Vous avez dit mythique?

Je voudrais vous présenter une machine qui a une place toute particulière dans ma mémoire, le ZX Spectrum de Sinclair, Speccy pour les intimes.

Sorti en 1982, successeur des ZX80 et ZX81 de la même marque, il représentait à l’époque une nouveauté « presque » exceptionnelle.

Je dis « presque » car bien que je ne l’aurais jamais avoué à l’époque, n’étant pas du tout objectif (oui, il y avait déjà des clans entre les pro-Speccy, les pro-C64, etc…) il n’était pas la meilleure machine du marché, mais la seule qui proposait un niveau de performances comparable aux autres, à un prix défiant toute concurrence.

A la même époque, un C64 de Commodore coûtait le double d’un Spectrum, et un Apple II environ 4 fois plus.

Le ZX Spectrum devint de ce fait la première machine de nombreux enfants, adolescents et même adultes, et ce fut mon cas.

Une merveille de la technologie, je vous dis: 16kB de ROM, 48kB de RAM, 8 couleurs, mais chacune en deux niveaux d’intensité, un tuner RF pour le brancher sur la télévision et deux prises audio, entrée et sortie, non pas pour écouter de la musique mais pour sauvegarder et charger les programmes sur cassette audio.

C’était l’époque où l’informatique contenait encore une part de bricolage: brancher la sortie RF du Spectrum sur la prise d’antenne de la télé, règler la télé sur le bon canal, brancher le magnétophone, règler le volume de celui-ci, mettre une cassette, lancer le chargement et… si la cassette était une cassette pré-enregistrée, tout marchait généralement bien, si c’était une cassette enregistrée chez un copain, jouer avec l’azimutage de la tête de lecture pour retrouver l’alignement de l’enregistrement et opbtenir le meilleur son possible.

Ensuite subir pendant 5 bonnes minutes le sifflement caractéristique du transfert de données, en priant que rien ne vienne l’interrompre au bout de 4min 30, sous peine de tout recommencer. Pour les plus jeunes d’entre vous qui ne savent pas du tout de quoi je parle, ça donnaît à peu près ça:

Et hop: 45 secondes juste pour charger l’écran d’attente qui allait nous permettre de patienter les 4, 5 voire 10 minutes suivantes.

Seulement voilà, les alternatives plus rapides, comme les floppy disk disponibles sur C64 ou AppleII étaient des options qui coûtaient à elles seules le prix d’un ZX Spectrum. D’ailleurs Sinclair tenta de combler cette lacune, mais les cartouches microdrives, toujours de la bande magnétique mais beaucoup plus rapide, avec un lecteur ad-hoc étaient hors de prix, 20 cartouches coûtaient autant que l’ordinateur, le lecteur lui même idem, et avec une logithèque de 18000 titres, il en aurait fallu des cartouches.

C’est justement le catalogue de logiciels qui était le point fort, des milliers de jeux, mais aussi traitement de texte, base de données, même un logiciel de modélisation 3D (VU-3D)

Je n’ai pas compté les heures passées sur Psion Flight Simulator, Atic Atac, Jet Set Willy ou Bilbo the Hobbit pour ne citer qu’eux. D’ailleurs tiens, voici deux vidéos pour mieux vous rendre compte, et en résolution d’origine, s’il vous plaît (256×192)

Le ZX Spectrum a permis aussi a beaucoup de développeurs actuels de faire leurs premiers pas, Basic intégré, rendu facile par une astuce géniale: chaque touche du clavier avait une instruction Basic écrite dessus en plus de sa lettre, ce qui fait qu’une fois en mode programmation, si on appuyait par exemple sur le P, PRINT s’écrivait à l’écran, GO TO avec G et ainsi de suite, rendant facile l’apprentissage du langage.

800px-ZXSpectrum48k

La place extrêmement limitée (je vous rappelle, 48kB dans sa version haut de gamme, 16kB dans le modèle entrée de gamme) obligeait également à se pencher sur l’assembleur dès qu’on voulait programmer des choses un peu plus complexes ou que l’on avait besoin de performances. (A titre de comparaison, un document Word VIDE, pèse environ 24kB aujourd’hui, juste à cause des entêtes de fichier…)

Les développeurs devaient faire preuve d’une imagination dont le secret s’est presque totalement perdu aujourd’hui, où espace mémoire et performances pardonnent les solutions les moins subtiles.

Bien que compact, il disposait tout de même d’un port d’extension, sur lequel on pouvait brancher en série divers périphériques, dont par exemple l’extension mémoire de 32kB pour faire évoluer un modèle 16k en 48k, une petite imprimante thermique qui imprimait sur un rouleau de papier argenté à l’aide d’une unique aiguille, une interface vidéo vers prise Péritel (enfin une image sans tremblements et sans passer 10 minutes à règler la télé), les fameux microdrive et même une interface joystick… de quoi rêver pendant plusieurs Noëls de suite…

Voilà, comme je le disais, jen’ai pas voulu faire une vraie revue technique d’une machine qui n’est plus vraiment d’actualité, mais juste la rappeler à la mémoire de ceux qui ont eu le plaisir d’en profiter, ou la décrire brièvement à ceux qui n’ont pas eu la chance de la connaître.

On peut encore trouver ces machines pour des sommes dérisoires sur eBay par exemple, mais si la nostalgie ne vous pousse pas jusque là, vous pouvez tout simplement charger un émulateur parmi les nombreux disponibles sur le net, vous trouverez une liste assez exhaustive sur World of Spectrum

Pour terminer, un petit cadeau, une émulation Java, donc jouable ici même dans cette page de Bilbo the Hobbit, mon premier RPG 😉

Cliquez sur l’image, appuyez sur ‘enter’ pour lancer le jeu, ensuite tapez vos instructions, avec des mots simples, dont vous trouverez la liste ICI
Paolo

Une réflexion sur “Vous avez dit mythique?

  1. Dori dit :

    Épatant appât et patati. Promesse : je placerai une impression de ce splendide dragon cubique sur le chariot de ma chère underwood et nous aurons goût à actionner la sonnette, mélodie limitée cependant mélodie 😄 La passion est un lieu secret et désertique à sens unique. Wow comme le temps passe.

  2. barbara dit :

    Ce grésillement de transfert de donnés c’est ma madeleine à moi ! très heureuse de l’entendre (une fois) à nouveau et me souviens alors que je faisais aussi des petits programmes (oui oui!) où je pouvais choisir la couleur du fond d’écran, du contour et de la police..( oui j’ai bien dit  »petits programmes » ) Mon cher cousin Djoule doit s’en souvenir aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s