Le goût amer de la Victoire

Voilà des années maintenant que j’arpente mon quartier, que je le vois évoluer…

Les cafés chics se multiplient, le Pouchla de papi Miloud fait de la résistance.

Le Forum des Halles menace d’envahir les alentours, NafNaf est rue Montorgueil (Pouha) mais la rue Montmartre devient piétonne et le marché est toujours joyeux, même si les primeurs et fromagers perdent du terrain.

Il reste des institutions locales : la pâtisserie Stöhrer, le Rocher de Cancale ou l’Escargot.

De nouveaux lieux de branchitude apparaissent, Kabuki, le 32, Marc Le Bihan, Anthony Peto

Les parisiennes trouvent leur bonheur dans des enseignes multimarques aux sélections réjouissantes, comme YayaStore, 58M, ou Pois Plume… du shopping humain, des sourires, du plaisir partagé (ok c’est aussi plus cher mais on ne peut pas tout avoir !)

Ainsi va la vie.

Chaque jour ou presque, je passe devant la statue du commandeur, celle de Louis XIV.

Je file vers les jardins du Palais Royal et je me dis qu’il fait bon vivre par ici, qu’il ne faut pas être passéiste mais observer l’évolution naturelle des choses, avec curiosité.

La Place des Victoires est belle au soleil d’une fin d’été et le cavalier se découpe fièrement sur les façades d’immeubles cossus dont les appartements s’échangent à prix d’or.

Ma vitrine préférée n’est pas Kenzo ou Victoria Casal, mais celle de la boutique emblématique de cet endroit : Victoire !

Victoire c’est mamie, c’est classouille, c’est BCBG… et pourtant…

Les vitrines y sont les plus jolies et les silhouettes rétros me parlent de pois.

Je n’ai pas de petit pull Victoire, de twin set en cachemire fin, mais j’y ai souvent trouvé (à-70% en braderie de fin de soldes) un col, un chapeau, un collier ou une robe verte.

Et chaque fois, un détail de la vitrine me scotche, comme cette minaudière à laquelle est noué le foulard de grand-mère.

Pensez donc le jour où je suis arrivée là et où la Révolution avait envahi ma jolie place ronde…

Une affiche à la place de la vitrine Victoire et des engins de démolition, des gravats, des pavés balancés autour de mon cheval, mon royaume.

Morne Plaine !

Attention à la violence de l’image qui suit.

Un coup de Trafalgar !!! C’est la Berezina…

On nous rejoue 1792 et le déboulonnage des statues royales ?

Le règne de la Terreur n’est pas loin et je suis sous le choc.

Quelques bonnes âmes tentent de recoller les morceaux, modestement, de retrouver un peu du lustre d’antan.

La clientèle aristocratique de Victoire va dorénavant longer les murs, faire profil bas, pour entrer dans la minuscule boutique, pendant que la plèbe aura son content de mode à la mode.

Oui car ce poster immense, vous l’aviez peut-être reconnu, annonce la Gloire à La République, la démocratie en marche, la victoire de l’uniformisation modesque ! J’ai nommé Maje.

Et qu’on ne me rétorque pas qu’LVMH vient de racheter l’enseigne en même temps que Sandro et Claudie Pierlot !
Penser que le groupe de luxe qui trônait dans mon Panthéon de la mode s’est transformé en profiteur de guerre, en Carpet Bagger, au seul prétexte de l’argent facile, me rend malade…

Voilà l’espace qui reste à la petite Victoire au goût bien amer sur la Place qui portait pourtant son nom (en réalité ça s’est passé dans l’autre sens et je raconte n’importe quoi mais qui lit ? vous ne regardez que les images, je le sais, alors je peux me laisser aller au délire de quelques contrevérités économiques ou historiques…)

Il est trop tard.
L’Histoire, la grande, est pleine de chocs, de césures brutales dont les victimes ne sont que des pions, des pertes nécessaires sur les champs de batailles…
Sur l’autel de la Liberté, sacrifié le bonheur de l’humanité.

Seulement voilà, je le connaissais ce soldat, et le voir ainsi diminué, estropié, invalide, me fend le cœur.

Il lui reste (mais pour combien de temps ?) une minuscule vitrine.

J’ai voulu, comme un reporter de guerre, en immortaliser les détails, pour la postérité.

Ce jaune vibrant, ces perles pleines de noblesse…

Ce sac à main précieux, c’est son chant du cygne.

Parmi les vestiges cependant, une veste grise, miraculeusement épargnée par les combats sanglants menés sur cette Place, est témoin de la grandeur passée.

Tout comme le Louvre a récupéré le socle de la première statue érigée ici, au temps du roi Soleil, le reste ayant été décapité puis fondu pour en faire des boulets de canons probablement. (Si j’achète la veste, dans un but purement de préservation du patrimoine de l’humanité, un jour elle sera au Louvre si ça se trouve, grâce à moi… Je devrais l’acheter.)

Dieu que le monde est cruel !

Anne

Liens :
La Place des Victoires
LVMH se fourvoie
Histoire militaire de la France

PS : je n’ai pris aucun renseignement sur l’enseigne Victoire, qui, si ça se trouve, est elle-même depuis plus longtemps encore, une filiale du géant PPR ou Casino…
Tout ceci est totalement du grand n’importe quoi.

Une réflexion sur “Le goût amer de la Victoire

  1. Rima dit :

    Moi je lis tout, jusqu’au bout et comme c’est bien résumé cette uniformité.
    Mais le bon côté, c’est que, comme maintenant toutes les boutiques (ou presque) sont les mêmes partout où on va (en France et presque en Europe), on fait plus attention aux lieux, et à l’architecture et au ciel. Non?

    • D’abord merci d’avoir lu 😉
      Et puis tu as raison Rima, Paris recèle de merveilles en dehors de ses vitrines… la plus belle ville du monde !
      Si encore, en regardant le ciel, on ne s’exposait pas à marcher de ses boots précieuses dans des crottes de chien, ce serait le bonheur total…
      Bisous
      Anne

  2. MrsB dit :

    Ah c’est Mamie qui vous parle, nova comme une étoile.
    Je porte du Victoire. Si. Je fais mon coming out.
    J’assume mes origines et allures « bourgeoises » et alors ? Que le grand cric me croque, pourquoi devrais-je faire semblant d’être cool ou rock’n roll attitude. Ce ne serait pas moi, ce serait un mauvais déguisement, ce serait d’autant plus ridicule. Ce qui ne m’empêche pas d’aimer l’allure de filles très différentes, bien au contraire.
    D’ailleurs je profite de ton si joli billet, Anne, pour dire comme ça en passant que je trouve assez pénible ce doigt pointé en permanence sur le style « mémé » du camel ou des jupes froufroutantes et longues de cet hiver.
    Comme si le fait de ne plus montrer ses jambes jusqu’à la naissance des fesses était une offense à la séduction, comme si ces jupes allongées étaient une sorte de robe de chambre en matelassé allant jusqu’au pied et sentant la naphtaline et la frigidité .
    Ce qui est sexy c’est la personne qui porte les vêtements, la façon dont elle fait siens ses habits, dont elle fait corps et choeur avec sa tenue.

    Et je te remercie de ton article même si c’est une libre envolée au milieu de la place des Victoires, j’en ai dégusté chaque virgule et mots.

    • Merci Mrs B.
      Je suis désolée si le terme de mamie ou mémère t’a faite bondir. je relayais simplement des idées reçues, des préjugés idiots qui ne sont pas le reflet de ce que je pense !
      Il n’y a pour moi rien de plus sexy que le charme discret de la bourgeoisie. L’élégance est dans la cheville, pas dans le cuissot qui déborde du short en jean destroy 😉
      Je crois avoir dit pas mal (sur Marc Jacobs en particulier) combien je prisais ce style que j’appelle moi « rétro » et le tombé des jupes mi-mollets…
      Quant à ton point sur la personne qui les porte, il me semble que le meilleur exemple récent repris partout sur la blogosphère, c’est le pull Darel racheté aux enchères pour être réédité : celui de Marilyn Monroe dans le Milliardaire…
      Comment penser une seconde qu’on va se chopper autre chose que 15 kgs avec ces torsades et cette longueur hybride ? ELLE était incroyablement sexuelle, plus encore que sexy, et son pull n’y est pour rien !
      Bon je me calme 😉
      Bisous
      Anne

    • Mais pas du tout, pas du tout, pourquoi donc ?
      Au contraire, j’en étais ravie et d’ailleurs emportée par ta fougue, je me suis emballée aussi dans ma réponse…
      Désolée pour la maladresse. J’aime Victoire et toi plus encore !

  3. peace dit :

    J’adoooore ton histoire de France racontée aux… éternels enfants?!
    Et dire que mercredi dernier j’étais justement au Musée en Herbe (Tu connais? C’est à deux petits pas…) avant de me diriger vers la Droguerie…
    J’espère un jour te croiser lors de ta balade quotidienne (hebdomadaire pour moi)!
    Allez, victoire sur le rêve!

    Des bises…

    • Bonjour Peace !
      Oui, je connais le Musée en herbe de nom, mais comme je n’ai pas de boutchou à y emmener, je n’ai pas encore franchi la porte.
      La Droguerie, autre spot mythique, mais combien d’heures de queue ?
      Je serais ravie de te croiser aussi… quel jour viens-tu dans le quartier ?
      Bisous
      Anne

  4. virg dit :

    Moi aussi je lis tout… Et moi aussi je suis affligee par cette nouvelle, j’avais lu cette infamnie dans la presse spe il y a quelques semaines, il manquerait plus que le grand ventilo disparaisse au profit d’un Z&V et la on serait foutu !
    Tu sais, ce que je n’aimais pas a Londres, c’est qu’on trouvait toujours les memes enseignes dans chaque quartier, une sorte d’uniformite tres desagreable qui laisse peu de place a la difference.
    En revenant a Paris en fevrier dernier, j’ai ete frappe de voir qu’ici aussi, ca devient la norme… Seul quelques quartiers (le haut du Marais, le 6eme vers chez msieur Mulot, south pig’) semblent echapper a la regle, mais pour combien de temps ? Apres tout, dans le Marais il y a quelques mois le fameux Goldenberg rue des Rosiers a fait place a une boutique Le Temps des Cerises…
    Pourquoi ? Ben parce qu’il n’y a plus que les marques/buldozers qui ont de quoi racheter des pas de porte comme ca… C’est triste.

    • J’ai vu récemment des travaux Z&V (note qu’il y a déjà 2 boutiques rue du Jour…) mais je n’arrive pas à me souvenir où…
      Ah ben si !!!
      Place des Victoires, tout juste !
      Si c’est pas un sacré flair que tu as là…
      C’est vrai que c’est dommage, le quartier était préservé par rapport au 6è qui en 10 ans a totalement changé de tête (quel est l’intérêt aujourd’hui de se « faire » la rue de Rennes ?). ça change doucement.
      Mais je ne désespère pas et je dois reconnaître aussi que j’ai quelques pièces de ces marques, trouvées à des ventes privées sur internet… et que je ne les déteste pas, loin de là. Gloups.
      Bon. Disons que du Maje au prix du Zara d’accord, mais plein pot, c’est trop !
      La rue Saint-Honoré aussi petit à petit est envahie mais il reste de jolies adresses.
      Et puis voyons le bon côté des choses pour nous shoppeuses : juste avant de fermer, les boutiques bradent leur stock… c’est triste mais c’est si bon…
      Tout de même, Almost famous, par exemple, me manque beaucoup !
      Bisous la belle
      Anne

    • L’endroit c’est quoi ?
      Internet peut-être, qui va permettre à plein de créateurs de vendre dans le monde entier sans avoir les frais d’une boutique… Soyons optimistes !
      Et ayons l’oeil de lynx, car il va falloir les repérer les merveilles au milieu de tout ce qui existe…
      Déjà sur Etsy, je suis perdue.
      J’ai un peu changé d’avis depuis hier (je change tout le temps, c’est lourd…) et je me dis qu’il ne faut pas condamner tout de suite comme ça un groupe qui a tout de même fait émerger Marc Jacobs 😉
      Si ça se trouve, ils vont en faire quelque chose de super de ces marques aussi, tirer vers le haut la qualité…
      Je rêve je sais.

  5. autant j’aime les coupes maje, autant le 100% polyester imitation soie pour 300 euros, ça passe pas, et je ne parle même pas du made in india… Enfin comme tu dis, c’est la marche des choses, c’est ainsi! Je compatis pour ton quartier, ça me fendrait le coeur de voir des magasins trop impersonnels s’installer dans le mien!

  6. Stéphanie dit :

    Anne, j’aime toujours autant ton écriture et tes sublimes photos.

    Et je suis jalouse de ton si joli quartier ! Dis, tu m’invites ?

    • Chère Stéphanie, j’ai vu sur ton blog que tu étais venue à Paris… sans me voir ?
      La prochaine fois, préviens-moi et évidemment que je t’invite à déguster un thé, des gâteaux, et à faire du shopping même qui sait !
      je serais plus que ravie de te rencontrer « pour de vrai ».
      Bisous
      Anne

  7. Comme je comprends ton désarroi !! Mais peut être que la boutique Victoire a quand même un volume important à l’intérieur. Victoire moi j’aime bien c’est intemporel !! Je connais bon nombre de marque « in » avec de grandes superficie et tout est insipide. Alors oui même si Victoire est en train de perdre sa couronne, cela reste pour moi une marque qui mérite d’être place de la Victoire !!

    et puis que de nostalgie en voyant tes photos, c’est mon ancien quartier de boulot (bon Ok ça date pas d’hier), un quartier qui grouillait, on mangeait avec les journalistes du Figaro et les Traders de la Corbeille de la Bourse !! J’essayais le dernier pantalon électre dans l’arrière boutique du show-room !! Merci de ce post j’y suis par la pensée et les images grâce à toi !!

  8. Eudoxie dit :

    Anne ma chère Anne, c’est beau comme cheval de bataille! Sus aux profiteurs! Sus aux racoleurs et aux marchands du temple! Victoire, ça avait l’air beau, ça avait l’air d’avoir de l’âme. Je propose un manifeste contre Maje H&M Zara et autres parasites du beau travail. Et surtout un immense « bouh  » devant la déchéance d’LVMH. Il faut que j’aille voir ton lien, je ne savais pas qu’ils se roulaient dans la boue comme ça. Je sens que je vais faire un article au couteau et à l’épée moi aussi! Bisous!!!

  9. Isa dit :

    Ah ben mince alors, j’adore cette place. C’est mon quartier préféré quand je viens à Paris.
    J’espère qu’ils ne vont pas la défigurer avec moult enseignes cheap qui vont tout défigurer. Ah non alors !!!
    Bon Maje, ça va encore….
    Cet article m’a replonger avec nostalgie des années en arrière quand je mettais ma petite robe victoire en jean, achetée dans la boutique multi marques branchée de Dijon où je faisais mes études à l’époque . Je l’ai gardé des années et des années, par affection dans un coin de mon dressing et je crois que j’ai dû m’en séparer l’année dernière, par manque de place mais avec un sincère pincement au coeur, comme si je m’étais séparée d’une amie chère.

  10. Nathalie dit :

    Bonjour, je me permets un petit commentaire car dans mon souvenir – qui remonte aux années 80, houla c’est bien vieux -, Victoire était alors une (petite) chaine de boutiques multimarques (et le magasin de la place des Victoires tenait me semble-t-il dans un mouchoir de poche, guère plus vaste que l’espace où il se retranche aujourd’hui). Bref, je me trompe peut-être mais tout cela a des allures de retour aux sources, et ça me semble assez chic finalement de devenir confidentiel (ceci étant, il reste d’autres boutiques dans Paris, il y en a une près de chez moi rive gauche ce qui m’a toujours semblé incongru car pour moi, Victoire, c’est place des Victoires !)… Merci pour votre regard – Paris change, un peu, beaucoup, à la folie, c’est la vie ^^

  11. Edith dit :

    « de nouveaux lieux de branchitude apparaissent : Kabuki… » Je ne sais pas si tu connais (et habites) réellement le quartier, la boutique Kabuki a ouvert il y a environ… 20 ans! Et quant au marché sympa rue Montmartre, les primeurs y affichent 15 à 40 (véridique!) euros le kilo.
    Dommage les contre-vérités quand on veut publier des infos.

  12. Davidikus dit :

    Oui, c’est un peu triste cette transformation des rues piétonnes. Malheureusement, c’est l’air du temps & on se retrouvera bientôt avec la même dichotomie qu’à Londres : des supermarchés (même des petites surfaces) partout et seuls les boulangers, pâtissiers, primeurs très hauts de gamme demeureront – ils deviendront sans doute des chaînes à leur tour. Difficile de voir ce qui pourrait changer le cours des choses !

    http://davidikus.blogspot.com

  13. Ma très chère Anne ( moi aussi j’habite le quartier et tu sais pas où je te le donne en mille rue St Anne elle est pas belle la vie !!
    Il faut que tu saches, je suis ce soldat mais pas diminué, ni estropié ni invalide et encore moins la pour te fendre le coeur………et aime comme moi ma minuscule vitrine, ma préférée, ma nouvelle, celle que que je décline ailleurs, celle ou je montre mes petites pièces et mes accessoires etc….. Tu aimais la grande tu adoreras la petite, t’inquiète pas , et puis il fallait bien prendre l’argent là ou il est pour aller s’épanouir aussi ailleurs ( pour les détails tu vas sur notre site, tu me regarde et tu m’écoutes et puis finalement tu diras qu’il est sympa le mecque et que sa femme n’est pas si beige beige !!) Nous sommes encore indépendants comme des artisans de la mode et quand je lis finalement toute cette affection à notre égard je dis avec un grand coeur…. MERCI LES FILLES ON VOUS AIME AUSSI !!!

    GILLES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s