Le clavier est mon meilleur ami

Mais contrairement à l’homme (ou la femme), plus on le frappe mieux c’est…

Vous êtes au courant de mon obsession pour les claviers, que j’ai partagée avec vous récemment, il y a longtemps déjà et même au tout début de C&G. Vous trouvez peut-être ça ridicule, mais voilà, encore une fois, au risque de me répéter, c’est l’outil que j’utilise les plus, et de loin, plusieurs heures par jour, presque tous les jours. J’ai horreur du téléphone, et la chance de travailler avec une équipe qui ne s’en sert pas, donc la plupart de mes communications se font par écrit, grâce à un clavier.

J’ai tendance à de plus en plus communiquer également par email, ou tout autre type de messagerie instantanée aussi avec mes amis et ma famille, sauf bien sûr lorsque j’ai la chance de les voir en personne, et bien que je sois conscient que c’est un peu dommage de ne plus écrire des lettres manuscrites, que voulez-vous, le monde change, et je m’adapte (puis avouons-le, j’aime m’adapter…). Ceci toutefois est un autre débat, intéressant, certes, mais pas celui d’aujourd’hui.

Aujourd’hui je voudrais vous raconter les débuts d’une expérience que j’ai décidé de tenter, mais auparavant un petit préambule:

J’utilise des claviers depuis l’âge de 12 ans, donc depuis presque 30 ans. J’ai atteint une vitesse de frappe correcte, sans plus, de l’ordre de 300 caractères/minute, car je n’ai jamais pris le temps de m’exercer sérieusement, et surtout, je n’ai jamais pris le temps d’apprendre à taper sans regarder mes doigts.

Je ne les regarde pas tout le temps, bien sûr, avec le temps j’ai appris à détacher un peu mes yeux, mais ils reviennent régulièrement dessus. Or, il est de notoriété publique que si pour utiliser un clavier vous avez besoin de le regarder, cela vous ralentit.

J’ai exprimé ma vitesse de frappe en caractères/minutes et non en mots/minute comme de coutume, car je me suis rendu compte, en écrivant à la fois en français et en anglais (et un peu en italien) que les mêmes 300 caractères correspondent à environ 45 mots/minute an anglais et à 33 mots / minute en français. (Pour information, je connais personnellement plusieurs personnes capables du double).

Euh, ça c’est pas moi évidemment…

Donc voilà, j’ai décidé d’améliorer ça! Je vais m’entraîner à aller plus vite!

En explorant un peu les différentes options qui s’offrent à moi, j’ai commencé à me poser la question de l’intérêt, quitte à apprendre à zéro, d’apprendre avec un clavier différent.

Je vous ai expliqué par le passé, comment les dispositions de claviers courantes, QWERTY pour les USA, AZERTY en France ou QWERTZ dans mon cas (clavier Suisse français) ont été conçues pour ralentir la saisie, afin de ne pas coincer les anciennes machines mécaniques, et sont restées en vigueur de nos jours, alors qu’elles vont à l’opposé du but désormais recherché.

Il existe, depuis longtemps déjà, des claviers organisés différemment, notamment le Dvorak, du nom de son inventeur, August Dvorak, optimisé pour une frappe plus rapide.

J’ai donc décidé d’essayer, et me suis retrouvé confronté au problème suivant: où trouver un clavier Dvorak, et surtout, comment être en mesure de l’utiliser aussi lorsque je me déplace avec mon MacBook Pro?

C’est alors que j’ai trouvé les produits KB covers.

De très fines couvertures en silicone pour votre clavier, avec dessus diverses dispositions imaginables (je vous parlerai plus en détail de leurs produits prochainement) dont le Dvorak.

Intéressant pour essayer, me suis-je donc dit, et j’ai commandé leur produit. Je viens juste de le recevoir, je ne peux donc vous dire encore si ça marche bien, mais je suis déjà déçu par un point: ces « sur-claviers » ont donc les touches dans la disposition Dvorak imprimées dessus, mais, en plus petit, proposent aussi le classique QWERTY, ce qui rend la lecture fastidieuse. Vous me direz que dans la mesure où je ne suis pas censé le regarder, peu importe, mais alors pourquoi utiliser un clavier avec quoi que ce soit écrit dessus? Oui, tiens, pourquoi?

Humm, laissez moi commencer l’expérience avec celui-ci, et je vous parlerai de l’idée que je viens d’avoir dans un prochain article, d’accord? 😉

Paolo

Une réflexion sur “Le clavier est mon meilleur ami

  1. YOUPI ! T’es là et tu vas faire une expérience en live (tu feras une vidéo before & then ?)…
    Je voudrais juste ajouter une obsession que tu sembles avoir pour le vol du bourdon de Rimski-Korsakov… bien que cette seconde version (t’avais montré une vidéo sur cette musique déjà) me soit assez pénible à l’oreille de si bon matin, j’avoue^^
    Mais je me demande du coup, si ce ne serait pas la musique classique geek par excellence que ce bourdonnement ? K’en dis-tu ?
    See U.
    Anne

    • Hé! C’est pas moi qui ai une obsession… mais apparemment, dès que quelqu’un monte une vidéo et veut donner une sensation de vitesse, on y a droit. Cette version néanmoins était vraiment naze, j’aurais du prévenir qu’il fallait couper le son…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s