Gloire à la République !

Me voilà nommée ambassadrice du chic parisien, quasiment représentante de la France… le temps d’une photo !

Depuis quelques jours, je joue la blogueuse mode avec une certaine délectation je dois bien l’admettre, brûlant de vous raconter d’où proviennent les photos de moi en paon, tunique transparente, Bridget Jones, robe de chambre ou garçon manqué

Soyez rassurés, l’épilogue est tout proche.

Mais commençons par un petit flashback dans ma vie parisienne.

C’était un jour d’avril où il faisait froid. Encapuchonnée bleu pervenche sur mes deux tresses de fillette, j’allais bon train rue Saint-Honoré, lorsque soudain, pile devant chez Colette, une élégante japonaise gentiment m’aborda.

J’étais prête à jouer le guide non officiel une fois encore, et y gagner une nouvelle amie, mais Miyuki connaissait bien Paris.

Elle m’expliqua en quelques mots flagorneurs et doux à l’oreille que j’étais la plus chic des hôtes de ces lieux. Ne me sentant plus d’aise, j’accédai volontiers à sa requête et acceptai de poser pour son magazine nippon, en tenue d’été, dans quelques semaines.

Vous n’imaginez pas les affres tourments de l’âme et prises de tête qui s’ensuivirent !

Un échange de mails me précisa qu’il y avait des thèmes : mini-jupe ou short, dentelle, macarons, imprimés. Et moi d’analyser, interpréter, me lamenter devant mon placard pour choisir LA pièce qui ferait de moi l’ambassadrice de Paris au Pays du Soleil Levant, consciente de l’importance capitale de ce choix cornélien pour la gloire de la République Française et l’image de ses ressortissants, son rayonnement dans le MONDE entier…

Je suai sang et eau pour sélectionner un premier éventail de possibilités et demandai à Lancelot, galamment magnanime, de me prendre en photo tandis que j’entrais et ressortais de la chambre à bordel en vitesse supersonique, telle Superman, changeant de costume à chaque ouverture de porte.

Assaillie par le doute, je commençai seulement à me poser la question du « pourquoi moi ? »

Ignorons la panique à bord et les blagues de mon entourage…

Elaguons quelques semaines durant lesquelles la mise en condition consista essentiellement à écouter mon troubadour me chantonner à tue-tête du soir au matin que j’étais une half japanese girl, avec la voix de Rivers Cuomo son idole.

Weezer – El Scorcho

Nous voilà au jour J du shooting !

J’avais préparé le terrain et sorti mes plus précieux atours.

Quelques paires de chaussures en rangs d’oignons :

Des bijoux de têtes et autres accessoires en pagaille organisée :

La table du déjeuner transformée en étal de quincailler :

Des sacs, des grands, des petits, des blancs, des noirs, des cabas, des besaces ou des baguettes de circonstance, à l’envi :

Enfin les vêtements qui correspondaient plus ou moins aux différentes combinaisons envisagées :

Le salon était devenu un véritable showroom :

Pâle, cireuse, mais propre et nette, les jambes en coton droites dans mes escarpins, cheveux en ordre de bataille et fleur au parapluie Vuitton en guise d’étendard, j’attendais dans une angoisse mêlée de fierté le débarquement japonais.

L’après-midi passa comme dans un rêve…

La journaliste Miyuki, son assistante Shoko (ensemble elles forment le gang Michoko de la Pie qui Chante) et Shiro le photographe furent les plus charmants des compagnons durant mon parcours initiatique au dur métier de styliste / mannequin. Ils connaissaient leur affaire et me souriaient tout le temps, s’extasiant, me posant mille questions, ou bien s’entretenant entre eux je ne saurais vous dire de quoi mais dans un flux ininterrompu de syllabes étranges qui me semblèrent une musique exotique. Je voyageais soudain, sur place, et j’en étais agréablement grisée.

Nous montâmes et redescendîmes sans relâche l’escalier qui va de ma porte aux pavés de Paris, cherchant chaque fois dans les rues alentour un décor différent, pour une des tenues que j’avais préparées, ou bien d’autres encore, joyeusement improvisées.

Quelques heures passèrent ainsi dans une effervescence savamment orchestrée, puis ils prirent congé, me promettant de me tenir informée.

Je n’y croyais pas vraiment. Je pensais bien qu’aucune photo n’irait, qu’ils choisiraient une autre parisienne… mais que je m’étais bien amusée de cette expérience et enrichie de leur présence.

Lorsque presque 2 mois plus tard je reçus dans un mail les images qui ont fait la substance de mes derniers billets, je jubilai et commençai de les poster sur Chic & Geek, sans trop savoir si elles étaient des souvenirs précieux ou avaient réellement été publiées. Je leur inventai à chacune une histoire pour ne pas divulguer celle-ci, somme toute fort banale mais qui prenait pour moi, l’imagination étoffant le souvenir, l’importance rocambolesque d’un périple homérique.

Dans le dernier épisode, vous découvrirez enfin les pages 38 et 39 de ce que je trouvai dans ma boîte aux lettres bien réelle cette fois, élégamment enrubanné d’un lien aussi ténu que le fil d’Ariane de mon récit… ce magazine !

Merci Miyuki, merci Shoko, merci Shiro !

Anne

Une réflexion sur “Gloire à la République !

  1. Quelle aventure incroyable!! J’adore la tenue avec le chapeau et la tunique blanche… ça change et ça te va drôlement bien! J’imagine ta joie en ouvrant la boîte aux lettres et en recevant ce petit clin d’oeil lointain. Vite, vite, j’ai hâte de lire le prochain épisode, Anne.

    • Anne dit :

      Merci Stelda ! C’était la tenue Paris-Plage 😉 et une des seules que je porte régulièrement telle quelle.

      A vrai dire, j’étais surtout paniquée en recevant le magazine, mais j’ai décidé de faire fi des complexes pour partager ça avec vous…

  2. Fanny dit :

    Héhéhéhé !

    Une telle collection me laisse rêveuse..

    Félicitations ! Bientôt les bus touristiques seront à ta porte 🙂

    • Anne dit :

      Coucou !

      Pour l’instant j’ai des peintres qui rafraichissent la cage d’escalier en gris Montaigne… Le propriétaire des lieux a dû comprendre qu’il fallait maintenir un certain standing 😉

    • Anne dit :

      Il est en ligne !

      Je suis bien contente que ça t’amuse aussi cette histoire…

      Bisous à toute la tribu et PDC rien que pour toi 😉

  3. MrsB dit :

    Ben vind’iou c’pas dans l’pot d’chambr » d’la France qu’y nous tomberaient des histouères comme ça, la Colette par cheux nous c’est la femme d’ rebouteux et l’a pas de Michoko dans la poche, pis l’magazine c’est que ça doit coûter, c’qu’on préfère lire à pas cher nous autres et la mère elle a pas encor’ toiler la salle faudrait pas qu’s’fasse des idées.

    Incroyable cette aventure, Anne, tu fais une merveilleuse ambassadrice de la Française (Parisienne c’est si réducteur quoiqu’ on en pense dans le pot de chambre de la France) , charmante, pétillante, élégante, amusante.

    Youpi !

    • Anne dit :

      Ton commentaire, lu à voix haute, est un délice !

      Moi aussi je parle patois. je suis une fille de la campagne en réalité… et la Colette Marie était d’la noce à mon mariage 😉

      Merci MrsB

  4. J’admire ta faculté à composer autant de looks aussi rapidement. Mais oui, il suffit d’un coup de baguette magique. Suis-je bête. Et tu as un placard à la hauteur du défi! C’est affreux de nous faire attendre le prochain article. Je n’arrive pas à me contenter de la couverture….. rhhhaaaaâ^â

    • Anne dit :

      Avec ton crayon, tu composes des partitions aux couleurs chatoyantes tous les jours et ton dressing est infini… quelle veine !

    • Anne dit :

      Oui… j’ai toujours considéré les fringues un peu comme des costumes et là je préparais les coulisses pour un spectacle, c’est tout à fait ça !

  5. lili dit :

    Omodetô Gozaimasu !

    Quelle magnifique expérience et comme tu as dû t’amuser (après période de stress qu’on peut imaginer sans peine).

    Bravo pour cet ode à la mode française en incarnation de LA Parisienne !

    Let’s make a wish : la suite au pays du Soleil Levant …

    • Anne dit :

      Mince alors ! Tu parles japonais Lili ???

      Merci pour ton commentaire adorable et si tu as une idée de ce que raconte la suite, je suis preneuse !

      Bisous

      Anne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s