Go, Avril Gau !

Etudiante, j’habitais un minuscule studio haut perché, au croisement de la rue Monsieur le Prince et du Boulevard Saint-Michel.

En me penchant par les fenêtres en forme de hublots, aux rebords rouillés, j’apercevais le Panthéon.

Ma première fois à Paris, et je garde de ce quartier un souvenir empreint de nostalgie.

Le truc super, c’était le dimanche matin, filer vers Saint Sulpice, jusqu’à la rue de Seine, pour acheter baguette, croissant et pain au chocolat chez Gérard Mulot, une institution.

Je repartais en jouant à la souris avec l’extrémité de ma baguette, d’un pas leste vers le carrefour de l’Odéon, par la rue des 4 Vents…

Vendredi, Lancelot m’a emportée sur son scooter au numéro 17 de cette même rue et ces souvenirs ont refait surface.

Pendant que je partais faire un reportage, il s’est donc dirigé vers la fameuse boulangerie… faire des provisions.

Je conseille aux amoureux l’hôtel du Globe.

Je ne le connais pas. Je sais juste qu’il est idéalement situé pour les luxueux petits déjeuners… et le shopping !

Juste à côté, toute pimpante de vert sapin Nordmann , une nouvelle boutique, dont je ne voulais pas rater l’inauguration.

Avril Gau, je l’avais repérée en bonne place chez 58M, la boutique de Marion, et j’avais aussi craqué en beauté à une vente privée rue Saint-Honoré.

Le sac ne m’a pas quittée de l’été et c’est à grand regret que je suis passée à des teintes plus hivernales.

La jeune créatrice, reconnue et distribuée dans de nombreuses enseignes, n’avait pas encore d’adresse à son nom…
On comprend qu’elle ait attendu quand on découvre le petit écrin qu’elle a choisi pour ses sacs et ses chaussures.

Fêtons cela avec des bulles et des petits fours qui viennent… d’en face. Trop bons !

Si elle lit mes conseils, elle aura toujours quelques macarons ou autres friandises pour nous appâter 😉

Ce soir, c’est en petit comité, comme un rassemblement improvisé d’amis.
Plus de la moitié des invités discutent joyeusement sur le trottoir, coupe à la main.
Les autres se relaient dans la boutique pour chiper de quoi grignoter et surtout se nourrir de façon moins littérale, avec les yeux, goûter les nourritures de l’esprit, des rêves : chaussures… et sacs !

Sur chaque petite étagère, une mise en scène, simple.

Avril vend aussi une Cologne, l’Acqua di Genova, qu’elle a découverte lors d’un de ses voyages en Italie et tout de suite aimée, fraîche et légère, comme elle !

Car entre deux photos, j’ai pu saluer la créatrice.
Je n’ai pas eu le temps de lui avouer tout le bien que je pense de ses collections, mais elle devrait s’en apercevoir rapidement.

Le rez-de-chaussée est plutôt réservé à la maroquinerie, sacs, portefeuilles, gants… et à la caisse, dissimulée derrière un joli bouquet où une énorme fleur d’hortensia fuchsia pique un fard.

Pour les chaussures, il faut monter le petit escalier, longer la tapisserie à l’ancienne en agrippant la rampe bleue !

Mon conseil : n’achetez de chaussures que si vous avez pu descendre les marches avec elles aux pieds.

Arrivée en haut, j’ai été prise de vertige.

Ce n’était pas le champagne, je ne bois pas. Pourtant le mur en face de moi semblait flou, irréel, trop plein de talons bottiers, mes préférés, les meilleurs pour trottiner.

Je n’arrivais pas à faire le point.

Syndrome de Stendhal devant des shoes, je suis gravement atteinte cette fois.

Alors j’ai tenté une approche plus subtile, les ai regardées l’une après l’autre, toutes, et chacune m’a plu.

Je me suis approchée de la fenêtre ouverte, pour humer l’odeur des fleurs et celle du dehors, je manquais d’air (et en même temps, j’étais si bien, dans mon élément naturel en quelque sorte !).

J’ai regardé à travers les barreaux et j’ai vu la boulangerie de mes 17 ans !

Je pourrais vivre là…

Entourée de murs de chaussures, baignées de la lumière parfois aveuglante, tantôt douce, d’une épiphanie…

Ces cavalières Camel sont si simples et leur ligne parfaite.

Ne vous en faites pas, Avril, je ne vais pas squatter votre boutique… pas encore.
Lancelot m’attend et donc je redescends le petit escalier bleu.

Je longe le mur de vos sacs souples, besaces parfaites,

et je jette un dernier coup d’œil aux étagères…

Je soupire. Quand donc sont les soldes ?

Voilà la question que j’aurais dû poser à Isabelle, celle qui vous accueillera lorsque vous irez voir les créations d’Avril Gau (car vous irez n’est-ce pas ? Au moins virtuellement…).

Isabelle ressemble à une héroïne de conte pour enfants. Elle a des boucles d’or, et une maman chérie, avec laquelle j’ai pris plaisir à papoter de ce lieu si mignon, cette pas si petite boutique en duplex, aux quatre vents.

J’ai rejoint Lancelot et nous sommes allés, à pied, jusqu’à la maison de son papa où Eléonore avait justement 17 ans !

Le temps de regarder quelques photos des vacances familiales, d’embrasser ceux qui n’avaient pas la dengue, de lui offrir une bricole, et nous la laissions souffler ses bougies. Visite surprise et éclair (au chocolat).

Avant de récupérer Buckbeak, j’ai jeté un dernier coup d’œil à la boutique du jour, où le cercle d’intimes finissaient les petits fours en riant…

Elle est prête à nous accueillir.

La vitrine est rangée, simple mais tentatrice, bleu Klein et caramel chaud y faisant bon ménage

Je me demande si on peut prendre et porter un pied d’une paire et le second d’une autre…

Je divague, il est tard. L’heure de rentrer.

Bravo, Avril ! La boutique est superbe…

Je sens que chaque visite à la famille va être prétexte à une pause, et probablement aussi à une gourmandise chez le voisin Gérard.
Veinarde !

Anne

Lien : Le site d’Avril Gau

Une réflexion sur “Go, Avril Gau !

  1. alexia dit :

    j’ai adoré! je connaissais la marque, mais comme pour tant d’autres, je n’avais pas encore regardé spécifiquement en quoi elle consistait. Toutes les chaussures me plaisent (ce qui est rare!), semblent à la fois féminines et faites pour marcher (ce qui est important tout de même). Les sacs me plaisent tous aussi (aussi rare!) bref merci pour ce petit article bien détaillé!

    ps : je trouve la nostalgie liée à ce genre de souvenir tellement agréable!

    • Je suis comme toi… j’ai hâte d’aller dans la boutique essayer mais je serai l’âne de Buridan, incapable de choisir…
      Et oui tu as raison, il y a de la nostalgie triste mais celle-ci est douce !

  2. Mélisse dit :

    Très jolie boutique, merci ! (arghh les escarpins multi brides bleu roi me font le coup de la persistance rétinienne….)

    • Ouille, la persistance rétinienne… le seul remède est de craquer ou de trouver un substitut, ce qui ne fait que reporter le problème !
      Bon courage (et bon choix : elles sont aussi gravées dans mon cerveau depuis la soirée.)

  3. virg dit :

    Moi, c’est pour les caramels a frange que j’ai completement craque…. elles sont tellement belles, elles me ferait tellement un pied a la Bonnie/Faye… soupir….

    • Oh oui, elles t’iraient à merveille !!! et tu as vu, y’a deux hauteurs de talons selon qu’on veut faire la grande ou trotter confortable.
      C’est du pousse au crime ce genre de boutique, mais si bon…
      Soupir aussi…

  4. Tea time dit :

    Très belles photos Anne. L’ inauguration a l’air sympa (sans la grande foule c’est parfait.) Comme Mélisse je fais une fixette sur les chaussures trois brides et aussi sur les boots compensés quatre boucles.
    J’aime beaucoup ces marques qui présentent de belles choses parfaitement portables.J’ai parfois honte de ces achats qui sont superbes dans ma penderie et qui ne la quittent jamais pour cause de loufoquerie excessive.
    J’ai peut-être mal regardé mais je n’ai pas vu les chaussures qui me font craquer dans la boutique en ligne.

    • Merci !
      Tu as raison, il n’y a pas grand chose dans la boutique en ligne… pour le moment mais elle sera peut-être mise à jour.
      Je pense qu’en appelant on doit pouvoir commander !
      Je ne dis pas ça pour pousser à la conso, mais à la limite, c’est la seule façon d’acheter dans cette boutique car une fois sur place, tout est beau alors comment choisir ???

    • OUI !!!
      Les hommes comprendront-ils un jour nos soupirs devant des chaussures et des sacs ? Rien n’est moins sûr.

  5. Mademoiselle S dit :

    Je connaissais un peu les créations d’Avril … pour avoir louché dessus (ah les petits sacs carrés tout mignons) j’aurais plaisir a allé faire un tour à la boutique fraîchement inaugurée … lorsque mon travail sera moins prenant … 😉
    Joli reportage !!!

    • Merci Mademoiselle S.
      Bon courage au bureau et essaie de ne passer chez Avril que pendant les soldes 😉

  6. DAME SKARLETTE dit :

    Alors là je suis toute retournée, sans doute enivrée par les bulles du champagne, que tu as su si bien décrire, si bien que moi aussi la tête me tourne en voyant ces si belles créations. Il y a longtemps que je n’avais pas vu de si jolis modèles et on voit que la qualité est là ce que je recherche. Tu n’as vraiment pas à regretter les baskets compensées d’Isabel Marant, car si tu dois acheter quelque chose de beau, quitte à y mettre le prix. C’est dans ce si bel espace que tu dois aller chausser tes pieds. J’ai revu une bloggeuse qui portait les baskets Isabel Marant avec une robe et je dois avouer que je n’accroche toujours pas. La mode n’est pas toujours jolie….
    Je peux t’assurer que je viens de noter l’adresse et dès que je peux je passe faire un tour, rien que pour le ravissement des yeux .
    Super post
    Bises

    • Effectivement, entre les nouvelles collections de Giuseppe Zanotti ou Rupert Sanderson pour le luxe à fond et celles, plus mettables et à la qualité irréprochable d’Avril Gau, je dois avouez que je suis contente d’avoir résisté à la fièvre IM, même si je rêve parfois que je les enfile avec un jean slim, je prends une longueur de jambes et elles sont toutes moelleuses à l’intérieur…
      non mais tu as raison, optons pour du beau !!!
      Bisous Madame.

  7. isabelle dit :

    Une besace Avril Gau fait partie de ma wish list depuis un bon moment.
    Enfin une boutique où l’on pourra trouver l’essentiel de la collection!! Je note!!

    • Ravie de t’avoir renseignée sur ce point 🙂 et oui vas-y, au moins pour l’inspiration ça ne peut qu’être bon…
      Ses besaces sont magiques… le problème c’est de choisir, y’en a trop !
      J’ai le format XL en daim sable et cuir blanc vernis. Super pour l’été.
      En plus elles sont assez légères, truc auquel les créateurs ne pensent pas mais quand ton sac est déjà lourd vide, une fois rempli c’est le mal de dos assuré.
      J’espère te croiser la semaine prochaine, devant la vitrine Manoush, notre spot de rdv 😉
      Bisous et happy fashion week.
      Anne

    • Merci à vous, d’être passée par ici ! C’est trop gentil d’avoir laissé ce petit mot…
      Et merci pour votre accueil… je crois que maintenant, on a toutes envie d’envahir votre boutique 🙂
      A bientôt j’espère
      Anne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s