Brève Rencontre

C’est le printemps ! Je suis tombée amoureuse comme on se noie dans les chutes du Niagara, d’une apparition.

Ce n’est pas la première fois que j’ai des hallucinations… (j’avais déjà vu Kate Moss géante dans le brouillard de la rue du Faubourg Saint-Honoré) ou que je fais des rencontres inattendues au Palais Royal (à plumes ou poils).

Pourtant là c’est différent : j’ai rencontré le chic incarné et j’en suis tombée amoureuse.

Vous me direz que c’est le printemps, que c’est normal, comme dans Bambi (Ahhhh cette scène…). Mais moi je suis une femme mariée, je ne craque pas si facilement.

C’est donc un coup de foudre d’une autre nature, irréel et fatal…

Je fonçais vers un rendez-vous quand j’ai stoppé net devant l’évocation de sa silhouette.


Je sais que d’aucuns vont craquer sur le chien… Moi je ne l’avais même pas remarqué.

J’ai cru reconnaître Grace Kelly sous les arcades. Si fine, si belle, derrière une porte fermée, floue.

Alors j’ai tenté de la voir mieux, en reflétant son visage dans une colonne, et j’ai frissonné de désir.


Je n’ai qu’une idée depuis, la posséder. Devenir son ombre, l’ombre de sa main, l’ombre de son chien (on y revient…).

Pressée comme un citron, j’ai décampé trop vite.

Que vous dire ? Ça ne s’explique pas. La force du sentiment m’a fait peur. J’ai fui !!!

Mais elle m’a hantée… son visage, son fourreau blanc au décolleté de vison rehaussé, son port de tête, sa coiffure, son collier, sa main, sa minaudière, le bouquet de fleurs qu’elle vient de composer… tout me revenait en images subliminales, obscur objet du désir, coutelas de Rahan.

Evidemment je suis revenue.

C’était fermé encore et elle n’était plus là. En lieu et place de ma sombre bien-aimée, des découpages, collages aux couleurs vives, graffiti, rouge dégoulinant comme les larmes de sang que je versais sur ma belle inconnue à jamais perdue.

Quand soudain, miracle ! Dans les ténèbres du fond de la galerie, dévoilée encore par les arcades qui cachent et révèlent, elle m’était revenue !!!

J’ai séché mes larmes à ses pieds, au bas de sa robe habilement plissée. Je l’ai regardée, longtemps, hypnotisée. Je l’ai regardée jusqu’à ce que je la voie bouger, imperceptiblement d’abord, un battement des paupières, l’esquisse d’un sourire, comme si elle aussi m’avait reconnue et me murmurait qu’à la comprendre seule j’étais prédestinée.


Alors j’ai su que je l’aimerais toujours, qu’elle n’était pas le flirt d’une saison.

J’ai réussi à zoomer sur la signature de l’artiste et cherché en vain sur internet des informations…

Oh je me doute bien qu’elle est trop chère pour moi… d’ailleurs je n’aurais pas l’indécence de la souiller en demandant si elle a un prix, cette Belle de Jour.

Mais grâce à elle, j’ai mis une image parfaite sur le mot « Élégance » et parfois, dans la nuit, je la sens, toute proche, qui m’appelle par mon prénom…

Anne

Une réflexion sur “Brève Rencontre

  1. Mais…le mois d’avril approche à grands pas…???
    Ce tableau est magnifique Anne!
    Je t’embrasse, sans oublier la PDC!
    Cécile

  2. La forme de son visage me fait pernser à Elizabeth McGovern, ses cheveux et son regard à Grace Kelly, par contre son nez et sa bouche clignotent Madonna. /need coffee !!! XD Les tons, le drapé, et les ombres s’apprécient de loin comme de près (merci pour les prises de vue) et donnent des envies de boîtes de peinture ou de pastels. Un macaron vanille-chocolat pour ma Lady !

    • J’ai cherché les visages de toutes et oui, t’as raison, c’est confondant ! Enfin Madonna… y’a quelques années tout de même^^
      Un macaron fraises des bois pour toi…

  3. Adèle dit :

    Elle est sublime… ta prose aussi.
    Mais où donc est cette mystérieuse Galerie ??? Je vais souvent au Palais Royal et ne me souviens pas avoir vu cela…
    Tiens-nous au courant si tu as plus d’informations !
    Merci

    • Côté Didier Ludot, entre lui et le Palais… Galerie Art Marcillac.
      Mais pour l’instant je n’ai rien de plus.

  4. As tu une date pour cette peinture? Elle a des accents tellement Tamara de Lempicka…. je lui donnerai un bon 1920. Et cette coiffure roulée, moi qui il y a deux secondes projetait de me couper les cheveux courts comme ce beau mannequin Loewe, je suis en passe d’y renoncer en voyant cette silhouette splendide couronnée de boucles.

    • Je sais juste que le peintre ne peint presque plus mais est vivant…
      Merci de m’avoir fait découvrir Tamara de Lempicka.
      Je te vois bien avec une tite coupe courte comme Saskia, oui, tiens, ça se tente, pour l’été… 🙂

  5. Vava dit :

    Je la verrais bien apparaitre dans le film « Rebecca » tiré du livre de Daphné du Maurier (sauf erreur de ma part), un vieux film à voir, avec une ambiance très particulière mais qui vaut vraiment le détour…

    Cette silhouette m’a fait penser également aux tableaux de Tamara de Lempicka.

    Dans le passé, j’ai eu également une émotion devant un tableau dont je ne connais ni l’auteur ni le nom du musée que j’ai oublié… Je me suis trouvée fascinée devant l’image d’une femme très belle, la peau laiteuse, les cheveux bruns et la robe d’un rouge franc dont j’ai eu du mal à me détacher… J’en ai encore la trace dans ma mémoire, c’est comme une rencontre « amoureuse », on n’arrive plus à détacher sa rétine de l’être, du tableau en l’occurrence et son souvenir vient vous taquiner de temps en temps…

    • Oh Merci : rappeler Rebecca, c’est merveilleux… c’est ça, c’est elle !
      Bon ben du coup c’est pas une gentille, mais quelle beauté…
      Moi aussi j’ai des réminiscences de visages croisés… et aussi d’un pied, qui dépassait de draps froissés, un tout petit tableau, je ne sais plus où, je suis restée des heures devant ce joli pied !

  6. solidor dit :

    SUBLIME!!!!
    Pas Grace Kelly mais presque. Superbe peinture, pour moi années 50 et pas art déco, mais je peux me tromper. Et je trouve Lempicka plus cubiste, plus brutale.
    J’ai regardé, Eymontet est un peintre pompier, non dénué de talent certes,mais rien à voir…

  7. Difficile de la dater en effet. Mais demande le prix, on ne sait jamais. Tu peux avoir une très bonne surprise. je partage ton intérêt pour cette toile. Le détail de la signature montre une qualité de peinture superbe!

  8. Mystérieuse Elégance !
    ___________________

    Vous raconterais-je quand elle apparaissait
    Distinguant sa parure au bon goût qui enchante ?
    Vous parlerais-je d’elle quand elle me recevait
    Grandeur d’intelligence en sa grâce élégante ?

    Vous révèlerais-je quand elle s’allongeait
    Ravissante au divan, étirée comme un lierre ?
    Vous dévoilerais-je quand elle s’accordait,
    Exquise propreté en merveilleuse manière ?

    C’était tout un langage et tout un vrai poème
    De converser à deux et de nous regarder
    C’était une lueur au tamisé qui sème
    Tous les prémices d’amour qui sont à garder…

    Comment ne pas sentir la douceur de son vivre ?
    Comment ne pas rester épris sans vraiment dire ?
    Tout fut bleu merveilleux en accord de son temps,
    Onde de ses désirs, caressant mes élans…

    Ô Femme ! Vous avez tant ébloui mes yeux,
    Maintien qui offense toutes les ambitions !
    Oh ! Charme ! Que puis-je vous dire de ce mieux ?
    Soie, fourreau et façon, tout en elle, fût distinction…

    Je dédie ce poème à Anne …. pour cet article intrigant…et plein de saveur élégante…..Merci d’avoir su nous faire découvrir cette merveilleuse silhouette…..J’espère qu’on saura un jour qui l’ a peinte avec tant de délicatesse….

    Trés chic et class’ ce blog….Bravo ! (sourires)

    bsx

Répondre à Stéphanie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s