De Profundis par Serge Lutens

Pour oublier la chanson paillarde que chantait mon père, j’ai mis le Requiem de Mozart à fond dans l’appartement avant de vous parler de « De Profundis », le parfum capiteux de Monsieur Serge Lutens qui m’accompagne depuis quelques jours.

Mes bras, indépendants de ma volonté, se lèvent du clavier pour marquer les temps, comme un pantin chef d’orchestre… Maledictis !

Mon cerveau oscille entre tristesse et nostalgie, douceur et violence, stimulus différent chaque fois que je hume ma peau imprégnée de la senteur nouvelle, que je me respire.

Des amours impossibles me reviennent de plein fouet comme des gifles de mon passé, des voix chères qui se sont tues résonnent à mes sourdes oreilles, valse mélancolique et langoureux vertige…

Mais commençons par vous montrer l’objet de mon affliction

et vous donner à lire ce qu’en dit son créateur

Vous êtes un parfumeur poète et l’audace est votre qualité première, Monsieur… à moins que ce ne soit l’humour.

Je recommence pour la version gravée du flacon précieux


accompagnée d’un commentaire lapidaire

Voilà. J’ai partagé avec vous toutes les informations dont je disposais… exceptée la plus mystérieuse et clef (de voûte) de cet article qui se voudrait odoriférant : l’effluve.
Comment vous le décrire ?

Un baume…

Un baume apaisant à poser sur les plaies du coeur, un baume qui conserverait un pharaon des siècles durant.

Une odeur au départ pharmaceutique, presque piquante, qui se transforme (Ah ! La puissance polymorphe des parfums Serge Lutens est décidément sa signature à mon petit nez…), pour devenir plus chaude au creux des reins ou du poignet, absorbante, envoûtante, poudrée délicate, suave, fine et dure, douce et amère, le parfum d’un deuil qui contiendrait à la fois l’insupportable douleur, le cri muet, le plus atroce, indicible peine… et la douceur, le réconfort de bras inconnus dans l’étreinte desquels on s’abandonne aux larmes, enfin.

Violet profond, elles coulent et soulagent, une à une.

Goutte à goutte, De Profundis, comme le venin d’un vampire, semble porter en lui le poison fatal et le secret de l’immortalité. Un battement de coeur s’arrête et il mue de sang frais à fleur fanée.

Pour l’illustrer, j’ai choisi quelques images d’Adrien Rädersteidt, au Père Lachaise.





L’approche est triviale.

Pourtant je l’assume et la revendique.

Je l’aime même.

Je n’ai plus envie de vous parler du Styx, de Cerbère, de Perséphone tiraillée entre sa mère et son époux, printemps et automne…
Nous sommes en plein coeur de l’hiver et la senteur contre ma peau, fondue en elle, me donne l’autorisation, pour un temps, de m’abandonner à la souffrance, en fait un droit, une jouissance morbide, un plaisir raffiné.

« Sois sage Ô ma douleur ». Elle m’est si familière, cette blessure, que j’en fais une amie. « De Profundis » nous réconcilie.

Une fois encore, MERCI Monsieur Lutens.

Je termine par la scène que vous avez rappelée à ma mémoire et qui me fait dire que du plus profond de votre coeur emprisonné, vous êtes, pour toujours et pour moi, un homme qui aime les femmes.

A très vite, pour une douche, d’Eau Froide.

Anne

Liens :

Le site de Serge Lutens

A lire et relire : son interview, la découverte de l’écrin des Salons du Palais Royal, ses réponses à notre questionnaire, puis quelques parfums mis en mots : Vitriol d’Oeillet, Bas de Soie, Boxeuses, Jeux de Peau

Ou bien tout cela réuni sous son nom : Serge Lutens

4 réflexions sur “De Profundis par Serge Lutens

    • Merci Stéphanie !
      J’aime aussi que tu viennes… il semble au nombre des commentaires que s’il devait n’en rester qu’une, tu serais celle-la !
      Bisous
      Anne

  1. Dominique dit :

    Je découvre les parfums Lutens et dans ma virtuelle promenade olfactive , je lis votre tres poétique ode â De Profunddis.
    C’est magnifique ! Je suis conquise . Vous avez su me donner envie de  » poseder » ce jus violet. Merci et surtout continuez à nous faire voyager au hasard de vos rencontres parfumées.

  2. Ping : Salle de bain(s) pour princesse(s) | Chic & Geek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s