Henry Cotton’s, le chic Britalien ?

Peut-être ne connaissez-vous pas la marque Henry Cotton’s ?

Entre Ralph Lauren et Aigle, des vêtements d’une élégance rare, pour un style de vie au grand air, des sportifs, des gentlemen farmers… et des femmes de la campagne.

Mais suivez-moi pour une visite car l’endroit lui-même est un havre de nostalgie douillette, près de la Place des Victoires.

La première fois que je suis entrée là, c’était avec ma maman jardinière en visite à Paris. Je lui ai offert alors une veste matelassée qu’elle porte toujours, intemporelle et à la qualité irréprochable, beige, chic et pratique.

Depuis, je jetais un œil à chaque passage et j’admirais la magnifique vitrine, jusqu’à ce que, cet hiver, je me décide à entrer de nouveau pour un reportage qui va vous donner envie d’aller y faire les soldes immédiatement.

C’est bien simple : j’écris cet article et j’y retourne !

Accrochez-vous, c’est parti pour une ballade en traîneau et une avalanche de photos dans la blanche neige.

La boutique est vaste, très vaste. Elle est calme aussi.

Elle sent bon l’Angleterre d’un golfeur britannique célèbre, Henry Cotton.
C’est de lui et de son attachement aux beaux vêtements que s’inspirèrent les créateurs de la marque, en 1978, pour proposer des collections à chevrons, à carreaux, à écussons, qui ne sont jamais démodées, et cette année particulièrement dans le vent…

Le style Preppy est à l’honneur, vous n’être pas sans l’avoir remarqué, et chacun cherche son chapeau de feutre, son pull à coudières, jacquard, sa veste esprit University… d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, Harvard ou Oxford.

Autant vous dire que nous sommes pile dans la tendance !

Il se trouve qu’en sus, l’agencement de cet immense espace est un délice…

On a envie de traîner là des heures, de s’y perdre, de faire un voyage dans le temps en immersion dans le mélange de laines magnifiques, de trophées, d’objets et de meubles chinés par des décorateurs inspirés.

Ajoutez, au fond, quand on n’attend plus rien et qu’on se laisse bercer par l’ambiance britannique… une serre !!!

Oui, une vraie serre en pleine rue Etienne Marcel, avec des plantes et un banc sur lequel je m’allongerais, tête sur les genoux de Lancelot, pour lire Harry Potter et m’assoupir.

So british… et pourtant, italien !!!

La maison mère est à Milan et quand on découvre ce que les artisans italiens savent faire en s’inspirant de la perfide Albion, on reste bouche bée. Confort, élégance, classique mêlé de pointe d’audace, Hugh Grant meets Roberto Rossellini… sur un canapé Chesterfield.

C’est bien simple, cette boutique, c’est Colin Firth ! (et ne dites pas que vous ne comprenez pas ce que j’entends par là…)

Encore quelques images, j’en ai trop.

Je l’admets, j’ai un peu tenté une approche vers un bûcheron canadien bien gaulé, mais la tête près du bonnet…

N’oublions pas de saluer la charmante hôtesse des lieux, qui vous sourira, vous guidera au besoin dans vos choix, sans vous empêcher un instant de profiter pleinement de la délicate essence de cet endroit magique, parfaite Mélissa…

Pour celles et ceux qui ne sont pas déjà en train d’enfiler leurs chaussures lacées direction Etienne Marcel, la visite se poursuit sur le site de la marque, agréablement décalé… Anglitalien.
Images d’époque et collection actuelle en parfaite harmonie.

Profitez aussi du site University à l’esprit plus jeune, qui donnerait envie à ma grand-mère d’embrasser le Prince Harry sur la bouche 😉

Sans rire, faites le déplacement, c’est magique !

Anne

Liens et informations :

La Boutique Henry Cotton’s
52 rue Etienne Marcel
75002 Paris

Le Site Henry Cotton’s

Henry Cotton’s University HCU

21 réflexions sur “Henry Cotton’s, le chic Britalien ?

  1. Ide a flashé sur les chaussures de marche aux lacets fluo, et moi sur les bottes de cuir enchassées d’un enforme en bois. C’est agréable ce côté gentleman montagnard.

    • Ide est plus maligne que nous : J’ai eu le même flash que toi mais c’est de la déco, pas à vendre… Alors que celles aux lacets, oui.
      Oui, un mix improbable entre le grand-père d’Heidi et un Dandy à la Oscar Wilde, mâtiné d’une musculature de sportif universitaire à peine pubère.

  2. j’adore la malle de voyages à tiroirs et la tete de cheval,
    certaines vestes seraient tres classe pour l’équitation ou un week à la campagne, pour le reste faut mixer et faire sobre,
    ça me rappele l’ouverture de la boutique Ralph Lauren et le coté vintage qu’on essaye de nous mettre maintenant.
    il faudra que je m’y fasse mon idée par une vraie visite, au moins ça vaut le détour pour l’archi et le décor

    • C’est certain, je te conseille d’y passer, juste pour voir… ce n’est pas l’immeuble magique de Ralph, mais pour notre quartier, il y a un sacré volume.
      Et comme on n’a aucune boutique de meubles par ici, la déco chinée est ma foi fort agréable.

  3. J’ai reconnu ton gros craquage de l’hiver dernier, les fameuses bottes.
    Ce bûcheron semble te dévorer des yeux ma chère Anne.
    Ne devions nous pas nous rencontrer en Novembre? Je ne vais pas te laisser hiberner comme ça!

    • Il avait l’oeil un peu vitreux malheureusement ^^
      Oui, il faut qu’on se voie vite… février ? Je n’oublie pas : tu es dans ma boîte de réception dans les urgents. Je suis juste totalement pas organisée.
      Mais ce sera ma tournée !

  4. C’est tout ma jeunesse !!! avec les weston, le Barbour, les gilets agnès B et les pulls Benetton.

    Cela revient à la mode chez les ados !!!!

    Ah nostalgie !!!!

    Isis

    • Tu as raison. En même temps on a l’impression que ça revient mais il me semble à moi que dans certains milieux, ça n’est jamais vraiment parti… Cette boutique présente ce style depuis des années… simplement là, maintenant, les modeuses ont décidé d’en avoir envie, va comprendre.

  5. Ces italiens! Dans le même genre il y a Boggi di Milano, tu connais? Ici, la serre est en effet top. Mais de tout ça, finalement, c’est de revoir tes cuissardes oranges qui m’a le plus plu.

    • Zut, connais pas. je vais googliser. Isabelle, tu vas faire mon éducation mode entre tes références intelligentes et tes dessins inspirés… merci beaucoup 🙂
      Mes cuissardes te saluent aussi, chaleureusement.
      Bisous
      Anne

  6. Madame M dit :

    C’est très Colin Firth c’est vrai! Mais! MAIS tu portes des bottes/cuissardes juste magnifiques! Quoi qu’est-ce? Lamarque? Le début de cette histoire d’amour avec ces bout de cuir qui semblent parfaits pour jouer la Fashion Hunter dans Paris, en France, dans le monde?!

  7. Tranchant dit :

    Gégnial j’adore ,je recherche une boutique sur Tours 37, merci de m’indiquer une adresse

  8. Stephan dit :

    Malheureusement, le magasin ferme définitivement le 14 décembre 2011. Les hommes devront se contenter du corner au Bon Marché, et les femmes des Galeries Lafayette. Client fidèle depuis des années, j’ai toujours apprécié l’atmosphère de la boutique. En revanche, le personnel n’était pas toujours à la hauteur…

  9. davidy dit :

    Chère Anne, si vous avez aimée Henry Cotton’s je vous annonce son retour en Novembre à Paris et son arrivée à Megève 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s