La Chasse au Python

Je vous avais prévenus dans mon dernier article avec l’oeil sur pattes : je m’apprêtais à partir en chasse.

Pas au papillon comme Georges Brassens qui me trottine dans la tête et que je fredonne donc…

Mais au python, un animal à sang froid qui glace celui des autres, un étrangleur de première classe, sifflant sur nos têtes, dont la peau est fascinante, réelle ou en imprimé.

Ça tombe bien : je vous écris sous Safari et j’ai un nouveau chapeau d’Indiana Jones (dans mes rêves!) 😉

L’année dernière déjà, nous avions partagé un coup de foudre avec un dénommé Billy, beau comme un camion !

Depuis, en reluquant les vitrines, inconsciemment, j’avais apprivoisé ces écailles à reflets, de différentes couleurs. Je ne m’en suis aperçue qu’aujourd’hui, en cherchant dans mes archives parmi les images, au hasard.

Miu-Miu, évidemment, déclinait le python en oiseau bleu, celui du bonheur

Plus naturel, mais toujours en envolée

Une autre version consistait à se servir du python comme fond sur lequel accrocher des motifs, fleurettes et hirondelles.

Je ne sais même pas pourquoi j’ai pris la panoplie complète Gucci, too much pour moi, mais la voilà

Il y a eu également l’histoire de ce blouson Rick Owens chez WK, que je n’ai pas acheté, dans ma grande sagesse, mais qui m’a fait fantasmer de longues et froides semaines… Comme par hasard, juste en dessous sur la photo, encore du serpent !

Au Palais Royal, mon appareil se promène souvent et c’est dans la vitrine de la boutique Rick Owens, l’officielle cette fois, qu’une mitaine a attiré mon oeil, décalée, démente, et géniale !

Pas bien loin, Pierre Hardy (décidément j’ai encore plein de boutiques à visiter avec vous) la jouait mordorée

puis déclinait son classique sac (j’en suis folle) en rose pâle et noir, original et élégant, chic à souhait

Avouez que ça commençait à faire beaucoup pour des archives.

Revenons à l’actualité.

C’est peut-être cette image sur Stockholm Streetstyle de la merveilleuse Constance Jablonski, en veste imprimée python, qui a mis le feu aux poudres

ou alors ce sac Miu-Miu juste sous mon nez cette semaine

Assorti à des chaussures non moins pythonisantes de l’autre côté de la vitrine


Note : l’arc en ciel ne fait pas partie de la chaussure, c’est le pendant positif des reflets du soleil d’avril.

En tous cas, j’étais à l’arrêt, tel un épagneul breton, et j’ai décidé de ne plus butiner de boutique en boutique, mais de chercher uniquement du python, pour cette balade qui commençait.

C’est toujours quand on cherche qu’on ne trouve rien, en mode en tous cas. J’étais motivée !

Quelques mètres seulement et Erthée alignait des silhouettes estivales, avec un sac qui justifie leur présence dans ce billet (cool car je préfère la tunique blanche ceinturée, à vrai dire)


Ensuite, plus rien. Palais Royal compris. Ça alors ! Nous n’étions pourtant pas en Irlande pour que Saint-Patrick m’ait précédée.

Une valeur sûre, Rupert Sanderson !

Vittoria m’en a déniché deux paires, très différentes… les rouges, OMG !!! des fétishoes ou je ne m’y connais pas.

58M, c’est là que j’avais vu Billy, je ne pouvais pas y faire chou blanc !

(je vous épargne sur ma route la silhouette Paul & Joe vert pomme dans la lumière rasante, hypnotique… elle est dans mes dossiers, pour une autre fois.)

Bingo ! Non seulement le Billy était là, dans sa déclinaison plus foncée de cet été 2011, mais en plus j’ai trouvé un petit sac assemblage de Jérôme Dreyfuss également, joliment associé à une paire de Marc Jacobs adorables.


Bonus : du python en imprimé, sur un sac Lanvin

ou carrément des baskets (qu’elles sont mimis !!!)

J’étais fatiguée à ce stade et j’aurais volontiers rejoint mon salon ou la terrasse d’un café pour un Vittel Fraise… mais si près du but, allais-je abandonner ?

Yaya m’attendait devant sa boutique, souriante, bronzée, en tunique poudrée, si épanouie et jolie que j’en ai oublié les jambes lourdes et cliqué cliqué sur mon petit Panasonic, sorti de son étui Leica, à lui faire rendre l’âme (il tient bon mais pour combien de temps ? je commence à flipper).

Dis, Yaya, tu as du python ? Je fais des recherches (pour ma thèse de doctorat es imprimés textiles).

Evidemment qu’elle en a !

Les Anniel à lacets, toujours déclinés dans ses couleurs préférées, confortables à souhait.

Ainsi que les trésors d’une créatrice spéciale (tout est spécial chez Yaya !), une chasseresse de python professionnelle !

Elle s’appelle Nash et elle fait des bracelets

Et aussi des foulards… étonnants. Imprimés python sur mousseline de soie, ils sont légers, triangulaires et ont les pointes en véritable python.

Inédit, avouez !

On peut les porter dans les cheveux (très Nicole Richie), en top bustier de plein été noué sur la poitrine pour cacher ce sein que nous ne saurions voir, ou bien tout simplement en foulard, comme Yaya qui m’a tout montré !

En même temps, c’est un peu facile, parce que Yaya rayonne de l’intérieur alors tout lui va, mais je vous assure que c’était super joli !

Parmi toutes ces merveilles, pas une que je possède, ma doulour !

Pour cela il faudrait que je passe d’abord par la case « vous avez gagné le WSOP de No Limit Texas Hold’hem » puis à la caisse enregistreuse.

Rien à voir, cette vitrine du nouvel opticien près de chez moi est juste trop belle pour ne pas être exhibée ! Ça, c’est fait.

Je suis donc rentrée avec plein d’images et pas un seul morceau de peau de serpent ! Tadaaa !

OK, par souci d’honnêteté, il faut tout de même que je vous avoue que lors de la dernière vente Antik Batik sur ce site que nous adorons toutes et qui est pris d’assaut chaque matin, j’avais réussi à commander un foulard, et aussi une ceinture… et un sac ! Mais c’est tout !

Je vous les montre ?

Voilà, je suis allée chercher bien loin le plaisir de rentrer chez moi, mais la route était si jolie.

Je précise qu’aucun animal n’a été blessé durant le tournage de ce reportage ! (avant, c’est probable… mais par légitime défense, uniquement, je suppose… gloups)

Anne

Edit : Jolie Betty a trouvé un pantalon imprimé python qu’elle nous montre aujourd’hui… mes yeux pétillent.

Une réflexion sur “La Chasse au Python

  1. cleopat dit :

    Je suis un peu gênée, je n’y connais rien ou n « yvoisrien », je n’ accroche pas vraiment!
    Pourtant je n ai pas de phobie particulière vis à vis des serpents! mais face à ces beaux objets je garde mon sang froid ! à part pour le sac,sous le blouson Rick Owens ! 🙂
    Je crois surtout que c est le toucher qui me rebute !
    Je me fais l effet d une vipère à ne pas apprécier de si belles pièces rapportées au cours d une chasse épuisante, 😦 alors que tu as bravé tous les dangers! Je rampe pytonsement vers la sortie !
    Beau weekend et bonne chasse ! cette fois pas au rayon python! mais soleil☼

    • Oh non, reste dans les parages Cléopat !
      C’est une question de timing : je n’ai pas toujours eu cette lubie et elle me passera… Si seulement le portefeuille suivait, je passerais volontiers au croco 😉

  2. Laurence dit :

    Whaouh!!! Je comprends maintenant pourquoi il se dit que les Pythonidae ont des comportements protecteurs parentaux particulièrement développés, auraient -ils une légère influence sur toi? Hum… Je ne donne ma langue PAS AU CHAT mais à une souris, parole d’ovipare 😉 Je t’ai suivi dans ton excursion/reportage à travers ces belles images et ta divine plume, un véritable plaisir pour les yeux, un régal !Le bémol c’est qu’un haut 2 coeur d’émotions et d’envie m’a envahi , aaarghh les prémisses de la frustration sont en marche, je ne te félicite pas Jolie Anne.
    Passe une belle journée ensoleillée.

    • C’est moi qui envie ta plume, Laurence…
      Ravie de te faire frissonner… d’envie.
      On peut posséder tout ça, en imagination !
      Belle journée à toi : il fait chaud chaud chaud… un temps à partir à la chasse aux papillons ou aux serpents et autres lézards qui musarderont sous le soleil exacteùent^^

  3. Benedicte dit :

    Ah bah moi, je viens de recevoir mes tropeziennes en python commandées chez Rondini. Love, love, love…

  4. valentine dit :

    Ah le sac Miu miu : une tuerie ! je l’aime ! Trop trop… Je le veux J’adore l’imprimé serpent J’ai un pants avec cet imprimé que j’adooooore. J’ai bcp aimé lire ton article Belle plume
    Bisous valentine 13 ans xx
    Mon baby blog t’invite à passer : http://inthestreetofmode.wordpress.com/

  5. maisquelbeautemps dit :

    aaaargh tu viens de me faire faire une magnifique promenade parmi tous les accessoires… que je ne pourrai jamais porter! J’ai essayé mais avec la dégaine que j’ai, le python me donne un air de prédatrice (alors que je ne suis que douceuuuuuur)… J’aime beaucoup la poésie de ta phrase « je suis allée bien loin chercher le plaisir de rentrer chez moi » : tellement vrai ;D

  6. Oh Mon Dieu!!!! je VEUX les sandales Miu-Miu, le mini sac Jérome Dreyfuss, les baskets avec rubans gros grain…oh puis le maxi bag Pierre Hardy…comme tu nous donnes envie avec ce joli post. Et quel repérage!! Par les temps qui court, je ne fais plus beaucoup les boutiques alors je suis contente de faire ma It Liste en venant flâner par ici.
    Des bises.

  7. Clémentine dit :

    So wild le python. Pauvre bebetes. J’ai lu pleins de trucks horrible sur les peaux de serpent en de crocos. Mais c’est tellement … Grouuaahou. Donc bon jme jure de ne jamais jamais acheter du vrai. Contre ce massacre. Et aimer la mode c’est compatible ??
    Belle sélection en tout cas mes yeux se délectent et j’essaie de mettre mes images de massacre dans petit coin de ma tête pour apprécier.
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s