierre Le Tan ! Je suis très tentée par son livre maintenant !

    (Et tu es superbe et chic, juste comme toujours !)

    • Anne dit :

      Trop mimi Stéphanie…

      Pas facile de s’habiller quand on prend le scooter, mais j’ai essayé de faire honneur au lieu en évitant mon sempiternel jean 😉

      Cet homme est charmant et le livre un pamphlet plein d’esprit et de références, beau cadeau pour une jardinière.

  3. ah tes citations, merveilles des merveilles, on te croirait égarée dans une campagne féérique au beau milieu du grand Paris. Cette librairie, c’est le rêve. Imagines ça: uniquement des livres désirables. Il y a de quoi mourir. Et sais-tu que j’ai désepérément cherché le livre « Bals » à Bordeaux après avoir lu ton article. Evidemment Galligani est le seul à le distribuer en France, et encore il est en rupture de stock. Simplement il va fallir que je trouve une solution parceque je veux absolument le lire. Gros bisous! Et mes petits chats passent des heures à jouer avec tes petites souris. C’était un délice de te voir. E.

    • Anne dit :

      Mrs B. te dit plus bas comment le trouver…

      Tes chatons sont des amours, et très photogéniques. Un passera par là dans pas longtemps… courant derrière une souris.

  4. Amelie dit :

    Quelle plume ! Un vrai don de narration. Merci Guenièvre pour tes envolées paysagères…

  5. MrsB dit :

    Anne, quelle belle déclaration à ton preux chevalier et quelle chance de pouvoir te promener dans cette serre intellectuelle, raffinée, cosmopolite qu’est Galligani, je t’envie mais me consoler en pensant au bouquet de roses anciennes que j’irais couper à l’heure où les lions vont boire, je lui donnerais ton nom le bouquet Dame Anne de P.

    Rosement tienne

    @Eudoxie Bals de Nicholas Foulke ? Si oui, je l’ai offert à une de mes belles soeurs et trouvé simplement sur le site marchand A*azon, moins chic, moins éthique que Galligani mais l’emplette fut faite en quelques clics de souris magique.

    • Anne dit :

      Oh des roses à mon nom, comme c’est délicat ! Je les hume désespérément depuis ma fenêtre aux 4 vents pollués… Tu as le meilleur dans ton jardin, crois moi !

  6. La librairie Calignani est un lieu tellement tentant – surtout si l’on pratique l’anglais – que je ne m’y aventure qu’avec, en tête, un budget maximal et une idée précise!

    Besoin de vert, moi aussi – et pourtant, je suis surtout citadine. Est-ce le temps, ce printemps, qui nous a dissuadé de sortir suffisamment?

  7. Ping : Vacances à Paris | Chic & Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s