Vitrine à mes pieds, Giuseppe Zanotti

Il n’y a pas si longtemps, je vous racontais mon ensorcellement par des sneakers Isabel Marant qui continuent de hanter la toile d’Internet.

Pour répondre à La question que vous m’avez posée, NON, je n’ai pas acheté les fameuses baskets…

Ça m’a démangé, et puis à force de les voir, l’envie de les posséder s’est encroûtée et a disparu.

Un immense MERCI pour vos commentaires animés, vos encouragements et vos conseils avisés, qui m’ont permis de tenir bon la première semaine, la pire.

J’ai donc été sage.

MAIS, du même coup, cette indécence a eu de (graves) répercussions !

En effet, quitte à faire une folie, autant la faire dans les grandes largeurs, avec panache.

Attention, je ne dis pas que les sneakers en questions n’étaient pas appétissantes.

Simplement, à certaines pathologies correspondent des spécialistes et quand ça vous démange, le généraliste est parfois efficace, mais rien ne vaut un bon dermatologue.

Ainsi, j’ai décidé de consulter les chausseurs sachant chausser !

J’en avais plusieurs en ligne de mire et je vous ai déjà parlé du fabuleux Rupert Sanderson (la collection de cet hiver est absolument divine et j’essaie d’apprivoiser mes compensées léopard), ou de Monsieur Louboutin.

Il en est un autre, dont je prenais la vitrine en photo régulièrement, un tentateur de métier et de nationalité : un italien… mamma mia !!! Pardon. Giuseppe Zanotti…

Ce n’est pas lui en personne, mais ce sourire et ces yeux qui pétillent ne peuvent que venir du même pays que la voix fracassée de Richard Cocciante.

Franchir le seuil de cette porte ouverte et j’étais cuite.

Je suis donc restée à l’extérieur, et j’ai consciencieusement léché la vitrine.

Elle brillait de mille feux… strass, paillettes, ou nœuds de nappa noir.

Et même en couleur, des orteils à la pochette.

Les talons aiguilles, à eux seuls méritent une théorie dont cette affiche en vitrine serait l’illustration parfaite…

Mais suis-je bête, je vous ai déjà exposé par le détail le syndrome de Cendrillon précédemment (cliquez pour ceux qui ne s’en souviennent pas, ça vaut vraiment le coup d’œil, Jak&Jil…)

Oui voilà exactement des lanières de la bonne largeur, en cuir noir, souple et doux, mais dangereuses de leurs 11 centimètres.

Et puis le noir, c’est classique.

Vous vouliez peut-être voir les blanches de plus près ?

Impressionnantes n’est-ce pas ?

Ce travail de clous qui rutilent…

Plus fin, plus plat, plus estival ?

Il suffisait de demander.

A ce stade, on a compris qu’on est devant l’un des chausseurs de Cendrillon (en tous cas devant l’un de ceux de Carrie Bradshaw, prouvé !)

Elle aurait pu craquer sur ces bijoux…

Ou arborer cette pochette :

Mais pas moi !

Raisonnablement, je suis rentrée… à la maison, enfiler mes chaussons Sonia Rykiel, dénichés par Lancelot chez H&M, et qui me rappellent cette collection.

Je me suis servi un Vittel-fraise et, tout en sirotant, j’ai poursuivi l’aventure par la découverte du site de Giuseppe Zanotti (Betty a raison, la seule prononciation de son nom a quelque chose de jouissif).

Je vous mets quelques visuels de la collection de cet hiver, mais retrouvez-moi plus bas, l’histoire n’est (malheureusement) pas terminée.

(soupir)

Je sais !

Reprenons le cours du récit.

La semaine dernière, j’attendais Lancelot rue Saint-Honoré…

J’ai renouvelé son vaporisateur presque vide chez Guerlain, puis j’ai erré un temps, comme une âme en peine.

Désoeuvrée, abandonnée, j’ai traversé la rue, regardé la vitrine des bijoux vintage Miller

Et puis, j’ai poussé la porte de Giuseppe !!!

Oui mais Lancelot était en retard, ce n’était pas ma faute à moi.

A l’intérieur, j’ai rencontré Alexandre, le plus gentil des directeurs de boutique !

On a discuté, et j’ai enfin essayé les chaussures dont je rêvais depuis des semaines, juste histoire de m’assurer qu’ils n’avaient plus ma pointure.

Ils ne l’avaient plus. Ouf et désespoir.

En lieu et place, ils avaient reçu les mêmes exactement, mais avec 2 centimètres de talon supplémentaires, le seul défaut que j’aurais pu trouvé aux premières !

Je ne dirais pas que j’ai été à l’aise tout de suite, j’ai testé plusieurs pointures, fait quelques pas, continué de papoter, et puis je suis sortie les mains vides, un clin d’œil à Alexandre.

Lancelot est arrivé, enfin ! Il a garé Buckbeak, m’a embrassée et m’a suivie dans la boutique. Je voulais juste vérifier un truc.

Alexandre avait laissé les chaussures sur le sofa, prêtes à être enfilées et en moins de 2 secondes, je les ai passées à mes pieds. Tadaaaa !

Lancelot a fait une drôle de tête.

Je le SAVAIS.

J’avais dit à Alexandre « Mon mari ferait une drôle de tête »… pas manqué.

Et puis Lancelot a ouvert la bouche. Pas la mâchoire qui tombe de désespoir, style « Ma pauvre amie… ». Non, il a ouvert vraiment la bouche, pour parler :

« Elles sont super ! On les prend ? »

OMFG !!!

Alexandre était aussi étonné que moi (et ravi).

Bref voilà, je suis rentrée derrière mon chevalier, entre lui et moi le précieux sac Giuseppe Zanotti, et dans mes yeux l’amour qui scintillait. FIN.

NB : Vous conviendrez que quand on achète des chaussures chez un grand chausseur, il faut que ce soit un investissement, une valeur sûre, un classique qu’on pourra reporter dans plusieurs années avec le même plaisir, des bottes souples de cuir foulonné noir avec un talon bottier, ce genre de chose ? Ils en ont à la boutique et elles sont magnifiques.

Je suis d’accord avec ce point. Du mettable, de l’intemporel.

Un indice ?

La jolie Betty avait craqué pour la première version.

Elles étaient ci-dessus mais je vous les remets, pour le plaisir.

Celles de gauche.

On ne se refait pas…

Après les cuissardes orange de l’hiver dernier, voici ma folie de celui-ci !

Elles laissent un peu de poudre de fée derrière elles, vous pourrez me suivre à la trace dans Paris.

Anne

Lien : Le site de Giuseppe Zanotti (avec boutique en ligne et même encore la fin des soldes, DANGER)

La boutique que j’aime :
Giuseppe Zanotti Design
233, rue Saint Honoré
75001 Paris

Une réflexion sur “Vitrine à mes pieds, Giuseppe Zanotti

  1. vannina dit :

    Elles sont fort belles mais je veux une photo pour me rendre compte, au moins de tes petits pieds.
    bisous à toi.

    • Indéniablement.
      Bon j’ai appris que sur la photo ce n’est pas un italien, et plus un employé de GZ, mais son sourire est craquant tout de même 🙂 Mon professionnalisme journalistique en prend un sacré coup. Ah mais je ne suis pas journaliste… ouf !

  2. Séverine dit :

    Brillantissimes boots !
    Cependant… ces chaussures argentées au noeud de nappa noir : Incroyaaaaables 😉

    • Les boots pailletées sont plus confortables et tellement passe-partout 😉 mais oui ces chaussures à noeud pourraient à elles seules justifier l’écriture d’un roman : des héroïnes elles ont l’aspect et la dangerosité.

  3. emmanuellelila dit :

    magnifiques, brillantes, superbes, magiques, j’adore…

    tu as bien fait de ne pas sneaker pour briller

    • Merci beaucoup !!!
      Je pense pareil 🙂
      Après, va falloir assumer dans la rue et faire sobre autour.
      J’attends d’être certaine qu’il ne pleuvra pas et je me lance… demain !

    • Tu as tout compris Aude : je les ai dans la Peau 😉
      Bon je n’ai pas le visage de Catherine Deneuve, mais sous sa robe couleur de lune, elle portait les mêmes, c’est certain !

    • Merci ! Ravie que tu les aimes…
      Je les ai mises aujourd’hui et tout le monde regardait mes pieds : le bon plan quand j’aurai un bouton rouge sur le nez 😉
      Bisous

    • Merci merci !
      Et figure toi que pour avoir trottiné plusieurs heures avec aujourd’hui, je valide qu’elles sont en plus confortables : dingue !
      Je vous les montre bientôt promis.

  4. ohoh!! mon dieu! je me suis régalée du texte (mais j’avoue encore plus des images!) J’adore le modèle que tu as choisi, j’aimerai bien voir des photos, j’imagine que ça glamourise n’importe quel jean – tshirt 🙂 en tout cas c’est sûr, les sneakers ne tiennent plus la comparaison!

    • Je tâche de vous prendre des photos, même si c’est dans le reflet d’une vitrine ou vues d’en haut !
      Ravie que l’article tait plu… Merci !

  5. hhaaa alors là on tape dans le haut du panier au niveau de la shoes ! Il y a aussi une autre marque que j’affectionne particulièrement c’est les Tropéziennes pas les tropéziennes genre Kjacques mais celles fabriquées à Milan elles sont dans le plus pur style italien. Celles de Giuseppe me plaisent aussi beaucoup j’aime beaucoup les dernières les boots pailletées. merci de nous montrer de si belles photos.

    • Ben voilà, les dernières boots pailletées… elles sont sublimes !
      J’espère qu’elles vieilliront bien, rien n’est moins sûr, on est tout de même dans du fragile.
      Mais oui leurs basiques, tout comme les tropéziennes de Milan, sont des chaussures pour la vie !
      Merci à toi de toujours laisser un petit mot gentil 😉

  6. Sissi dit :

    Bonjour Anne!
    Je suis la Sissi des cuissardes orange;-) Une fois de plus, j’ai bien envie de craquer…Ces boots sont magnifiques! Vivement les photos qu’on les voit portées.
    Des bises.

    • Bonjour Sissi !
      Ma copine de cuissardes… je suis ravie de te revoir ici !
      Tu sais qu’on est très peu nombreuses à les avoir ces merveilles.
      Un coup de maître.
      Mes pieds dans les boots très vite et tiens-moi au courant si tu les ajoutes à ta collection 😉
      Bisous
      Anne

    • Valentine ici ! Cool 🙂

      How are you do’in ?? (+regard de chacal de Joey)

      C’est un peu grâce à toi, ma petite chérie… ton commentaire sur les sneakers m’a aidée à sortir du sorcillage et je ne me serais pas permis 2 craquages aussi énormes en une saison.
      MERCI donc !!!

  7. Sissi dit :

    Pour craquer, encore faudrait-il que je les trouve par chez moi, à Lyon (pas vues sur l’e-shop)…Dur dur de vivre en province (cf les vernis khaki de Chanel sur lesquels je baaave littéralement):-(

    Bisous

    • Coucou !
      C’est pas pour pousser à la conso, mais je suis presque persuadée que si tu appelles la boutique de ma part, y’a moyen de te les faire envoyer… à condition qu’il leur reste ta pointure, ce qui n’est pas gagné.
      Elles existent en pailleté argent dans les deux hauteurs de talons.
      Alexandre trouvera une solution, c’est certain…
      Mais bon je dis ça j’ai rien dit, je te mets le téléphone juste au cas où 😉
      01 47 03 02 60
      Je vais me faire taper sur les doigts moi !
      Bisous
      Anne

    • Je comprends… faut assumer. Je ne les mets pas tous les jours ni dans tous les quartiers et je fais sobre à côté.
      Bref, je les tente parfois et le regarde bien plus souvent.
      Mais la plupart des chaussures de cette boutique magique, j’ai juste envie de les essayer, en sachant que de toutes façons, c’est importable pour moi.
      Un jour, j’irai avec une âme charitable pour faire des photos, juste quelques instants un pied dans chaque paire : on se sent différente, elles sont magiques.

  8. Sarah So Trendy dit :

    Merci de nous faire rêver !!!
    Je pensais m’offrir des Louboutin ! Mais ça sera sûrement des Giuseppe Zanotti ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s