Le fantasme de la Haute-Couture

La réalité des clientes de la Haute Couture : une centaine d’élues dans le monde.
On peut croire qu’elles ont toutes le port de tête de la reine Rania de Jordanie…
Mais parions que non !

Partant d’une question posée par Fonelle, j’ai décidé de faire quelques recherches, pour vérifier que la Haute Couture fait toujours rêver.

Vous vous en souvenez, je me suis arrêtée au premier défilé Dior par John Galliano pour en conclure que oui, et vous montrer les Fleurs du Mâle, toutes plus séduisantes et dangereuses les unes que les autres.

Respirez-les, si ce n’est déjà fait, car cet article est la suite du premier.

Un commentaire de Tea Time aura suffi à résumer la situation : « Ces robes sont des œuvres d’art mais je trouve qu’elles ont trop de présence, on en oublie celles qui les portent. Elles sont faites pour être regardées, elles, en tant que robes mais pas pour mettre une femme en valeur. Ce n’est que mon tout petit avis. »

Et bien Tea Time ton avis m’intéresse d’autant plus que je le partage !!!

En effet, j’ai regardé d’autres défilés et si chez certains les femmes étaient plus que des tiges portant la robe, faisaient vibrer les couleurs, souvent nous avons assisté à une explosion de virtuosité des ateliers, comme de génie des créateurs.

Par exemple ici, Alexis Mabille

Classique, imaginable sur Grace Kelly ou Audrey Hepburn, vraiment beau et cette dentelle, seul le sur-mesure fait main à s’en arracher la peau du bout des doigts peut donner une telle perfection !

La robe est mise en valeur par une jeune bombe, qu’on oublie mais qui fait partie intégrante de l’œuvre, la porte et la supporte.

Si vous le voulez bien, revenons à la réalité des clientes de la Haute Couture, une centaine d’élues dans le monde.

Evidemment on peut croire qu’elles ont toutes le port de tête de la reine Rania de Jordanie et les 20 ans de Pierre Bachelet.

Mais parions que non.

Et maintenant, passons à Alexis M’habille …

Bonjour Monsieur, je voudrais celle-ci :

J’ai choisi la robe et je vais raquer. La cliente est reine.

C’est parti pour du sur-mesure !

Je suis petite mais je décide de porter des talons et de la faire longue, plus que l’originale, qu’on aperçoive juste le bout de mes pieds car j’ai des molilles (terme québécois je crois qui définit le fait d’avoir les pieds directement reliés aux mollets, sans passer par l’étape fine et délicate de la cheville…).

Mon tour de taille est normal c’est à dire le double de celui d’un mannequin et je pense qu’une ceinture noire l’affinerait. Si, si, je le crois vraiment.

Et puis je prévois de mettre cette robe à un bal et je ne voudrais pas que le bustier me trahisse donc je demande des bretelles, tant qu’à faire décorées avec de petits noeuds, parce que j’aime ça.

Alexis ou ses abeilles ont cédé devant ma CB…

Le jour J, je décide au dernier moment d’ajouter un chapeau à la tenue jugée trop « banale ».

Me voilà :

J’ai fait vite fait hein, ça ne m’amuse pas de massacrer les jolies choses… Cependant, je vous jure que mon chapeau est chic, il vient de la tête de la Reine d’Angleterre !

L’affaire est entendue, si Alexis me croise il se tire une balle (après m’avoir exécutée sommairement.)

Définitivement, je préfère laisser la Haute-Couture au rang du fantasme, sa véritable raison d’être, de belles images pour que nous achetions le parfum de la même marque.

C’est une blague évidemment, mais avouez que c’est bon de garder notre inaccessible robe intacte, de rêver qu’on a l’allure du mannequin en plus de la jolie tenue.
Et d’imaginer tout ça dans un cadre incroyable, une soirée chez les Larrabee, pas au milieu de notre salon.

Parce que la Haute-Couture a quelque chose de l’Art !
Pour moi, elle en est.
Elle interpelle. Elle stimule l’imagination. Elle dévoile du Beau.

Appelez-ça de l’artisanat d’Art, si vous préférez.

Imaginons que la personne qui a commandé la Joconde ait demandé à Léonard, une fois l’oeuvre terminée, de modifier un seul détail : « Tout de même mes dents sont si blanches, quel dommage que vous ne les ayez pas montrées, Monsieur de Vinci !!! »

Et hop !

NON NON NON !!!

Evidemment on pourrait m’opposer que le Requiem a été composé sur commande, la Cène peinte aussi pour un mécène etc.
Cette Eglise, quelle bénédiction pour l’Art et les artistes à l’époque… pour le patrimoine de l’humanité 😉

Je rêve que les clientes de la Haute-Couture aient donc toutes le bon goût d’écouter les conseils et que, si « petits pots » qu’elles soient, les habiller relève pour les créateurs du défi lancé à leur génie… que de cette contrainte naissent des chefs d’œuvre !

Anne

Une réflexion sur “Le fantasme de la Haute-Couture

  1. vannina dit :

    Je crois que c’est un de tes meilleurs post,outre l’eclat de rire en te voyant avec ta robe vulgarisée et ton chapeau queenesque,je suis d’accord avec le fait que la haute couture c’est de l’art à part entière,enfin moi je le vois comme ça quand je regarde les défilés.

  2. Tu es grandiose !!! Non je pense que tu as apporté une touche à la Robe D’alexis Mabille….
    Et puis on ne sait pas comme les dondons richissimes vont transformer ces robes sublimes !!!!
    Bravo !!
    on se fait un défi cette semaine ?
    mille bisous

  3. Pour avoir travaillé dans une maison de haute couture, certaine de nos clientes faisaient deux à trois fois le poids des mannequins, et 20 cm de moins. Tout l’art du couturier, ceci dit, est de faire une robe sur mesure – dans une très large mesure, c’est lui qui proposera les modifications nécessaires. Le processus est sans doute différent dans toutes les maisons, mais je n’ai jamais vu de clientes dicter leur choix ; elles pouvaient suggérer mais le couturier ou la Première (si le choix était technique) décidaient – en général, tout est affaire de diplomatie. N’oublions pas que le rapport de force n’est pas juste lié à la CB : quand on met autant d’argent dans une robe c’est qu’on a foncièrement confiance dans le couturier. Autant il est logique (voire nécessaire) de réinventer une robe Zara, autant il est un peu présomptueux de croire mieux s’y connaître que Lacroix ou Galliano. C’est sans doute pour cela que je n’ai jamais vu de situation comme celle que tu décris.

    Un rôle de la Haute Couture, c’est de vendre des parfums, des accessoires etc. ; mais quand on voit que le prêtappe Balmain se vend au prix de la Couture il y a dix ans, on se dit qu’il doit être possible d’en vivre. Par ailleurs, la Haute Couture sert aussi de réservoir de talents ou de créativité : de nombreuses techniques ne se conçoivent qu’en Couture ; même si elles peuvent être appliquées ensuite à des productions plus industrielles. La confection a fait des progrès gigantesques en dix ans. Même sans aller dans la couture, on peut désormais acheter des polos bon marché qui ne sont pas importables après le premier lavage (souvenez-vous de l’époque où hormis Lacoste et Fred Perry, les autres polos, même Ralph Lauren étaient de mauvaise qualité). Je regardais des robes chez Zara puis Uniqlo hier : on y trouve bien des procédés de coupe qui étaient réservés à la couture il y a 20 ans, au prêtappe il y a 10 et qu’on trouve donc désormais dans la confection. D’ici peu de temps, on les trouvera sans doute chez H&M ou Primark ! Je pense par exemple aux cols raglans – c’est-à-dire des cols où l’avant et l’arrière du col ainsi que l’emmanchure sont pris dans une seule pièce de tissu, même si cette pièce est pincée. Pour un modéliste, l’expérience (même indirecte) de la couture est un atout indiscutable.

    http://davidikus.blogspot.com/

  4. MrsB dit :

    Ah Anne, tu me pousses à réfléchir quelques minutes à ce que tu viens d’écrire.
    Est-ce qu’à mes yeux la Haute-Couture est un art ? Non. Malgré le fait qu’il y ait création, ça reste pour moi dans la même catégorie que les meubles Jacob. Tu l’as signalé et effectivement c’est du très haut artisanat d’Art, très luxueux voire somptueux, mais ce n’est pas de l’Art.
    Est-ce que faire retoucher un modèle jusqu’à ce qu’une cliente puisse rentrer dedans est dans la même démarche que la commande d’un portrait par un peintre de renom ? Non. Le portrait dit voilà qui je suis, voilà qui j’étais au moment où l’on a fait ce portrait de moi, vous pouvez lire (si le portrait est bien exécuté) ce que je suis. La commanditaire d’une robe dit plutôt voilà à qui je voudrais ressembler. La nuance est importante. Et plus elle ne correspond pas aux canons esthétiques plus elle doit vouloir acheter les robes plus chères, s’acheter de la Beauté faite sur mesure pour elle. Se moquer de ces acheteuses c’est inélégant et d’autre part il faut voir au delà des apparences, que cachent ces achats de luxe ?

  5. VGD75 dit :

    Heureusement que je suis complètement nulle en technique (et que je n’ai pas trop de temps non plus) car je crois que je me serais amusée à essayer de modifier des robes (j’aimais jouer à la poupée plus jeune). Mais franchement, des bretelles avec des noeuds-noeuds, qui aurait pu avoir une telle idée ? 🙂

  6. @ Vannina : Merci !!! Contente que tu aies rigolé, c’était le but. Sur la question de l’Art, mon avis fluctue avec les périodes.

    @ Isis : le rendez-vous est pris, le gant jeté, on va le faire !

    @ Mia : rien que pour toi on le fera 😉

    @ Davidikus : Un grand merci pour avoir pris le temps de partager ce point de vue éclairé sur la mode. Il va sans dire que mon billet était une caricature imaginée et que je suis réconfortée, ravie, et pas étonnée de ce que tu me racontes de la réalité des choses.
    Tes observations sur les évolutions des techniques sont aussi très intéressantes… Si un jour tu te sens de nous faire un billet illustré sur tout ça, ce serait un honneur de t’avoir pour invité !

    @ MrsB : ce que tu dis de la peinture est vrai et c’est pour ça que je répondais à Vannina que mon point de vue fluctue.
    En ce qui concerne les clientes de la Haute Couture, je suis désolée d’avoir tranché dans le vif sans précautions. Je caricaturais évidemment. Je crois que la plupart ont la culture de la mode et si certaines n’ont pas le corps des mannequins, je répète ce que je dis à la fin de mon article, c’est tant mieux : le créateur devra s’adapter et les sublimer et c’est la raison d’être du sur-mesure (pas que les parfums^^), habiller élégamment des femmes qui ne trouvent pas forcément ailleurs… parce que soyons lucides, celles qui ont un physique de rêve, en pap et même en Zara ou H&M, elles seront toujours très très jolies…
    Je ne suis peut-être pas claire. En tous cas, je voulais te dire merci pour ton commentaire et ton analyse, beaucoup plus fine et moins rentre-dedans que mon article un peu provoc.

    @ Severine : massacre pour massacre, j’ai préféré rester grise.

    @ VGD75 : Une cruchaude comme moi. Mais écoutons Davidikus et soyons sûres que la maison de couture refuserait pareille idée saugrenue et de mauvais goût !

    Merci à tous. je suis ravie que le sujet vous interpelle.

    Bisous
    Anne

  7. Hey Anne! J’ai trouvé cette saison de Couture très intéressante et très géniale. Beaucoup plus Couture que les années précédentes. Peut-être justement pour répondre aux envies d’une vraie clientèle et pas aux envies des journalistes..
    Pour répondre à ton article, c’est vrai que la cata stylistique arrive souvent quand la cliente demande à la maison de couture de réaliser une silhouette sur son idée à elle. C’est comme ça que j’ai vu les pires trucs dans les ateliers Dior, car même quand il y a une commande de robe bustier violine avec une traîne de fourrure coordonnée pour une princesse qui fait un 2m de tour de taille, on ne la refuse pas. Même si c’est moche, c’est trop lucratif pour être refusé. Après il y a beaucoup de clientes qui fort heureusement s’en remettent entièrement au couturier.

  8. Excellent ton post !
    Les commentaires sont très intéressant, également…
    Davidikus c’est un petit oeil dans les coulisses de la haute couture…
    Et savoir si la création de vêtement est un art, ça c’est un vaste débat. pas tout à fait d’accord avec Miss B, mais là aussi tout dépend des exemples vus. Chanel n’était-elle pas une artiste, tout comme St Laurent ou Lacroix, Alexender Mac Queen… Tiens, ils ne sont plus là pour nous faire rêver, mais heureusement que Galliano et consorts sont sur scène.
    Vive la haute couture, véritable réservoir à rêves.
    Une amoureuse de falbalas (un peu retardataire).
    bea

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s