Le sourire de Laura

Une robe toute simple dans sa coupe, mais en soie dorée de sequins rebrodée, une robe couleur du soleil…
Vous en souvenez-vous ?

Il y a un peu plus d’un mois, je partageais avec vous une fascinante vidéo mettant en scène une désirable collection.

De la jeune créatrice de Lorafolk, je ne savais pas grand chose alors…

Ensemble nous avons commencé l’enquête, visité son site, puis perdu le fil et la raison devant une robe en particulier, une robe toute simple dans sa coupe, mais en soie dorée de sequins rebrodée, une robe couleur du soleil.

C’est précisément cette robe qui a atterri dans ma boîte mail quelques jours plus tard, illustrant l’invitation de Laura à venir découvrir sa boutique – atelier.

Devant cet indice tombé du ciel, j’ai remis mon trench de Columbo, fermé à demi une paupière et adopté un basset hound* pour poursuivre mes investigations dans les meilleures conditions.

Le premier soir donc, j’ai poussé ma promenade jusqu’à la rue Beauregard, bas sentier, juste au-dessus de Montorgueil, une boutique toute fraîche, dans un renfoncement de la chaussée, heureuse configuration des lieux puisqu’elle permettait d’installer de la verdure et une petite table bleue, accueillante.

La façade elle-même est étroite, juste la place d’y écrire « Lorafolk », en lettres d’or, au dessus de la porte de verre.

Déjà on devine l’ambiance, rien qu’à l’allure du plafond : projecteurs sur rails, modernes, mais poutres de chêne, murs aux pierres apparentes et grosse boule de plume accrochée… la touche folk.

Dans l’unique vitrine visible, une robe mystérieuse, un travail dans le tissu étonnant, jamais vu, de fils habilement découpés…

Je vous montrerai ça de plus près dans la suite.

A l’intérieur, on aperçoit les silhouettes d’invités joyeux, champagne à la main : Party Time !
Des jambes interminables attirent mon objectif Leica sur une jeune femme à la silhouette de sylphide. Ajoutez-y la fraîcheur de sa jeunesse, la blondeur des blés, et le style rétro d’une tunique noir et or… elle m’agace déjà 😉 Mannequin sans doute. Bénie par la nature, c’est indéniable.

Allez zou, je ne mesure qu’un mètre 12, mais j’entre !

Après tout, je suis venue pour ça. Je veux voir, caresser et vous montrer de plus près ce qui nous avait titillé les hormones et la CB en images mouvantes. Je serai implacable. Je suis une enquêtrice de choc, incorruptible, toute entière focalisée sur mon objet. Vous saurez si la moindre couture est de travers, je traquerai le polyester.

A pas de loup, fendant la foule incognito, je m’approche donc de la collection convoitée.

Plus près ?
Il suffit de demander…

Que vous le souhaitiez ou pas, j’ai passé une bonne partie de mon temps carrément dans les portants, le nez collé aux détails… dentelles, soies, broderies, en aplats ou sur toute la pièce, voici quelques extraits de la collection printemps-été 2012 Lorafolk, à portée de doigts.





Soudain, au milieu des cintres, je tombe sur LE truc dont j’ai toujours eu envie sans le savoir encore : le parfait perfecto d’été, taupe, nude, fluide et doux. L’épagneul* qui sommeillait en moi est à l’arrêt, patte levé, nez au vent, focus.
J’oublie l’enquête, j’oublie tout. Il me le faut.

Quelques minutes plus tard, immobile, yeux écarquillés, insensible au monde qui circule autour de moi, je suis toujours devant cette veste, caressant machinalement sa manche, comme si c’était le bras d’une amie chère. J’ai probablement l’air d’une vieille toupie

Quand soudain…

Gentiment, elle s’approche de moi, me sourit. Je fonds.

C’est la déesse précédemment repérée. C’est Laura, la créatrice. Elle ne m’agace plus du tout, elle m’hypnotise.

Vite vite, une question intelligente sur ses sources d’inspiration, son parcours… Anne, ouvre la bouche !

« Euh… C’est joli ce ruban à ton poignet. Je peux le prendre en photo ? je collectionne les images de montres Chanel. »

Bravo moi ! Plus débile c’était difficile.

Mais déjà Laura m’entraine vers une petite table pour me nouer un ruban au poignet.

Elle se souvient de mon premier article. Elle est charmante, gentille, touchante, forte et fragile, amusante, sexy en diable dans sa robe de l’hiver prochain (j’ai hâte de voir le reste de la collection…)

Nous avons discuté un long moment, nous nous sommes apprivoisées et promis de nous revoir. Je n’ai évidemment pas pris de notes, mais l’important c’est l’impression générale : j’ai envie d’être amie avec Laura.

Je me doute que les mauvaises langues vont penser que c’est pour avoir une réduction sur ma veste ci-dessus. Même pas ! C’est juste une de ces rencontres évidentes. Oubliée mon objectivité. De toutes façons, vous aviez déjà compris comme moi qu’elle était surdouée. A quoi bon en rajouter. De critique positive, je deviens fan.

Oh ! Regardez ces adorables petites pochettes de cuir…

Le raffinement est décidément présent partout dans cet espace tout blanc, tout neuf, tout beau.

Laura a pris le temps de parler avec moi, on a plein de projets. J’aimerais revenir avec Fred pour une vidéo, Eudoxie pour des croquis, Magali pour des essayages… J’ai envie de présenter ma nouvelle copine et ses créations au monde entier.

Mais je la laisse accueillir ses autres invités et je m’éclipse de cette jolie boutique (vous trouverez toutes les infos en bas, comme d’habitude).

Dès mon retour, je me suis précipitée sur son site pour voir ce que donnaient ces merveilles portées. La collection y est maintenant en ligne dans son intégralité et vous pouvez même commander. 15 jours d’attente ce n’est pas grand chose pour une robe qui sera confectionnée sur demande, spécialement pour vous…

Petit aperçu de la collection pour vous mettre l’eau à la bouche :
Des robes, plein, toutes féminines et confortables

Des dentelles, de la soie, un short de cuir, une jupe longue… teintes nude pour un été tout en douceur.


Et puis des vestes, dont mon fameux perfecto, des vestes à retourner pendant l’entre-deux-tours, à enfiler sur un jean, cool ou pour sortir, élégance raffinée.

Le V de la victoire, pour Laura et sa ligne.

Je n’ai même pas signé le Livre d’Or. Trop timide…

J’espère donc que cet article compensera mon indélicatesse et vous amènera nombreuses à aller visiter le site et la boutique.

De nouvelles aventures sont en cours pour Laura qui est en Inde en ce moment, à la recherche de dentelles et autres matériaux, accumulant les miles et l’inspiration pour nous émouvoir encore, et nous surprendre l’été prochain.

Inutile de vous dire que Chic & Geek sera aux premières loges pour vous donner des nouvelles de cette créatrice si prometteuse.

Anne

*Pardonnez-moi les références canines, mais j’ai changé de tête récemment (vous le verrez vite…). Je ressemble à un Briard (un joli briard !), me gratte derrière l’oreille avec vigueur et fait 6 fois le tour de mon fauteuil avant de m’asseoir.

Liens et informations : 

Le site officiel de Lorafolk

Lorafolk, boutique – atelier
10, rue Beauregard
75002 Paris
Ouvert à partir du 16 mai, du mercredi au samedi.

Pour être avertis des horaires et jours d’ouverture, rejoignez Lorafolk sur Facebook

7 réflexions sur “Le sourire de Laura

    • plus qu’une petite quinzaine de jours, le temps que Laura rentre d’Inde et on ira y respirer l’air doux des bougies et de la soie…

  1. June dit :

    Depuis le temps que je souhaite te rencontrer…..J’étais invitée à l’inauguration de la boutique ce mercredi là et prise de flemme je n’y suis pas allé, je regrette aujourd’hui, cette jeune et jolie femme et une amie d’une amie à moi de longue date et zut et rezut !!!! J’ai manqué tout le monde ce soir là à quand la prochaine fois chère Anne?
    Bises June

  2. Ping : Headband de Fêtes | Chic & Geek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s