A cœur brisé rien d’impossible

Le romantisme chez les hommes a bien des facettes et je vous propose aujourd’hui d’aider les pauvres bougres à reconquérir leurs belles…

Donc, prenons un mec lambda.
Il a pleuré, supplié, promis de ne pas recommencer, et aussi de lui rapporter des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas.
Rien n’y a fait, son Amour est parti dans les grottes de Rocamadour !

Bon il n’est pas impossible qu’il ne soit pas l’innocente victime qu’on croit (nous les filles, il faut nous en faire voir de toutes les couleurs pour qu’on fasse nos valises… ou éventuellement on a rencontré le sosie de Brad Pitt, c’est possible aussi).

Peu importe, les faits sont là : elle l’a quitté.

Phase 1 : boire…
Pour oublier, se réveiller le lendemain matin dans le lit d’une autre, inconnue (et moche)… mais boire, systématiquement, comme Boris Vian.
Et pleurer des rivières, en même temps.

Phase 2 : la gueule de bois.
Avachi sur le canapé, il écoute Barbara ou passe ses nuits blanches à jouer à WOW. Pour un peu il deviendrait nerd (c’est comme geek mais pire).
Les bons copains sont là pour le ramasser à la petite cuillère (parmi eux sans doute celui pour lequel elle l’a quitté, le Judas…), le remuer, l’écouter raconter dans le détail les circonstances du départ, et aussi fermer les fenêtres aux étages et condamner la porte du four à gaz.
L’homme abandonné ne prend pas de douche et se vautre dans le chagrin avec une délectation morbide.
C’est pas beau à voir.

Phase 3 : une étincelle luit au fond du tunnel.
Il commence à rêver qu’elle va revenir et qu’il l’accueillera de façon bourrue. Il se voit en Raimu retrouvant sa Pomponette.

Si c’est un artiste, voici la phase la plus propice à la création, celle qui a donné des pages et des pages de notre littérature classique, des chansons émouvantes, certains chefs d’oeuvres dans nos musées, les sonates les plus pathétiques.
Mais comme tout le monde n’est pas Proust, Richard Anthony, Van Gogh ou Beethoven, l’homme de la rue, faisant travailler son imagination, est souvent moins génial.
Il échafaude les plans les plus fous pour la reconquérir…
Aller l’écouter chez son psy comme dans « Tout le monde dit I love You », remonter dans le temps pour effacer ses erreurs, fabriquer un clone à partir d’un cheveu ramassé dans la salle de bain, gagner au loto pour la couvrir d’or et de lumière…
Du terroriste prenant en otage tout son immeuble, aux poupées vaudou, voici des solutions un peu extrêmes qui doivent rester des fantasmes.
C’est le moment où il vaut mieux ne pas trouver ce genre de carte dans sa boîte aux lettres donc :

Phase 4 : ACTION !
Oui, les hommes sont capables de se remuer les muscles et les méninges par amour.
Il va la reconquérir, s’en donner les moyens.
Il suffit de trouver l’idée.

Voyons les différentes méthodes qui ont fait leurs preuves :

– l’homme de base va prendre exemple sur les plus tonitruantes déclarations d’amour, celles faites à la télé (Domenech demandant Estelle en mariage en interview d’après match… oups mauvais exemple, désolée).
Il suera sang et eau, ira peut-être jusqu’à devenir un sportif reconnu pour inscrire son prénom sur son maillot, ou un homme politique… (au pire il en trouvera une autre, comme notre petit Nicolas national)
Bref devenir célèbre, coûte que coûte !

Mais pas à tout prix : le rideau de Bataille et Fontaine, s’il fut le témoin de morceaux de bravoure, reste LE piège grossier à éviter.

Il y a cependant toutes sortes d’exploits réalisés avec cette énergie du désespoir.

– L’homme sensible lui, se réfugiera dans le deni et sublimera sa peine dans la durée : 40 ans dans les bidonvilles de Calcutta pour prouver son amour et sa repentance par le don de soi. C’est beau. Pas très efficace, mais beau.
J’en ai même trouvé un qui a passé 7 ans à façonner de ses mains une bague de fiançailles…
(il n’avait pas été quitté mais peu importe, c’est une idée et voici le mode d’emploi !)

Enfin, l’homme qui n’a ni les qualités physiques, ni artistiques, mais de l’imagination et des amis dévoués, l’homme intelligent et plein d’humour… cherchera « je regrette » sur google, trouvera une chanson débile, prendra un pseudonyme, se déguisera, enfilera des bagues et un bonnet, passera des heures à filmer puis monter un clip vidéo brillant, qu’il enverra (sans oublier le bêtisier) à sa douce.

Ainsi fit Terry Costwater et je ne résiste pas au plaisir de vous montrer le résultat :

Personnellement, face à ça, je craque littéralement et je pardonne.

Le risque ?
Qu’elle reparte rien que pour voir quelle connerie il va inventer cette fois…
Affaire à suivre donc.

Vos suggestions et témoignages sont les bienvenus.
Si vous et moi et Terry, pouvions sauver ne serait-ce qu’un couple en détresse, ce serait bête de ne pas tenter le diable 😉

Anne

Une réflexion sur “A cœur brisé rien d’impossible

  1. n’empêche que c’est pas sympa d’avoir masqué le tel du gourou parce que préparer spirituellement un terrain à la construction, démarrer une moto russe et réduire le pénis (ou sexe chez l’homme, ah ah ah) d’un ex ça me dirait bien…

  2. j’ai regardé le clip sans le son (…) : le fait de pas bouger les doigts sur le clavier c’est moyen, ainsi que le décor « Simply market » mais le changement de costard à la bond à la fin c’est trop drôle !

  3. Aude A dit :

    Y’en a des ( mais on dira pas leur nom … ) qui deviennent même Président de la République !
    Peut être même qu’il ( mais on ne le nommera pas … « He who must not be named » … ) pourrait recruter ce fantastique docteur pour participer au gouvernement ! L’Aromathérapie et l’Andrologie contre le trou de la sécu, le problème des retraites, l’école en déroute et des incantations pour remonter le cours de la Bourse … ça ferait joli sur sa carte de visite ! Bon week end Anne !

  4. @ Mélisse : hé hé ! C’était un tel en côte d’Ivoire… mais cherche « marabout » sur google images et tu trouveras de bien gratinées, j’ai longuement hésité. Les motos russes et la catacte (???) en 5 minutes m’ont convaincue.
    Quant au clip, le but était justement de faire un truc vraiment premier degré et les paroles de la chanson sont aussi poilantes que la carte du marabout. Ils ont collé au texte et le Bontempi plus le tabouret sur la plage… chapeau bas. Alors même sans la musique, si tu veux voir les paroles, elles sont là : http://www.youtube.com/watch?v=MrDMkcBWWtE (aïe)

    @ Aude A : Ah mince, j’ai mis le prénom de celui dont on ne doit pas prononcer le nom dans mon article 😉 Mais d’accord avec toi Aude, à périodes noires, mesures exceptionnelles et convoquer un Grenelle des Marabouts est une suggestion à retenir !

    @ Céleste : Merci ! Oui le Gourou est… chic ? En tous cas il est drôle et il fait même presque peur… mieux vaut ne pas avoir d’ennemis qui tombent dessus (c’est pour ça que j’ai enlevé les coordonnées, trop de risques de me retrouver maraboutée :))

    Bisous et à très bientôt
    Anne

  5. ahah alors comme ça il y a des hommes qui vont jusque là! Ouahou! (oui mais est-ce que c’est si bien les actions passionnées? j’ai un doute vu qu’ils ont dû rattraper une énorme bêtise le plus souvent!)

  6. MrsB dit :

    Oulàlà je ne suis pas très bonne fille dans ce genre d’occasion, un rien moraliste et sans pitié depuis qu’il il y a fort, fort longtemps quand j’étais une fringante étudiante, un de mes voisins de chambrée d’étudiant a écouté deux jours et deux nuits, sans une minute de répit,  » Ne me quitte pas ». A l’aube du troisième jour la musique s’arrêta, j’avais prié toute la nuit pour qu’on l’achève, pour que ses douleurs s’arrêtent à ce malotru souffreteux qui ne savait contenir sa peine. Quel manque d’éducation !
    Durant les jours suivants je passais, les naseaux frétillants, devant sa porte à l’affût de fragrances nauséabondes, prémices d’une décomposition post-mortem. Mais que nenni.
    A la fin de la semaine suivante, au bras du faquin, une nouvelle fiancée est apparue, d’autres bruitages de fond vinrent en même temps écourter nos nuits, mais la bonne morale et la pudeur m’interdisent de vous conter cela.

    Sinon les envois de fleurs rouge-passion toutes les heures, c’est une idée non ?
    Sauf si la Dame des pensées est allergique au pollen.

  7. Des hommes tels que tu les décrit prêts à tout pour reconquérir le coeur de leurs belles, ça existe vraiment ?? le côté prince Charmant nous séduit, mais ne serait-ce pas du au fait que l’on nous a raconté maintes et maintes fois lorsque nous étions petites des histoires de Princes, de Princesse qui dorment pendant 1000 ans en attendant le baiser fatal. Et si c’était nous le Dindon de la Farce de croire que les Hommes sont capables de reconquérir leurs belles. pour quoi ? Pour leur intérêts ? Je reste bassement réaliste… et nous pourquoi nous leur pardonnons alors que savons au fond de nous que cette histoire ne sera pas autre chose qu’une répétition d’un scénario de notre vie ! Ton post me redonne espoir et me laisse croire que par amour tout est possible !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s