Diane Kruger, un dimanche

Le dimanche matin est le seul jour où je feuillette des magazines, en buvant mon thé, histoire de voir ce que le papier glacé a encore à nous apporter, face à la toile d’internet…

C’est amusant : de plus en plus, les pages que je corne pour les consulter plus tard sont celles qui contiennent des urls, adresses de sites internet que je me promets d’aller voir (j’oublie tout le temps).

Mais parfois, je suis surprise par autre chose.

La dernière fois que c’est arrivé, je vous en ai parlé, j’avais retrouvé Inès de la Fressange, en parfaite chemise blanche, et dévoré le reportage/interview que lui consacrait Madame Figaro (mon côté bourgeoise assumée, ou Merci Edith!*)…

Aujourd’hui, c’est très différent, j’ai été frappée, stoppée quelques instants suspendus, par la beauté d’une image, ou celle d’une femme, Diane.
C’est devant cette photo que je me suis arrêtée.

Je m’amusais de la série Mode, Diane Kruger photographiée par Dominique Issermann, dans les tenues des derniers défilés Haute-Couture… ces robes-mêmes avec lesquelles nous avons joué lundi dernier. Souvenez-vous vos défis… Autant dire que je reconnaissais chacune et prenais plaisir à les voir évoluer sur la Déesse d’outre-Rhin, basée à Saint-Germain des Prés, mais exilée rive droite, au Meurice, le temps d’un shooting.

Peut-être était-ce à cause du décor luxueux, de la lumière maitrisée, de ces robes somptueuses sur et autour d’elle… du talent du photographe, de la maquilleuse… ou bien de mon humeur nonchalante, des volutes de la cigarette, du ciel gris.

Je ne crois pas.

Tout simplement, Diane irradiait de beauté et nous l’offrait sur un plateau d’argent, fragile, mais évidente… l’article parlait de Romy, je pensais Catherine Deneuve, même époque.

La couverture laissait présager le coup de foudre, mais j’y étais restée sourde, indifférente…

J’ai lu l’interview qui est en ligne (je vous mets le lien en bas) et apprécié tout le reportage, mais aucune autre image ne m’a fait l’effet de celle, première de ma sélection, pour laquelle mon coeur a chaviré… (quoique… une nuque qui arrive).

Pas de biographie, ni d’analyse, juste un constat, une friandise du dimanche matin, un rayon de Beauté, de face, et un autre de dos :

Merci Madame…

Anne

Crédits et plus d’images par ici :
Diane Kruger sublime la Couture, pour Madame Figaro

*Oui c’est bien grâce à Edith que je reçois le Figaro, tss tss…

Une réflexion sur “Diane Kruger, un dimanche

  1. Waouw… Merci pour tes mots et tes images… J’aime particulièrement la dernière,pleine de mystère… Merci aussi pour ton ptit mot chez moi !

  2. J’ai été aussi séduite que toi par cette série de photos…cette fille a une beauté divine…pour moi, il y a beaucoup de Grace Kelly…

  3. L'Iconoclaste dit :

    Ah Diane… De loin mon actrice préférée et ce depuis longtemps. Sublime, différente, cohérente… pour moi elle les dépasse toutes d’une tête !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s