Caroline Seikaly, Star Dust pour Black Swan

Le premier contact a eu lieu lors de ma rencontre avec Eudoxie et Magali.
Sur un portant à l’écart, des robes, des dentelles, des mousselines… admirées, caressées subrepticement, par nous trois, rêveuses.

Renseignements pris, gentillesse de l’attaché de presse plus tard, me voici conviée au défilé de la collection (non ? si !) « Star Dust », pour l’hiver prochain, mais plus encore pour les tapis rouges du monde entier, « to infinity and beyond »…

Lorsque je me présentai à l’Espace Pierre Cardin, Avenue Gabriel, ce matin-là, j’avais fait mes devoirs.

Je savais qu’une de ses robes était dans Black Swan :

Ici la version avec les manches :

J’avais parcouru son site internet et de simple nom derrière les étoffes précieuses entraperçues, Caroline Seikaly était devenue une figure de la Mode, une talentueuse et jolie créatrice, dont je connaissais le passé chez Lagerfeld, les dernières collections, et que je rêvais de rencontrer.

Ce show pouvait être l’occasion…

Je vous plante le décor avec une photo envoyée dans les heures qui suivirent par Stéphane, accompagnée de tous les looks, sur fond blanc, travail de pro !

Lancelot, qui m’a gentiment conduite à la présentation, intrigué par les 250 fichiers ouverts simultanément sur mon petit écran, m’a demandé depuis : « Elle t’a vraiment plu la collection ? Ou bien c’est parce que tu étais invitée que tu dois écrire un article ? On est dimanche…»

Je me suis gratté le cuir chevelu et lui ai répondu que si la collection m’avait simplement plu, ou juste à demi, les photos officielles et quelques lignes eussent suffi pour, en moins d’une heure, en faire un bilan propre et net.

J’ai donc été plus que séduite, emballée, par les silhouettes imaginées par Caroline Seikaly !

Pour preuve, je m’en vais vous les raconter, en détails et de façon personnelle, même si c’est avec des images moins nettes.

Commençons par mon arrivée sur les lieux, habillée en sorcière, robe et cape Vuitton vintage.

(Je vous avais dit ce que je porterais, mais j’ai changé d’avis…)

J’y ai rencontré Mariyanna, une personal shopper milanaise adorable, qui est devenue ma copine… Viva Italia !

On a le temps pour une anecdote ? Allez ! Vous pouvez toujours sauter le paragraphe…

Elle cherchait des endroits à Paris pour trouver du vintage de qualité et nous parlions Hermès et cuirs précieux… Je pense à un Kelly particulièrement, chez Gabrielle à une époque, en autruche. « Austruch ? Ostrich ? You know : big bird, with long legs, long neck, runs, does not fly, produce big eggs… » Incompréhension. Je sors mon étui en autruche et lui montre, mais dans l’obscurité… « Ah crocodile ? » « No ! No crocodile, austruch, bird !!! Ridiculous and big one. Long legs, long neck, runs very fast behind tourists cars… dangerous, in Australia. » « Ah Lezzard ? » « No lezzard, BIRD ! » Et son compagnon du jour de nous sauver (mais ça a duré un moment, et j’imitais l’oiseau, j’espère que personne n’a immortalisé l’instant^^) en intervenant : « Struzzo ! Big eggs you can eat… » Ouf !

Bref on ne se comprend pas toujours, mais on s’est super bien entendues ☺ Molte Grazie Mariyanna, xoxo.

Mais revenons à la présentation de Caroline Seikaly.

Nous étions les premières arrivées, et avant le show, des photographes terminaient le shooting des looks, installation professionnelle

dont je profite en catimini, pour shooter le fourreau bustier de jacquard gaufré lamé or qui allait clore le défilé.

Ça s’annonçait plutôt très bien… canapé(s) confortable et délicieux, champagne, fleurs et silhouettes légères, fluides, qui évoluent, telles des apparitions sous nos yeux éblouis.

Je retrouve la dentelle si particulière « Solstiss » d’une mariée rêvée, dont le dos de tulle est rebrodé de cristaux… petite traîne, un enchantement.

Débrief avec Mariyanna et rencontre de Stéphane, une chance : le défilé reprend pour les nouveaux arrivés…

Cette fois-ci, je m’installe sur les marches, face au catwalk, mon petit Panasonic brûlant de désir face à la soie lamée hématite argent et la crinière de la lionne qui l’arbore.

L’une après l’autre, elles arrivent, s’avancent, puis s’installent dans le décor matelassé noir pour former petit à petit le parfait tableau du final.

Indécentes, innocentes, délicates, taillées dans des matériaux précieux, pastels éthérés ou noir profond.

Longue robe à dos nu, décolleté profond et jupe ample, jacquard noir « coup de pinceau »… je ne sais pas exactement ce que ça veut dire, mais ça le dit très bien quand la silhouette arrive :

A la fin, 14 belles aux cheveux lâchés, sauvages, au maquillage smocky cendré des poussières d’étoiles annoncées, on y est !

Je m’approche pour voir de plus près ce smocking très « Mélanie Laurent », chemise transparente et allure hyper féminine, conquérante.

Un autre fourreau me sourit…

Et les dos se dévoilent, profondément décolletés, de l’art côté pile.

Une minirobe pour sylphide sexy réconcilie dentelle et esprit rock rebelle (à porter sans culotte ? Who cares ?)

Les filles disparaissent derrière le panneau et je rencontre Caroline, lumineuse en noir.

Je n’en profite pas pour lui demander ce que vous découvrirez dans le communiqué de presse tout en bas ou sur son site… Nous parlons de Paris, où elle est moins connue qu’à New-York, mais plus à l’aise et installée maintenant. Elle est zen et souriante. On a peine à croire à l’effervescence des préparatifs…

J’évoque Eudoxie, qui n’a pas pu venir à cause d’une poupée malade, et elle me parle de la sienne, minuscule, me dit qu’elle a accouché le lendemain du précédent défilé (certainement sa fille respectait déjà la Mode ;)), et je crois déceler, dans la douceur de ses traits, le calme de sa voix, la maternité épanouie.

Je vous reparlerai d’elle bientôt, c’est promis…

Mais pour l’heure, je file en coulisses ! Vous venez ?

Je veux des zooms sur les matières pour les croquis d’Eudoxie… Bonne excuse pour voler quelques images aux lianes, si jeunes, si minces, si grandes, d’un autre monde, comme les robes qu’elles portent.

Ayé j’ai ta dentelle !

Je peux m’éclipser maintenant et laisser les autres profiter du spectacle.

Austère silhouette de Sorcière… Fred, fais-moi un chignon et je serai Minerva McGonagall !

Sauf que ce qu’Harry Potter, Hermione ou Ron, n’ont jamais vu, et n’auraient probablement pas imaginé, c’est qu’au premier coup de vent s’engouffrant sous ses jupes, les opaques collants noirs de leur professeur révèlent une coquetterie insoupçonnée…

Levons la doublure de la lourde étoffe sur le mystère des dessous chics de Minerva :

A peine vus déjà disparus. Pouf ! « Oubliettes ! »

Mais pas oubliées les silhouettes de Caroline. Je les emporte avec moi, dans mon précieux et magique instrument voleur d’images.

Petit air de Deneuve, cette Belle de Jour, non ?

Allez ça suffit pour aujourd’hui ! J’espère vous avoir donné envie d’en savoir plus et vous promets d’approfondir le sujet… très vite !

Votre reporter dévouée,

Anne

Lien : Caroline Seikaly – Site officiel

Communiqué de Presse – « Star Dust » by Caroline Seikaly :

« Star Dust»

Fall Winter 2011-12

Caroline Seikaly est une créatrice d’origine américano-libanaise et française.

En 2006 elle crée la griffe qui porte son nom et dessine des collections de prêt-à-porter à l’esprit couture, élégantes et raffinées.

Elle présente, jusqu’en février 2010, ses trois premières collections à New York dans le cadre des fashion weeks. Sa base de création étant à Paris elle décide d’y présenter ses collections à partir de la saison printemps été 2011.

Ayant grandie aux Etats-Unis, Caroline étudie le stylisme à la Rhode Island School of Design et collabore parallèlement avec Issac Mizrahi à New York.

Une fois diplômée et forte de cette première expérience professionnelle, elle vient à Paris parfaire son savoir faire Haute Couture en intégrant la maison Christian Lacroix en 1997. En 1999, elle rejoint l’équipe créative de Karl Lagerfeld et participe au développement de la maison Lagerfeld Gallery.

En 2006 la jeune créatrice décide de poursuivre sa passion à titre personnel et crée sa ligne éponyme.

Le style de Caroline se reflète dans des matières raffinées telle que la soie et la dentelle ; elle conçoit des robes à la fois contemporaines et intemporelles, sophistiquées et épurées.

Les collections Caroline Seikaly sont aujourd’hui présentes aux Etats-Unis, en Asie, Russie et au Moyen Orient.

Star Dust FW 2011-12

Dans la juste continuité de son travail, et pour sa cinquième collection, Caroline Seikaly se joue des contrastes et affirme un univers d’extrême sophistication.

Son héroïne automne hiver 2011-12, éminemment femme, un brin garçonne, conjugue attitude et élégance, glamour et simplicité, sensualité et rigueur, sur les rythmes et influences de David Bowie et Brandon Flowers.

A la précision et l’épure des coupes d’androgynes smokings, répond la douce fluidité de robes longues a découpes et drapées ou la sophistication grand soir de longues robes bustier.

La préciosité des tissus, jacquards gaufrés lamés or, dentelles Solstiss, mousselines de soie imprimées, se confronte sans heurts à la rigueur du satin noir ou de la soie métallisée argent, à la force de jacquards comme peints à la main.

Une réflexion sur “Caroline Seikaly, Star Dust pour Black Swan

    • J’avoue que j’ai des frissons en y repensant, encore aujourd’hui : des robes superbes et ces matières presque irréelles, c’était magique…

  1. Eudoxie dit :

    Ahaaah merci Anne! J’ai particulièrement aimé les photos de coulisses. Au moment où les filles relâchent la pose, s’asseyent naturellement et là, la robe devient proche. On se voit parfaitement dedans. (enfin soyons clairs je me vois parfaitement dedans! )). Peut-être que ce serait la meilleure façon de présenter les collections: des films avec des acteurs qui rendrent les vêtements vivants. Quant à moi, par conscience professionnelle, j’ai été voir black swann, et cette robe de dentelle bleue marine est tellement fine, tellement racée… A mon tour, de prendre mon carnet et mes crayons, pour achever ce qui est encore à l’état d’ébauche. Bisous la belle au manteau Vuitton! (aaaah marc quand tu nous tiens)

  2. Isis dit :

    Vraiment merci Anne pour cette découverte !!! et ce défilé pour le plus grand plaisir des yeux !!
    les photos prises dans les backstage sont drôles ! Et tes anecdotes j’en reprends encore !!!
    isis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s