Le silence touche à sa fin… (enfin)

Un mois déjà depuis que j’ai posté cette vidéo, et un silence encore plus intense depuis, et voilà, le moment est presque arrivé pour moi de revenir vous parler un jour sur deux du côté geek de la force.

Presque je disais, car c’est promis, lundi 21 je vous raconte tout!

Le restant de la semaine prochaine, par contre, je serai absent, mon vrai retour dans ces pages sera donc pour début mars.

Ça fait maintenant un long moment qu’à la veille d’un voyage je me pose sérieusement la question de quoi penser de tous ces services qui nous permettent de faire savoir en permanence à nos « amis » (enfin souvent à de parfaits inconnus) où nous nous trouvons.

Facebook Places, foursquare, Gowalla et j’en passe, le tout relié à nos blogs, comptes Twitter etc etc… ce n’est pas le choix qui manque.

Bien, croyez-moi ou pas, pour une fois, au lieu de venir vers vous pour vous donner mon avis sur la question, c’est pour vous demander le vôtre que j’en parle.

Il est possible que je ne sois tout simplement pas dans la cible. Le seul intérêt que je vois en effet à ces services, est au niveau local, lorsque vous habitez une grande ville, proche physiquement de tous vos amis, savoir si l’un d’eux se trouve dans le café à côté peut-être amusant, je vous l’accorde.

Lorsque vous voyagez beaucoup, ça peut les informer sur le lieux où vous vous trouvez, m’enfin dans quel but? Si vous allez passer une semaine à New York, et vous y avez des amis, je suis prêt à parier que vous les appellerez ou leur enverrez un email pour les prévenir, vous n’allez pas vous limiter à faire un check-in sur foursquare en espérant qu’ils le remarquent, non?

Je remarque aussi qu’il est difficile de trouve un juste équilibre, les personnes que je suis, sur Twitter par exemple, ne s’en servant jamais, ou alors trop souvent. (Si si, vous voyez bien ce que je veux dire, quand toutes les trois minutes vous lisez des messages du genre:

  • 20h00 Machin is at Place de la Concorde (ah oui, faut savoir que ça se passe souvent en anglais)
  • 20h02 Machin is at Rond Point de Champs-Elysées
  • 20h04 Machin is at Place de l’étoile
  • 20h05 Machin crashed his car: stop checking-in while driving!
  • A la limite ce serait marrant poussé à l’extrême, mais je doute que la résolution du GPS nous le permette un jour, ça pourrait donner un truc comme:

  • 23:00:00 Je suis assis à mon bureau
  • 23:00:07 Je me lève
  • 23:00:12 Je me dirige vers mon canapé
  • 23:00:20 Je m’y assieds
  • 23:00:21 Daube, j’ai oublié mes clopes
  • 23:00:22 Je me coince le dos en essayant de me relever du canapé alors que j’étais encore en train de m’asseoir (n’allez pas me dire que ça ne vous est jamais arrivé)

Marrante l’évolution de nos moeurs, tout de même, et avec elles celle de nos critères de jugement. Je me rappelle il y a une dizaine d’années au maximum avoir entendu très (trop?) souvent des conversation sur le thème de: « Tu te rends comptes, avec la puce de ton téléphone portable et celle de ta carte de crédit, on peut savoir où tu vas et ce que tu fais, c’est dingue non, c’est terrible, on n’a plus de vie privée… »

Dix ans plus tard, rassurez-vous, les services secrets du monde entier ne vous pistent plus à l’aide de ces moyens archaïques… ils vous suivent sur Twitter!
Ça y est, j’en entends qui grognent dans le fond de la salle, comme quoi j’ai commencé en disant que je vous demandais votre opinion, puis finalement je vous donne la mienne, et bien détrompez-vous! Je vous le demande votre avis, car j’ai décidé d’arrêter de refuser* ce que je ne comprends pas et de plutôt commencer à demander qu’on me l’explique.
Voilà donc, peu en dessous, une jolie case toute vide qui n’attend que votre avis, et moi qui ne demande qu’à le lire, y répondre, voire même me laisser convaincre.

En attendant de vous lire, et puisque je vous disais plus haut que je pars en voyage, voici ma façon à moi de vous communiquer où je serai la semaine prochaine.

Paolo

* J’ai arrêté il y a très longtemps, ceci dit…

Une réflexion sur “Le silence touche à sa fin… (enfin)

  1. Wahou ! C’est beau là où tu vas…
    Et ton billet me fait penser à un truc vu passer cette semaine, peut-être un début de réponse :
    La géolocalisation peut vous permettre de gagner du maquillage Shiseido demain :
    http://www.trucdenana.com/article/node/operation-geolocalisation-by-shiseido-,44748,0.html
    Ah ! Un nouveau moyen donc de faire des opérations marketing. Pas sûre que ce soit la finalité de la géolocalisation, mais malin de l’utiliser comme ça…
    Sinon, je suis aussi curieuse des explications autres que le fait d’avoir la météo de l’endroit où tu te trouves : car à priori, s’il pleut pile là où tu es, tu le sais.
    … dit la fille qui navigue entre 75001 et 75002^^
    Bon voyage, Paolo !
    Salue Damien et Claudia pour moi si tu les croises devant des viennoiseries et un chocolat à l’adjectif associé, bande de veinards !
    Anne

  2. Babystone dit :

    Pardon Paolo, je vais répondre un peu à côté de la question … Pour faire court, j’ai choisi de n’appartenir à aucun réseau car je n’en vois pas la nécessité dans mon mode de vie. J’ai une opinion à propos de ces réseaux et de la façon de les utiliser — pas étrangère à la vôtre — mais le principe de réalité m’impose de sagement admettre leur importance. Facebook, Twitter et autres sont bel et bien en train de changer la face du monde, de modifier des rapports de force etc, tout en destabilisant quelques unes de nos certitudes ( les miennes en tout cas ! ). Peut-on encore exister en dehors de ces réseaux et pour combien de temps ? Et surtout, dans la marche en avant d’Internet, d’autres choses innovantes qu’on ne soupçonne pas aujourd’hui, vont advenir et de nouveau tout changer. Alors, peut-on impunément sauter les étapes et prendre le risque de ne plus savoir s’adapter genre : je coule en maths juste parce que je n’ai pas suivi deux ou trois cours (là, je sais vraiment de quoi je parle ! ) ? Voilà, je suis très curieuse des autres réponses… Bon voyage. À bientôt !

    • Je suis bien d’accord, je ne songe même plus à remettre en question l’importance des réseaux sociaux. Qu’on aime ou pas, ils sont là et bien là, on ne peut rien y faire, si ce n’est en tirer le maximum de choses positives (c’est un peu comme la pluie quoi).

      Je parlais spécifiquement de la géolocalisation, qui, elle, est loin d’être encore omniprésente.

  3. cleopat dit :

    la géolocalisation ça rassure un peu les parents m^me si on peut croire qu on piste nos enfants!
    dans mon cas c ‘est mon fils qui nous a expliqué le système donc pas de suspicion!
    et bon voyage Paolo 🙂

    • Mouais, sans vouloir t’effrayer, je me fierais à ce genre de preuves pour localiser mes enfants autant au’au sens et la force du vent.

      Soit tu as établi avec eux une relation de confiance, et alors ils te diront où ils sont, soit ils ont envie d’être peinards, et il y en aura un au bon endroit pour faire les check-ins de tous ses potes. 😉

  4. Alexo dit :

    @anne : je vais de ce pas dans le carré shiseido du printemps essayer de gagner quelque chose… pour toi
    @babystone : A mon avis, peu de risque d’être largué. J’avais aussi assez peur d’avoir ratté le train twitter et puis un jour je m’y suis mis pour les besoins d’un concours C&G et j’ai (à peu près) compris de quoi il s’agissait en 3 minutes. Si moi et des millions de pré-adolescents plus ou moins éveillés s’y mettent en 3 minutes chaque semaines, tu devrais aussi y arriver.
    @Paolo : d’abord, la paranoïa dont tu parles (les puces espionnes) m’a toujours semblé naïve, pour ne pas dire plus. Donc, bien sûr, j’ai voulu essayer foursquare par exemple. Pas tellement pour que mes amis sachent ou je me trouvais à tout moment, mais plutôt par souci de cohérence avec mes convictions (voir plus haut), par jeu aussi (voir plus haut) et enfin – un peu – pour ne pas me sentir dépassé par la technologie (voir plus haut, donc). Au final, je ne pense quasiment jamais à check-in, en dehors de chez moi. Ce qui donne, tous les mois « Alexo is at chez-lui », ce qui n’est ni informatif, ni revendicatif, ni ludique, ni même Geek.

    • Ahh, Alexo, tu me fais plaisir. J’avoue prêcher un petit peu le faux pour savoir le vrai, bien sûr que j’ai essayé, que j’ai tout relié, que bientôt ma machine à café du bureau se mettra à chauffer lorsque je ferais un check-in au parking…

      Mais je me pose des questions sur le fait de rendre tout ça publique, et je finirai, comme tu l’imagines, par adopter un extrême, soit la géolocalisation 0, soit la totale…

      A suivre

  5. La grande question de la géolocalisation à outrance. Ta démarche est louable, car oui avec les années la tendance est de rejeter en bloc les nouveautés, qui souvent intrusives viennent spolier notre quotidien.
    Je suis un geek, un élément de la génération Y, twitter-fb-foursquare-quora font partie de mon quotidien. Même si par moment je ne vois pas l’intérêt de se géolocaliser, c’est un outil essentiellement marketing !
    Compte le nombre d’events Parisiens, un simple tweet, un clique sur Foursquare et le client est aux anges.
    Cette nouvelle forme de communication me semble être un outil promotionnel et professionnel inhérent aux mégapoles, mais il faut savoir y apposer des limites, je ne me gélocalise pas dans ma vie privée (ou très peu) pour segmenter les univers et garder un jardin secret (vieille notion de nos jours).

    • J’aime l’idée de la séparation vie professionnelle/privée, cela demande un peu de discipline mais j’aime bien ça.

  6. cleopat dit :

    Paolo, pour mon, fils il n est plus un ado donc aucun souci! mais ça rassure « un peu » quand il fait de la route, nul n est à l abri d un problème malheureusement.

  7. MrsB dit :

    J’aime assez l’idée que mes amis ou même moi même ne me géolocalisent pas.
    C’est si bon de se perdre dans les chemins de traverse.
    Et puis j’ai tout de même cette idée tenace, Qui peut être intéressé par mes mouvements circulatoires ? (à part mon phlébologue , pendant les cinq minutes de la consultation, et encore)

    Je suis une vieille croûtonne acariâtre et peu encline à m’ émerveiller de tous ces services de l’ instantané j’y vois beaucoup plus d’exhibition que d’ utilité.

    J’aspire qui plus est à la vie du Hérisson, un peu de discrétion sur ses lieux de vacances ou autres me parait plus élégant envers certains amis ou même simples relations.

    Bref, bref, bref, sans aller jusqu’au « pour vivre heureux, vivons caché » vivre l’instant dans le lieu où je suis avec les gens avec lesquels je suis dans l’instant et sur le lieu précité me plait même si je n’existe pas au regard de la Société des Réseaux Sociaux.

  8. Murido dit :

    Ce qui me laisse perplexe est l’illusion entretenue dans tous ces outils que la petite vie de chacun puisse avoir un quelconque intérêt pour les autres au point de justifier d’en remplir de gigantesques datacenters pleins de disques.
    La vacuité de ces messages n’a d’égal que le gigantesque intérêt commercial que représente ces informations et la géolocalisation de la personne sur qui on sait tant de choses.
    Bref ces outils transforment chacun en un gentil mouton tout prêt à se faire tondre…
    N’oublions surtout pas que la fabuleuse valorisation économique de ces sites (FB, Twitter et tous les autres) n’est basée QUE sur une estimation (bonne ou mauvaise l’avenir nous le dira) du prix que ces informations auront sur le marché.
    « Il est comment votre troupeau à vous. Dodu et géolocalisé, ça vous dit? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s