Histoires de livres, coqs et ânes

Je ne compte plus les occasions où, m’installant devant mon clavier avec un sujet pour mon prochain article, je finis par dévier du plan initialement prévu.

C’est encore arrivé aujourd’hui, et pour une fois, j’ai décidé de dévier encore, pour vous décrire le processus.

Il y a une heure environ, par exemple, j’avais l’intention de vous montrer un petit truc rigolo, vu au cours de mes lectures quotidiennes sur AccessoWeb.

Il s’agît d’une application iPad et iPhone à paraître bientôt, recréant l’atmosphère des livres « pop-up » (vous savez ces livres pour enfants où des décors se déplient entre deux pages).

Puisqu’on en parle, je vous laisse tout de même regarder la vidéo de démo, l’histoire est celle du Nain Tracassin, un conte des frères Grimm (Nain déjà célèbre avant, mais devenu une véritable star depuis la sortie de Shrek 4):

Evidemment, en regardant cette vidéo, je n’ai pu m’empêcher de repenser à cet autre type de livre, toujours pour enfants, et toujours à base d’iPhone… décidément, les enfants sont à l’honneur.

En recherchant le lien vers l’article sur le PhoneBook, je suis retombé sur un autre article, celui sur l’Entourage Edge, et comme j’y parlais d’une tablette un peu spéciale, plus proche du format d’un livre, je me suis arrêté quelques minutes dessus.

Il n’en fallait pas plus pour que deux titres défilant dans mon lecteur RSS attirent mon attention, en effet on parlait ce matin sur la Fredzone et sur Vendeesign d’un nouveau « tablet » computer à deux écrans, le Kno a priori de plus grand format et muni d’applications le destinant plus aux étudiants, professeurs et chercheurs qu’à lire dans le métro, mais le produit semble séduisant (en même temps, il n’existe pas encore, hein…):

C’est à ce moment précis, que je me suis rappelé la bonne résolution prise à la rentrée avec Anne, puisque plusieurs centaines d’entre vous nous suivent sur Twitter, de l’utiliser plus fréquemment, notamment pour vous faire part des petites choses que l’on trouve lors de nos recherches, qui ne méritent pas forcément un article à part entière, mais qui valent la peine d’être mentionnées.

Je me logue donc sur notre compte twitter et je tombe sur un message de @cafemode qui interrompt encore le fil de mes pensées:

Je suis fan de Gibson depuis près de 20 ans, de plus je viens de terminer une saga héroïco-fantaisiste de Robin Hobb (Les aventuriers de la mer) et j’ai donc besoin de changer d’atmosphère, mon réflexe désormais naturel prend le dessus, j’attrape mon iPhone, je lance l’application Kindle, je me connecte sur l’Amazon Kindle Store et j’achète « Zero History ».

Evidemment, c’est le moment où ça fait « tilt » dans ma tête (en réalité ça a fait un peu plus que « tilt », plus dans le genre « extra-ball » en fait, je dirais même presque que j’ai claqué*…)

J’en entends d’ici qui se demandent « Mais pourquoi sur son iPhone? »

C’est tout simplement le premier appareil avec l’application Kindle que j’avais à portée de la main.

Je me rends compte, que depuis ce premier et ce deuxième articles, je ne vous avais pas tellement tenus au courant de la façon dont le Kindle s’était fait une place dans ma vie.

Alors voilà, entretemps, il y a eu la sortie de l’iPad, puis de l’application Kindle pour iPad, puis de Kindle pour iPhone, et de l’iPhone 4

Le bilan à ce jour est le suivant: le Kindle prend la poussière dans un tiroir, car ayant toujours iPad ou iPhone ou les deux sur moi il fait un peu double emploi.

Malgré mes a priori sur la lecture sur un écran lumineux, il se trouve que, sauf en plein soleil, la lecture sur iPad ou iPhone 4 est de loin plus agréable et confortable que sur Kindle (et comme j’aime pas rôtir au soleil en lisant à la plage, ça me va…)

La synchronisation entre les appareils est géniale, me permet justement, d’acheter un livre sur n’importe lequel d’entre eux, de le trouver ensuite sur tous et de partager mes marque-pages, mes notes et la dernière page lue également.

L’iPad est devenu mon support de lecture privilégié lorsque je suis confortablement assis dans un canapé ou un fauteuil, l’iPhone prenant le relais au lit et dans les transports en commun.

Il faut dire que l’iPhone 4 avec son écran très haute définition s’y prête parfaitement, il est impossible de distinguer les pixels à l’oeil nu, et les caractères semblent imprimés sur l’écran.

J’ai adopté l’iPhone comme support de lecture le soir, dans mon lit, essentiellement par courtoisie, vu que je ne dors pas seul dans ce lit, et que l’écran de l’iPad éclaire bien trop la chambre pour ne pas déranger ma douce moitié… (en fait de courtoisie, c’est aussi un peu la peur des représailles, soyons francs)

Bien sûr, ça ne m’empêche pas de continuer à lire de vrais livres imprimés, mais avec quelques milliers de pages lues sur ces divers appareils depuis le début de l’été, je dois admettre que le livre électronique s’est installé dans ma vie, et que les petites contraintes qu’il emmène avec lui sont largement compensées par l’accès facile et immédiat à la lecture.

Là par exemple, je vais relire cet article, le signer, le publier, et je pourrais me plonger dans Zero History sans attendre 😉

Paolo

* Pour celles et ceux qui ne jouent pas au flipper, non, mes muscles n’ont rien…

Une réflexion sur “Histoires de livres, coqs et ânes

  1. Dori dit :

    vidéo 1 : de la balle ! (en voyage, optimisation du sac à bazard)

    vidéo 2 : comment ils se la pètent ; D

    kindle : be kind, set it free ^^

    idée du soir : limite gentleman enlevé par sur un balai maléfique

    /clap mister Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s