Loewe AW 2012-13, Pass Backstage !

Un défilé, qu’y a-t-il à l’intérieur d’un défilé ? Qu’est-ce qu’on y voit… depuis les coulisses ?

Assister à un défilé de mode durant la Fashion week parisienne est une chose, une chance, une expérience. Mais ça ne dure que quelques minutes…

Alors quoi de mieux que d’avoir ses entrées, par la porte de derrière, en coulisse, deux heures avant, pour voir ce qui se prépare ?

Evidemment, pour cela il faut être un sacré photographe, avec un appareil de 3 kilos et des parapluies de toutes les formes !
Ou encore…

On peut aussi compter sur une amie fidèle et bien intentionnée, qui sait que même si nos clichés ne seront pas les plus réussis, notre enthousiasme, voire notre absence totale d’objectivité et de sens de la nuance, compenseront !

Et puis, au bout de quelques articles sur la Maison, on commence à avoir confiance en ma bienveillance. J’ai donc reçu l’exceptionnelle invitation Loewe AVEC pass backstages.

Boulevard Saint-Germain, l’entrée n’a pas changé. Des cerbères y montent la garde.
De temps en temps un mannequin, décalquée, sort y fumer la dernière cigarette de la condamnée à affronter… non seulement les projecteurs sur sa démarche en talons de 12, mais aussi, pour la 6 ou 8ème fois de sa journée, les coiffeurs, maquilleurs, chasseurs d’images.

Nous, on s’engouffre !

Dans l’Ecole de Médecine, le décor est le même. Du haut de ces colonnes, des siècles nous contemplent, sous la forme d’un éminent médecin qui traitait à coups de lavements et saignées… ou était pionnier dans l’étude des mycoses interdigitoplantaires, on n’en sait rien… En tous cas, il n’est pas le moins du monde effarouché par les corps nus que ces jeunes filles en fleurs vont dévoiler sous ses yeux professionnels et sûr qu’il a bonne envie de leur prescrire un régime revigorant à base de saucisses de Strasbourg ! (Quelqu’un, dans l’audience, connait le Dr Bauchet ?)

Jolis favoris…

Oui, il serait temps de passer à la Mode, vous avez raison !

J’en ai croisé la quintessence, un dandy, de l’autre côté de la porte, à la silhouette de ouf et au visage… OMG ! C’est Big Moustache !!! Au dernier défilé déjà, je l’avais adoré, mais il a pris de l’assurance et des couleurs depuis. Il éclipse les modèles.

Après cette petite photo, je prends une grande inspiration, et je plonge, appareil au poing, au péril de ma vie et de mon sac à mains, dans les tranchées aménagées au milieu de cette foule bigarrée qui s’agite et s’active… Je serai au coeur de l’action.

Evidemment, je ne suis pas la seule et ma phase d’approche consiste à observer, en particulier ce que font mes « collègues ».

C’est une intéressante mise en perspective, m’enfin bon, je ne suis pas là pour piquer les photos des autres (ça je peux le faire depuis mon ordinateur, à la maison).

On se croirait presque au commissariat central, en plus sexy, et regardez bien ces visages, « most wanted », qui ne seront pas faciles à reconnaître dans la suite de mon reportage, mais nous rappellent que les mannequins sont des filles comme les autres (c’te blague) :

Maintenant qu’on a vu la base, allons-y pour une petite opération camouflage, orchestrée par chef coiffeur et chef maquilleur, qui ont donné des instructions à leurs équipes : tout sera harmonieux !

Caméléon, je tente de passer inaperçue en improvisant une coiffure dans le ton : on me prendra pour une des filles…

Ah non ? Même pas quand elle est assise et moi debout ? Vous êtes durs !

Bon. Et côté make-up, ça donne quoi ?

Pas de pièces montées sur la tête, pas de couleurs improbables en halo autour des mirettes… du beau, du bon…
Il semble que les mots clés soient simplicité et beauté naturelle. Le pus difficile à obtenir en réalité et les acteurs s’y emploient, à coups de pinceaux, de brosses, de crayons, le but étant que le travail ne se voie pas, mais que soit révélé l’éclat des visages.


Tiens, un barbu dandy pour aller avec Big Moustache… Attendez, le voilà lui aussi, qui pose un soupçon de fard, s’éloigne pour juger de l’effet, satisfait, puis reprend son oeuvre…


J’adore ce maquilleur !

Mais tous ont de l’or au bout des doigts et l’appliquent avec parcimonie sur les paupières des poupées jolies alignées…


Parmi elles, Saskia de Braw, égérie de la dernière campagne Loewe et chouchoute des photographes, on comprend pourquoi : cette garçonne a un « je ne sais quoi », vraiment troublant.

Mais si les premiers portraits façon PJ ne leur rendaient pas justice, soyons honnêtes, j’ai été transpercée par leur Beauté, à toutes, là un sourire, ici un nez parfait, ou bien un iris d’un bleu si pâle, habité de fragilité…

Et puis toujours, encore, ce truc de la photogénie !
Vous voulez une preuve ?
Tenez, voilà une qui pose dans un recoin, fait la moue, regarde d’en dessous, relève le menton, finit par sourire quand elle croit que c’est terminé et sur chaque cliché elle est parfaite… parfaitement injuste !

Allez zou, je monte les marches vers le vestiaire ou attendent les vêtements… après tout, c’est ce qui se vend, au milieu de tout ce cirque merveilleux !

Chacune a son portant. Certaines sont plus organisées que d’autres… Des accessoires, bijoux, ceintures, chaussures, et surtout des sacs au pouvoir d’attraction fatal, jonchent le sol, abandonnés pour un instant, attendant de rejoindre la robe toute simple qu’ils vont réveiller de leurs scintillements.



Pas question de chiper quoi que ce soit ! En réalité, tout a sa place et comme un puzzle, les stylistes reconstituent les silhouettes, grâce à la planche de looks, version plus détaillée des portraits de départ.

Phase de l’habillage donc, et aussi de la pose des accessoires… qui donnent vie et gaité, même aux mannequins blasées.

On boutonne une cape, on fixe une casquette façon équitation so chic, blousons de peaux lainées, les looks de cet hiver sont à tomber par terre.


Certains visages aussi.


En même temps, moi aussi je rayonnerais de l’intérieur avec ce sac au fermoir de diamants accroché à mon bras !

La tension monte, on le sent.

Dernières retouches, un brin de terracotta sur les pieds et l’occasion de vous montrer un hairstyle que j’ai suivi comme un épagneul breton sur la piste d’une bécasse…

Le créateur, Stuart Vevers, qui conversait avec les journalistes quelques secondes plus tôt, est maintenant passé dans le « sas », entre grilles et rideaux, quelques petits mètres carrés qui précèdent l’entrée en scène.

Par chance et intervention divine de Constance, j’ai pu m’y glisser (d’ailleurs j’y ai glissé, poussée des coudes par les autres reporters, qui se sont moqués de mon appareil photo, ouinnn…)

Mais j’ai récupéré quelques images des filles avant le grand saut… des gamines, et même pas peur !

Toutes en ligne, comme dans un collège suisse bien ordonné, elles s’avancent.

Parmi elles, une, plus brillante, croisée tout à l’heure, illumine l’espace de sa seule présence… Saskia de Braw, encore !

C’était la fin de ce reportage en léger différé des coulisses du défilé Loewe Automne Hiver 2012 2013, il ne nous reste plus qu’à nous engouffrer derrière Victoria Abril pour aller voir le spectacle ! C’est par là…

D’accord, j’aurais pu vous dire que c’était Sophie Marceau ou bien encore ma belle-soeur, mais je vous jure que c’était bien Victoria, resplendissante, qui a passé comme dans un rêve pour me guider vers la suite de cette aventure.
Puisque je vous le dis !

Je rends les armes et l’antenne. Bravo Loewe…

À vous Cognacq-Jay !

Anne

Liens :

Loewe, site officiel

Une réflexion sur “Loewe AW 2012-13, Pass Backstage !

  1. Marquis de Lannes dit :

    Chère Anne, elles sont magnifiques tes photos !!
    A très bientôt…
    M.

  2. Babystone dit :

    En voilà de la belle ouvrage ! La Anne’s touch y est particulièrement délicieuse. Quelle chance qu’il y ait une suite annoncée pour bientôt…

    • En fait, la « suite », c’est à dire le défilé, avait fait l’objet d’un article quelques jours plus tôt… (fallait cliquer sur le lien bleu). J’espère que tu l’as vu : le décor était superbe et les silhouettes divines…

  3. Rien que la porte d’entrée massive et imposante, on s’attend à un défilé et backstage à la hauteur et vraiment on n’est pas déçu !! Quelle chance tu as d’être une petote souris ! J’espère que tu en as bien profité. Vu les photos apparemment oui ! Merci beaucoup pour ces moments intimes avant le grand show.

  4. Comme d’hab’ on suit ton récit avec délectation. Big moustache et barbu sont effectivement beaux mais n’éclipsent pas la beauté des cuirs de Loewe, sandales et sacs compris!
    Les carrés en strass dans les cheveux de la fille sont également exquis.

    • Ah oui ces petits cubes !!! LV en avait fait une année… je ne sais pas d’où ça sort. J’étais subjuguée, mais c’était des trucs perso puisque sur une maquilleuse… j’aurais dû oser demander 😉
      Quant aux cuirs Loewe, ne m’en parle même pas… une fois de plus, c’est un pur bonheur au toucher (et un crève coeur à redonner…).

  5. Quel reportage, j’aime, j’aime cette spontanéité travaillée (c’est d’un difficile cette position entre le pschhhit de l’impression vive et la sophistication de la réflexion). Donc, voui, j’espère revoir mr Big Moustaches comme un personnage récurrent de l’histoire Loewe, et ces bijous de taille, de cheveux, merveilleux. Peut-être que la prochaine fois, tu nous offrira un regard en essayage, la veille du défilé?

    • ça c’est une idée !
      Je me renseigne… en tous cas, j’ai demandé pour le showroom et on y va ensemble quand tu seras plus cool 😉
      Prends soin de toi et de tes 3 fées.

  6. Merci de m’avoir suivie, ici et au défilé… C’est un plaisir de vous emmener avec moi 😉
    D’ailleurs je n’irais pas sinon !
    A vite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s